L’investiture tardive de Sabine Hebbar, au titre de la République En Marche, a semé le trouble dans le paysage politique de la 19ème circonscription. Oubli réparé qui amène le duo Hebbar/Brouta à se démultiplier pour cette campagne éclair avec le soutien appuyé du comité EM du Denaisis/Ostrevant.

Sabine Hebbar : « Je serai le visage de la diversité à l’Assemblée nationale »

Pour resituer cette candidature, il faut se tourner vers l’émergence du mouvement politique En Marche sur la 19ème. En effet, la naissance de ce comité territorial fut possible grâce à l’impulsion d’Emilie Sarazin dès le mois de janvier 2017. « Notre comité est composé d’un centaine de membres, avec plusieurs entités. Pour ma part, le déclic fut l’initiative de la Grande Marche. C’est la première fois que je m’engage en politique », explique-t-elle. Ensuite, en mars, comme tous les autres cellules En Marche de France, le temps de la ventilation du programme, thématique par thématique, est venue. A cette occasion, Sabine Hebbar s’est manifestée dès la première réunion (sur la sécurité).  » Nous avons beaucoup échangé, et rapidement nous lui avons indiqué que son profil nous intéressait pour représenter la 19ème circonscription ! « , ajoute Emilie Sarazin.

Cela ne valait pas investiture, et Sabine Hebbar a rempli son formulaire en ligne comme tous les postulants. «  Un jour, le comité d’investiture En Marche m’a téléphoné,  j’ai passé quasi un entretien d’embauche. Les critères importants, outre les convictions, étaient la disponibilité et de facto l’engagement », indique la candidate choisie par REM.

Comme une configuration du rapprochement national entre François Bayrou et Emmanuel Macron, c’est un élu du Modem qui a pris le rôle de suppléant. Luc Brouta, 1 adjoint en charge des finances, et du développement économique sur la commune de Bouchain est celui là. « Je n’ai jamais caché mon attachement au Modem. Le programme d’Emmanuel Macron et celui de François Bayrou ont beaucoup en commun. C’est donc sans hésitation que j’ai accepté la proposition du comité d’investiture de devenir le suppléant de Sabine Hebbar ».

« La 19ème n’a pas le député qu’elle mérite » , Sabine Hebbar

Certes, elle a attendu la deuxième salve d’investiture, mais Sabine Hebbar ne feint pas sa joie : «  C’est avec une grande fierté et un honneur, que je reçois cette investiture », souligne-t-elle.

Dès le début, l’élue d’opposition au sein du Conseil municipal de Denain a accroché au discours d’Emmanuel Macron. « Beaucoup me disaient dans mon entourage -pourquoi ne pas candidater ?- J’ai donc envoyé mon dossier. Aujourd’hui, j’assume avec force cette investiture, car comme en 2014, où je ne retrouvais pas localement une réponse à mes attentes, le choix d’En Marche correspond à mes valeurs », déclare Sabine Hebbar.

Sur la député-maire actuelle, elle juge sévèrement son bilan. « On se demande s’il est député compte tenu de son absence au sein de l’Assemblée nationale. La 19ème n’a pas le député qu’elle mérite. J’y vis, j’y travaille, et je connais les difficultés  des habitants », explique-t-elle. De plus, elle avance l’argument, à chaque fois affiché par le candidat de la majorité (potentielle) présidentielle «  ce sera plus facile de porter un projet au gouvernement si vous avez un élu issu de la majorité présidentielle », ajoute-t-elle. Sur le Denaisis, et ailleurs, on a entendu mille fois cet argument très réducteur au final du pouvoir d’un député au sein de l’Assemblée nationale.

Le Denaisis and co…

A tort, la 19ème est réduite dans l’inconscient collectif au Denaisis «  alors qu’elle comprend la ville d’Aulonoy-lez-Valenciennes, et même la commune de Famars, où Emmanuel Macron a réalisé un score important », explique un militant En Marche.

Ensuite, Sabine Hebbar souligne une tendance profonde dans l’aspiration des français. « Je respecte tous les candidats en lice pour cette élection. Pour ma part, je ne cumulerai pas, je serai disponible pour la 19ème. En même temps, je serai le visage de la diversité au sein de l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, elle ne représente pas la société française», précise-t-elle. Assurément, les multiples casquettes exaspèrent le citoyen, et la loi du non cumul des mandats va parfaitement oxygéner la vie politique. Il n’est pas certain que cela eut été le cas sans cette dernière !!!

Et le Front National

La 19ème circonscription sera scrutée par tous les médias nationaux par la présence de Sébastien Chenu, pensionnaire des plateaux télé, plus qu’au sein de sa permanence sur Denain. « C’est un parachuté parisien. Il ne connaît rien à la vie des habitants sur cette circonscription. Le débat (calamiteux) de Marine Le Pen a révélé l’état de son programme inquiétant mais surtout incohérent », précise-t-elle.

Sur le terrain Emile Sarazin lance une banderille « les habitants abordés nous disent. Sebastien Chenu se contente de distribuer des tracts. Par contre, vous nous écoutez ! ». La candidate ne promet pas l’intenable « j’ai un regard réaliste sur cette circonscription ».

Aucun doute, l’exposition nationale de cette 19ème circonscription va cristalliser les esprits. Le mouvement de dégagisme révélé durant la présidentielle va-t-il se propager au sein des circonscriptions françaises ? Celui qui connaît la réponse est diablement fort !

Publié par Daniel Carlier le 24 mai 2017
19ème Luc Brouta Sabine Hebbard
En Marche dans la 19ème… naturellement !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email