Les intercommunalités du Valenciennois et la Maison de l’éducation citoyenne (MAIDEC) sur Douchy-les-Mines collaborent étroitement en faveur de l’insertion des jeunes décrocheurs. Dans cette optique, un Parcours Citoyen durant deux mois est lancé dès le 03 avril prochain.

Deux mois avec la MAIDEC pour raccrocher un jeune déscolarisé !

Depuis 2012, la MAIDEC a initié des stages, ou modules, de sensibilisation citoyenne d’une durée de 8 jours à destination d’un public de 16 à 25 ans déscolarisés, baptisés décrocheurs… « Ils se révèlent de plus en plus tôt, parfois on observe des jeunes en primaire dans ce cas. Vous avez des jeunes en rupture totale avec le système scolaire, d’autres en mode perlé, ils décrochent, ils reviennent etc. », explique Fatiha Rahaoui.

C’est pourquoi, après ces expériences réussies sur un format hebdomadaire, la MAIDEC a réfléchi  à un cycle plus long, impliquant davantage les jeunes. « Depuis l’année dernière, nous réfléchissons à un Parcours Citoyen. Notre programme est bouclé depuis mai 2017 », ajoute la directrice. Une idée avant même la présentation du candidat Emmanuel Macron sur une remise en oeuvre d’un service national universel. «  Ce n’est pas exactement la même chose, mais ils se recoupent sur certains points », précise Fatiha Rahaoui.

Fatiha Rahaoui, directrice de la MAIDEC : « C’est un stage XXL de remobilisation citoyenne »

Cette fois, l’ambition est plus relevée avec un format de deux mois intégrant 7 enseignements différents comme le Module Citoyenneté, le plus important avec la démocratie, citoyenneté, compréhension de l’Europe et des institutions en général, le module de défense et de sécurité citoyenne, le module du devoir de mémoire, le module de mobilité, le module égalité des chances, et le module développement durable et solidarité. En plus, grâce à des partenaires, le jeune sera en immersion dans le monde de l’entreprise avec un tuteur comme encadrant.

Une dizaine de jeunes vont donc bénéficier de ce 1er Parcours Citoyen du 03 avril au 30 mai 2018. « Ce sont des jeunes décrocheurs, mais volontaires, issus obligatoirement des quartiers prioritaires sur Valenciennes Métropole ou La Porte du Hainaut âgés entre 16 et. 25 ans. C’est un stage XXL de remobilisation citoyenne », précise la directrice.

Trois encadrants expérimentés sont à la manoeuvre. « La vie, ce sont des échecs, mais il faut rebondir. Il faut relancer la machine, repositionner le jeune », souligne Alain Stephan, ancien militaire, encadrant à la MAIDEC.

Gaetan Burlet, coordinateur au MAIDEC et ancien militaire, souligne « le besoin d’adaptation à l’auditoire. Parfois, nous avons des jeunes évoluant dans leur univers, complètement déconnectés du quotidien, des règles à respecter. A travers l’exemple, il faut ramener le jeune à la réalité ».

Incontestablement, si le format de 8 jours pouvait permettre à un décrocheur de s’échapper mentalement de cette pédagogie, le cycle de deux mois sera intrusif à souhait, sans échappatoire, pour le plus grand bien au final d’un jeune et de sa future réinsertion potentielle.

Fatiha Rahaoui : « Chaque jeune a présenté un projet professionnel »

Les jeunes volontaires issus des quartiers prioritaires du Valenciennois vont bénéficier d’un tissu de partenaires conséquent pour cette opération. Ce réseau permettra à chaque jeune d’intégrer une entreprise pendant 8 jours en immersion durant ce cycle de remobilisation.

Pour participer à ce cycle de deux mois « chaque jeune a présenté un projet professionnel. Au bout de ces deux mois, une évaluation finale aura lieu devant un jury de 4 personnes plus le tuteur de l’entreprise. Un pass culturel, sport, voire une aide à la mobilité avec une participation au permis de conduire seront attribués à la fin de ce cursus », conclut la directrice.

La prochaine session se déroulera du 24 septembre au 28 novembre 2018/ Renseignements et inscriptions : secretariat-maidec@laposte.net ou citoyen.maidec@gmail.com/Téléphone 09 84 18 74 98

Service civique

Rien à voir avec le sujet évoqué ci-dessus, mais la MAIDEC a obtenu l’agrément de formation pour le service civique universel. « Durant un contrat de service civique, l’organisme signataire a l’obligation d’une formation de deux jours. Par suite, nous assurons la formation pour les collectivités locales, les associations etc. de tous les jeunes en service civique au sein de leur structure», précise Serge Carpentier, le vice-président du MAIDEC.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 28 mars 2018
Fatiha Rahaoui MAIDEC
La MAIDEC déroule son Parcours Citoyen
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email