Suite à une nouvelle saison de feu, une cérémonie officielle était organisée en l’honneur du club de handball féminin (HBCSA Porte du Hainaut) par la commune de Saint-Amand-les-Eaux. En effet, cette équipe accède au plus haut niveau national, la très prisée LFH (Ligue Féminine de Handball).

Sophie Palisse, présidente du HBCSA Porte du Hainaut : « En 17 saisons, nous avons gravi 9 divisions… ! »

Le monde du handball féminin a un oeil sur ce club de l’Amandinois, car il n’en finit plus de monter dans la hiérarchie. Saison après saison, une équipe s’est construite avec des résultats pour le moins fulgurant. En effet, cette formation a atteint en 2018 le plus haut niveau français en finissant sur le podium de la deuxième division. « En 17 saisons, nous avons gravi 9 divisions…, accession en N3 en 2005, en N2 en 2007, en N1 en 2010, en D2 en 2015, puis en D1 en 2018, c’est assez exceptionnel. Un résultat rendu possible grâce à l’implication des joueuses, du staff, et des bénévoles », commente Sophie Palisse, la présidente du HBCSA Porte du Hainaut  !

Un résumé qui gomme les moments difficiles, le vide… «  à la sortie d’une réunion, je vois des joueuses sortir de la salle des sports en pleurs, et j’apprends que la section féminine du handball pourrait peut-être s’arrêter. Je suis intervenu (avec des mots doux) pour que cela ne se produise pas », entame en propos liminaire Alain Bocquet, le maire (chanceux) de la cité thermale. Gérer l’échec est bien plus difficile que de contenir le succès. Aujourd’hui, ce succès ne se discute plus. Son passage en statut pro, mais également l’arrivée d’une nouvelle coach « ont amené une rigueur professionnelle dans la gestion sportive », souligne Sophie Palisse.

Aujourd’hui, le succès amène d’autres problèmes, mais plus agréables. Considérant que deux clubs de la même ville en sport collectif vont évoluer au plus haut niveau national…« tout le monde nous dit, comment allez-vous faire ? Et bien, on va le faire. Depuis mon élection en 1995, j’ai toujours privilégié deux piliers, le sport et la culture », déclare Alain Bocquet. Pour une commune modeste de 17 000 habitants, le résultat est palpable avec pas moins de 49 associations sportives, autour de 45 disciplines différentes, comprenant près de 6 800 licenciés.

La rançon du succès

Bien sûr, si la commune de Saint-Amand-les-Eaux a édifié pas moins de 17 équipements sportifs nouveaux en 22 ans, il se trouve que le basket féminin et le handball féminin vont devoir partager la même salle Maurice Hugot. « Cette équipe va croiser des formations comme Nantes, Lyon, Nice, et Metz avec d’aires moyens. Néanmoins, à chaque fois, on va parler de Saint-Amand-les-Eaux, mais il va falloir apprendre à cohabiter », ajoute l’édile de la commune. Le succès subodoré de cette équipe du HBCSA a permis à la majorité municipale de réfléchir à une nouvelle signature bâtimentaire pour cette formation. Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France, était présent pour cette dernière victoire de la saison contre Bouillargues ((27-26) au buzzer, tout un résumé de cette formation qui n’a rien lâché durant cette saison 2017/2018. A cette occasion, Alain Bocquet a sans doute échangé sur un projet d’une nouvelle salle pour un coût de 12 millions d’euros « avec peut-être une subvention importante de la région des Hauts-de-France », précise le maire.

« La saison 2018/2019 sera très compliquée », Sophie Palisse

Sophie Palisse

Visiblement, la saison est déjà très engagée au niveau de l’effectif. « Nous recrutons 5 nouvelles joueuses avec une expérience en LFH, dont des internationales. Par contre, nous conservons 11 joueuses de l’ossature actuelle (et 4 départs) », précise la présidente.

L’élite, c’est une autre affaire. « Le début de saison sera très compliqué », clame haut et fort Sophie Palisse. « Le club de Bourg-de-Péage, promu l’année dernière, a pris des raclées durant les premières rencontres. L’équipe s’est réglée petit à petit. Notre objectif sera de nous préparer aux Plays-Down afin d’assurer notre maintien », ajoute-t-elle. Il ne faudra pas pour autant zapper la 1ère partie de championnat puisque les points acquis restent au compteur pour l’entame de la phase décisive du championnat.

Un atout non négligeable est l’autorisation accordée au club HBCSA Porte du Hainaut pour un centre de formation. Des joueuses de cette pépinière pourront donc intégrer l’équipe pro… « c’est un moyen d’attirer des jeunes joueuses entre 18 et 22 ans sur Saint-Amand-les-Eaux », concède Sophie Palisse. Il faut rêver à sa mesure, car « nous allons affronter des équipes avec un historique de fou », ajoute Sophie Palisse. Si la commune, comme l’intercommunalité, sont des acteurs financiers majeurs pour le HBCSA Porte du Hainaut, ce soutien demeurera à la dimension d’un territoire et d’une commune de 17 000 habitants. De facto, la formation constitue la recette d’un succès intelligent, construit sur le long terme. « Il faudra tenir au moins deux ans en élite pour bénéficier d’une nouvelle salle », souligne Alain Bocquet. Plus que jamais, cette formation espère un grand soutien populaire (et des médias) pour cette future saison épineuse, mais passionnante.

Le charme du passé est qu’il est passé, le plus beau challenge est celui de demain matin, tout un programme pour l’HBCSA !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 16 mai 2018
HBCSA Porte du Hainaut) Saint-Amand-les-Eaux Sophie Palisse
Le handball féminin honoré à Saint-Amand-les-Eaux
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email