La traditionnelle cérémonie des voeux à la population sur la commune de Saint-Amand-les-Eaux a permis à Alain Bocquet d’émettre les siens dans un contexte très compliqué à l’international comme au niveau national comme chacun sait, revue des doléances et des espérances !

En propos liminaire, une fois de plus des comportements inadmissibles vis à vis de la presse se sont déroulés ces jours derniers. Vendredi, la distribution de 20 000 exemplaires a été bloquée sur Anzin chez nos confrères de la La Voix du Nord ; au niveau national, exfiltration de journalistes par les gilets jaunes d’une manifestation de Gilets Jaunes dans un Etat de droit, menace de viol sur une journaliste dans le sud, violence en groupe largement diffusée sur les réseaux sociaux sur des journalistes de LCI sur Rouen… En Hongrie, en Turquie, tout a commencé comme cela, nous savons tous a quel niveau sont les libertés individuelles aujourd’hui dans ces deux dictatures. Est-ce vraiment ce changement de paradigme auquel les citoyens et citoyennes aspirent ?

« Une poussée de bilirubine », Alain Bocquet

Sur le mouvement social des Gilets Jaunes,  » c’est une poussée de bilirubine, voire une rougeole pour certains. Les citoyen(ne)s ont besoin de justice sociale, les inégalités n’ont jamais été aussi présentes. Quand vous voyez cette semaine que le CAC 40 a distribué 57 milliards de dividendes aux actionnaires sans oublier un Carlos Goshn exilé fiscal depuis 2012…, un libéralisme sans limite ! »

La foule était au rendez-vous comme d’habitude au Théâtre des Sources

Sur le Grand débat national devant démarrer dès ce 15 janvier 2019, Alain Bocquet regrette le scepticisme de certains maires à l’endroit de cette initiative. « Par expérience, je dis qu’il ne faut jamais rater une occasion d’échanger, de négocier, d’obtenir des avancées. Je dis chiche,  je m’inscris pleinement dans ce Grand débat national, et les Amandinois pourront accéder aux cahiers de doléances et d’espérances », commente Alain Bocquet. D’ailleurs, dès 1789, l’objet était déjà très présent « avec des cahiers de doléances, des plaintes, et de remontrances », souligne Alain Bocquet.

« Le maire demeure le seul… », Alain Bocquet

Tous les élus ont pris connaissance vendredi dernier d’un sondage très exhaustif sur l’appréciation des Françaises et des Français sur leurs politiques. « Seul le maire connaît une hausse, c’est la sentinelle de la République, les autres élus tombent très bas. J’ai connu un temps où les deux élus les plus populaires étaient le maire et le Président de la République, je parle de la fonction », explique Alain Bocquet.

A l’international, l’édile de la commune souhaite la Paix comme le démontre l’initiative locale « St-Amand nombril du monde », mais l’inquiétude est aussi vive face à des conflits armés bien connus comme « au Yémen, Afghanistan, Syrie, etc. Quand un peuple ne connaît pas son histoire, il peut faire les mêmes erreurs ! ». On n’oublie pas la guerre « commerciale entre la Chine et les USA » peut-être en voie de résolution ce qui n’altère pas la faculté, sur tweeter, de Donald Trump à dire n’importe quoi ! Bien sûr, ce mardi 15 janvier a lieu le vote du parlement britannique sur le Brexit. Cela constitue un moment politique sous-estimé pour les prochaines élections européennes, tant son impact en cas de No Deal sera grande sur les opinions publiques.

« Un village EPHAD du XXIème siècle», Alain Bocquet

Sur le climat, Alain Bocquet est mobilisé sur le défi climatique mondial, mais d’abord près de chez soi. « Je profite de la présence du Sous-Préfet de Valenciennes pour lui demander d’autres sanctions pour les pollueurs sauvages dans notre forêt domaniale ».

Bien sûr, le développement économique et touristique de la commune constitue un fer de lance indispensable. « La Porte du Hainaut depuis son origine a investi près de 120 millions d’euros au sein de 140 projets. Sur la cité thermale, nous avons bénéficié de grands projets comme GSK, voire dernièrement Safran Air-France KLM, ainsi que les aides aux TPE ».

Le logement sur la commune fut mis en lumière durant le dernier conseil municipal (5H15). « Certains disent qu’il y a trop de logements sociaux. Moi, je pense qu’il y a trop de logements indignes, trop de peu marchands de sommeil ci. Nous avons plus de 1 000 demandes de logements en instance. Plusieurs projets sont en cours où à l’étude comme la rénovation de la cité Manœuvrier », commente Alain Bocquet.

Parmi ces projets urbains, une innovation dans le sanitaire et social se profile sur l’ancien site Leclerc, une friche en plein coeur de la ville. « Avec l’ARS et le Centre Hospitalier de Saint-Amand-les-Eaux, un projet d’un village EPAHD du XXIème siècle est à l’étude », explique le maire.

« A St-Amand, quand on creuse, on tombe sur de l’eau ou sur un os », Alain Bocquet

Le concert, toujours un grand moment de ce début d’année

Si l’arrivée du nouveau commissariat s’est faite sans bruit en septembre dernier, l’existence opérationnelle d’un nouvel internat de 70 lits au sein du lycée Couteau est un réel tremplin pour cet établissement.

Une fierté pour cette commune entre ville et campagne est la réalisation, en février 2014, d’un Centre aquatique de l’Amandinois, sous un mode de gestion atypique à l’époque, une SPL (Société Publique Locale). « La SPL du Centre Aquatique a remporté le 1er prix pour sa gestion de l’équipement au Congrès des SPL », souligne Alain Bocquet.

Enfin, le fameux chantier « Coeur de Ville » poursuit son chemin avec l’éclairage de la  reine Suzanne, épouse répudiée de Robert le Pieux, dont le Palais hante les dessous de cette commune. « A St-Amand, quand on creuse, on tombe sur de l’eau ou sur un os », Alain Bocquet.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 13 janvier 2019
Alain Bocquet Saint-Amand-les-Eaux
Alain Bocquet « je m’inscris pleinement dans ce Grand débat national »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email