Pascal Jean et isabelle Choain, candidats du Parti Communiste sur la 19ème circonscription, poursuivent une campagne de terrain. Certes, c’est un temps de contact avec la population toujours révélateur des souffrances d’un territoire, mais la question lancinante demeure. Quel type de vote va l’emporter, celui du bulletin pour le leader national ou celui en faveur d’un député de proximité, celui que l’on croise régulièrement, et que l’on connait ?

Pascal Jean : «  Nous sommes des élus de proximité, je pense que ce sera un vote de terrain »

Ce duo est composé de deux élus de terrain, Pascal Jean, maire de Neuville-sur-Escaut et vice-président de la Porte du Hainaut, le titulaire, et Isabelle Choain, maire de Prouvy, et Conseillère départementale depuis 2015, la suppléante. « Depuis 2008, les habitants nous connaissent. Les deux thèmes les plus évoquer par la population sont l’emploi et le logement. Nous sommes des élus de proximité, je pense que ce sera un vote de terrain », souligne-t-il. Sur ce dernier point, l’édile de Neuville-sur-Escaut pointe du doigt le temps administratif (trop long) d’un dossier. « Je vais pouvoir inaugurer un programme de 30 logements en 2017… pour un dossier initié en 2008, 9 ans pour le financement, montage etc. ».

Isabelle Choain confirme cette campagne de terrain où elle pointe également « la préoccupation des citoyens pour l’accès à la santé, on me parle beaucoup de l’hôpital de Denain. Nous sommes très bien reçus sur le terrain, aucune animosité. Pascal et moi évoluons sur nos territoires respectifs ».

Le score de Jean-Luc Mélanchon, remarquable au 1er tour de la présidentielle, ne vient pas de nulle part. «Ce n’est pas le score de Jean-Luc Mélanchon tout seul. A ce titre, nous avons rencontré Julien Poix, tendu la main, mais il n’y a pas eu moyen de s’entendre », souligne Isabelle Choain. « Il fallait signer la charte, et une subrogation en faveur de la France Insoumise », ajoute Pascal Jean. Comme n’importe quel parti politique, son financement public via l’élection des députés est indispensable, ceci expliquant cette division allant bien au-delà des explications cantiques des leaders nationaux. C’est la vie d’un parti politique qui est en jeu, et il n’y a rien de critiquable sur le fond, parlons vrai aux Français. « Pourtant, nous sommes à 90% en accord sur le programme, cette division est une aberration politique », conclut sur ce point Isabelle Choain.

«  Nous avons le soutien de nombreux maires, comme Michel Lefebvre (maire de Douchy-les-Mines, le maire de Bouchain, et bien d’autres élus », précise Pascal Jean. Et à propos de maire, le candidat titulaire pointe sa vision du paysage politique « Anne-Lise Dufour est en vrai difficulté sur la 19ème. Frondeuse sur sa commune, elle n’a pas voté la motion à l’Assemblée nationale. Puis, elle a soutenu Benoit Hamon tout en faisant défiler les ministres du premier ministre Manuel Valls en 2016 notamment ».

Pascal Jean : « Dès le 19 juin, on ne verra plus sur cette circonscription Sebastien Chenu qu’il soit élu ou pas ! »

Bien sûr, la présence de Sébastien Chenu change l’approche de cette élection. « On ne va pas se mentir, on le sait tous, le candidat du F.N sera au second tour. Après, tout est possible pour la seconde place »,  précise Pascal Jean.

Il précise les contours du vote Front National «il trompe les gens. Il profite d’une véritable souffrance, d’une misère sociale. Ce n’est pas un vote d’adhésion. Le Parti Communiste est le seul vote de colère utile ». Sur le dit candidat F.N sur la 19ème, il éclaire son parcours itinérant « Sébastien Chenu a été Giscardien, Chiraquien,Sarkoysiste, même Hollandiste pendant un temps, et puis Frontiste à défaut, c’est un opportuniste de la politique. Dès le 19 juin, on ne verra plus sur cette circonscription Sebastien Chenu qu’il soit élu ou pas ».

«  Nous n’avons qu’un seul adversaire, c’est le F.N. Le reste, c’est la démocratie ! », ajoute Isabelle Choain.

La prochaine réunion publique se déroulera le jeudi 8 juin, à 18H30, salle Louis Aragon à Denain « Grand Rassemblement Citoyen ».

Edito

Un petit mot sur la venue de Marine Le Pen, ce vendredi 02 juin, pour soutenir ses candidats dans les circonscriptions du Valenciennois. Certes, c’est un fait politique, mais en même temps, sa venue pourrait s’inscrire également en soutien des futurs bacheliers 2017, bientôt face à l’épreuve du BAC.

En effet, Marine Le Pen a rassuré des générations entières de bacheliers, pétrifiées par la redoutable épreuve orale du BAC. Dorénavant, qu’ils soient confortés, la leader du Front National a gravé dans le marbre un témoin étalon de l’insuffisance, voire de l’incompétence, durant son débat d’entre les deux tours de la présidentielle. Un bachelier ne pourra jamais faire pire devant le plus sévère des professeurs ! Merci pour tous les lycéens, ce geste est d’une solidarité remarquée, et d’une grandeur d’âme incontestable Mme Marine Le Pen… !

Publié par Daniel Carlier le 2 juin 2017
19ème Isabelle Choain Pascal Jean
(19ème) Vote de proximité ou vote national ?
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email