Le thermalisme, longtemps 5ème roue du carrosse parmi les acteurs économiques voire de l’Etat, reprend la place qui est la sienne à travers la signature, ce mardi 10 juillet, du contrat de station thermale entre Saint-Amand-les-Eaux, la région Hauts-de-France, l’Etat, le Pôle Métropolitain du Hainaut-Cambrésis, la Porte du Hainaut, et la Chaîne Thermale du Soleil.

Un contrat de station thermale en or massif pour Saint-Amand-les-Eaux

Sujet évoqué depuis longtemps par Alain Bocquet, le maire de Saint-Amand-les-Eaux, le contrat de station thermale a enfin pris corps ce mardi 10 juillet 2018. Un résultat qui vient de très loin. En effet, durant son activité de député, Alain Bocquet a tourjours fait partie de la « Commission thermale » réunissant à l’Assemblée nationale les villes concernées. Bien sûr, la position géographique de Saint-Amand-les-Eaux est atypique, mais le challenge fut relevé sur la durée !

« Un amendement pour tuer le thermalisme », Michel Guérard

Extérieur du nouveau bâtiment administratif

Si aujourd’hui, le statut du thermalisme n’est plus remis en cause par la sécurité sociale. En 2007, un député d’Alsace avait déposé un amendement « pour tuer le thermalisme à travers son déremboursement par l’assurance sociale », explique Michel Guérard, le célèbre chef cuisinier, mais également de la famille Guérard, pilier de l’entreprise la Chaîne Thermale du Soleil, 1er opérateur français dans le domaine.  » C’est là que j’ai rencontré Xavier Bertrand, ministre, qui a combattu cet amendement avec succès « , poursuit-il.

Et ce combat a permis également la rencontre entre Xavier Bertrand, alors ministre, et Alain Bocquet « inlassable défenseur du thermalisme dans la commission dédiée à l’Assemblée nationale. C’est là que j’ai rencontré Alain Bocquet, comme militant du thermalisme », explique le président de la région des Hauts-de-France.

« 100 curistes, 10 emplois », Alain Bocquet

« Dés 1994, je me suis battu pour défendre le thermalisme dans cette commune, car nous sommes la seule station thermale au Nord de Paris. De plus dans un rayon de 300km, nous avons référencé 75 millions d’habitants situés dans 4 pays. Le thermalisme sur le territoire de la mine et  de la sidérurgie n’était pas pris en compte. Aujourd’hui, à travers ce contrat, il peut devenir une turbine pour le développement économique. Pensez que pour 100 curistes, vous avez besoin de 10 emplois ! Ce contrat de station thermale est une base de travail. Il y a 18 axes au sein de ce document», déclare Alain Bocquet.

Pour que ce potentiel s’exprime dans toute sa plénitude aujourd’hui. Il a fallu l’intervention d’une entreprise privée dès les années 90. En effet, l’arrivée de la Chaîne Thermale du Soleil en lieu et place du Groupe Partouche a changé la donne. « A nos débuts ici, il y avait environ 2 000 curistes à l’année. En 2017, nous avons atteint 9 856 curistes positionnant Saint-Amand-les-Eaux au 17ème rang national », explique Eléonore Guérard, la présidente de la société Chaîne Thermale du Soleil.

En 2014, l’enseigne spécialisée a (enfin) réussi à acquérir le foncier auprès du Conseil général du Nord, étrange propriétaire à l’époque. D’ailleurs, le Conseil départemental du Nord est encore, aujourd’hui, très réticent pour tout investissement sur ce projet, porteur de santé et d’emplois, allez comprendre ! « Certains acteurs sont plus lents à la décision que d’autres. Je reste très ouvert à toute proposition sur ce contrat de station thermale », souligne le maire de la commune.

Espace intérieur du nouveau bâtiment administratif

Néanmoins, fort de cet achat précieux, l’acteur privé a décidé d’investir massivement. Ce contrat de station thermale s’est d’ailleurs signé dans le 1er bâtiment de ce projet ambitieux de rénovation/extension. Un lieu de premier accueil pour les curistes afin d’effectuer les démarches administratives, le premier rendez-vous médical etc. Ensuite, un parking de 110 places devant les thermes,  mais également un parking aérien de 5 étages avec 150 places « cela vous montre notre ambition en terme de fréquentation », lance la présidente de la Chaîne Thermale du Soleil.

