L’importance de la survie des abeilles n’est plus un secret. Dans cette optique, une association oeuvre au quotidien pour sensibiliser le grand public sur l’importance de cette protection, c’est l’association « Biodiver’Cité » située à Saint-Amand-les-Eaux. A ce titre, elle organise une journée Portes Ouvertes le samedi 26 mai prochain.

(Visuel Jean-Jacques Wuillot, Alain René Leconte, Charles Bouilly, et Michel Huez, non présent sur la photo Jean Szydlowski) 

A la découverte des abeilles, les sentinelles de l’environnement près de chez vous !

Mise sur les fonts baptismaux en 2011, l’association Biodiver’Cité exploite un rucher expérimental, mais également des plantes sauvages, un verger… aux portes de la commune de Saint-Amand-les-Eaux, en l’occurence chemin des Hamaïdes.

« Ce sont des ruchettes, nous en avons une trentaine sous le contrôle d’un apiculteur professionnel. Nous n’avons aucun but de production de miel. Par contre, notre objectif est la sensibilisation du grand public, notamment la sélection des meilleures races de reine comme l’abeille noire Chimay Valenciennes en voie d’extinction », explique Alain René Leconte, président fondateur de l’association Biodiver’Cité.

Les abeilles disparaissent faute de nourriture…

L’association prépare des fiches pédagogiques sur les plantes pour la JPO du 26 mai prochain

La première démonstration souhaitée par cette association consiste à promouvoir la nourriture des abeilles en cruelle réduction compte tenu d’une utilisation pléthorique d’insecticides. « Nous choisissons les plantes afin que les abeilles puissent se nourrir. Les plantes sauvages sont particulièrement importantes comme le pissenlit, le trèfle, les orties, les mauvaises herbes », commente Jean Jacques Wuillot, membre de l’association, mais également apiculteur professionnel à la Sentinelle.

« Il faut développer le restaurant des abeilles », lance à la cantonade le président de l’association. C’est simple, pragmatique, si nous voulons que notre éco-système survive, il est nécessaire de tout mettre en oeuvre pour la survie des abeilles, car il y a « un manque de diversité dans les plantes de nos jours », ajoute Jean Jacques Wuillot. Le résultat est malheureusement palpable…  » la population des insectes est réduite de 80% « , insiste le président de  Biodiver’Cité…, et sans insecte du tout, nous sommes en péril imminent !

Au sein de ce terrain communal, des ruchettes sont présentes, mais également des variétés de plantes à destinations des abeilles, un verger pommes, poires, cerises… « Nous sommes également sur ces expérimentations écologiques. Par exemple, nous tentons une expérience avec des poulaillers mobiles afin de lutter contre certaines plantes envahissantes (la renouée du Japon, proche famille du bambou). Les poules peuvent manger même les racines d’où la cage du poulailler mobile sur le terrain », explique Alain René Leconte. Dans cette optique, ils vont récupérer un duo de poules auprès du SIAVED, via l’opération initiée par cette collectivité avec la collaboration d’un fermier à Rosult.

Avec les écoles

Un objectif tient également à coeur cette association. « Nous souhaitons effectuer des visites avec le milieu scolaire de la cité thermale. Nous allons prendre contact avec l’Education nationale, et les écoles communales », indique Alain René Leconte

JPO le samedi 26 mai

Voilà, tous les membres seront fin prêts pour le samedi 26 mai à l’occasion d’une journée Portes Ouvertes (affiche ci-dessous) de cette association Biodiver’Cité si près de chez vous. Venez découvrir ces héroïnes de la planète du quotidien. Les héros des films MARVEL sont des amuseurs de galerie en comparaison… !

Daniel Carlier

P.S : Le Saint-Patron des apiculteurs est Saint-Ambroise fêté chaque 07 décembre

Publié par Daniel Carlier le 21 mai 2018
Alain René Leconte Biodiver’Cité Jean Jacques Wuillot Saint-Amand-les-Eaux
Alain René Leconte « Il faut développer le restaurant des abeilles »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email