Cette ambition se matérialisera sur un rendu architectural final très copieux à travers la modernisation voire l’innovation en terme de soins thermaux (au niveau des boues), mais également par la réhabilitation du Grand Hôtel des Flandres notamment. Le projet est parti dans sa globalité même si un temps ce dossier était à l’arrêt. Là, plus rien ne pourra le stopper « en route vers les 15 000 curistes », conclut Eléonore Guérard. Cette entreprise privée, mais familiale, fut plébiscitée par tous les signataires publics, assez rare pour le souligner !

« Je crois à l’impact positif du thermalisme sur la santé », Xavier Bertrand, président de la région des Hauts-de-France

Pour l’ancien ministre « ce contrat est important pour la région. Premièrement, car c’est la seule station thermale dans les Hauts-de-France. Cela constitue un atout important pour son attractivité touristique, son dynamisme régional, avec des emplois à la clé. A ce titre, nous allons accompagner la ville de Saint-Amand-les-Eaux dans ses travaux au sein du centre-ville afin qu’il soit également plus attractif. C’est un tout ! »

Ensuite, l’ancien ministre de la santé n’oublie pas ses anciennes responsabilités. « Je crois à l’impact positif du thermalisme sur la santé. Certes, je ne suis pas un expert, mais il me semble que le thermalisme est un enjeu de prévention, ce soin a un bien fait avéré », souligne Xavier Bertrand.

Espace d’attente avant un rendez-vous

Pour autant, les professionnels de santé ne se précipitent pas vers cette discipline. Il y a même une pénurie en la matière avec des départs en retraite, et non remplacés, sur le site de Saint-Amand-les-Eaux. « Durant le cursus pédagogique en médecine (6 ans), il n’y pas une heure consacrée à la médecine thermale », mentionne Xavier Bertrand après s’être informé auprès d’un professionnel du cru.

Pour résoudre cette équation, la recette est toute tracée pour le président de région : « Il faut mettre un coup de projecteur visible et lisible sur le thermalisme. D’ailleurs, j’ai demandé la présence du CRT (Comité Régionale de Tourisme)  pour cette signature de contrat de station thermale. Nous allons accompagner ce développement. Il faut que l’on y croit ! Saint-Amand-les-Eaux doit affirmer son identité de ville de santé bien-être». La conséquence espérée est une nouvelle attractivité du thermalisme pour les praticiens par le prisme d’un tourisme-santé revigoré.

« Le Pôle Métropolitain Hainaut-Cambrésis veut faire vivre ce contrat de station thermale », Laurent Degallaix, président du Pole Métropolitain Hainaut-Cambrésis.

Très jeune et très méconnue, la nouvelle strate institutionnelle sur le Grand Hainaut entame ses premiers engagements concrets. En effet, le Pôle Métropolitain s’étend sur 9 agloo comprenant 800 000 habitants. «  Le Pôle Métropolitain Hainaut-Cambrésis s’engage sur ses premiers dossiers. TIGA porté par le GHT (Groupement Hospitalier de Territoire) du Hainaut-Cambrésis, et ce contrat de station thermale voté à l’unanimité au cours du dernier conseil du Pôle Métropolitain « .

« Il y a un déterminisme territorial », Michel Lalande, préfet de région Hauts-de-France

Michel Guérard et Alain Bocquet

Michel Lalande, le préfet de région résumait parfaitement cette alliance publique-privée : « Tout d’abord, je salue la ténacité d’Alain Bocquet, un peu iconoclaste à l’époque ! L’Etat participera à la mise en valeur de la commune de Saint-Amand-les-Eaux. Le thermalisme est un secteur à forts enjeux médicaux et économiques. Dans ce contrat, on sent un déterminisme territorial ».

Tout va de pair, l’attractivité touristique passe par une restauration massive du patrimoine local. «  C’est pourquoi, une rencontre très prochaine aura lieu entre le Ministère de la Culture et la commune de Saint-Amand-les-Eaux », ajoute Michel Lalande.

Le mot de la fin revient à Michel Guérard. Inutile de dire que ce type de projet repose sur des rencontres, une histoire d’hommes en l’occurrence. « Cette exploitation thermale par la Chaîne thermale du Soleil, plutôt dans le sud de la France, fut possible grâce à une rencontre entre mon beau-père et Alain Bocquet, une sorte du curé rouge ! Je pense que le thermalisme à un grand avenir ! Le thermalisme soigne, apaise, participe à la prévention en terme de santé, contribue au développement économique », commente le célèbre chef cuisinier, l’oeil alerte et très enthousiaste même au nord de Paris !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 11 juillet 2018
Alain Bocquet Chaîne thermale du soleil Eléonore Guérard Laurent Degallaix Michel Guérard Michel Lalande thermalisme Xavier Bertrand
Thermalisme, santé, et économie durable
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email