Après la signature d’une convention opérationnelle entre huit intercommunalités du Bassin Minier et la Banque des Territoires ce mardi 12 mars, la ville de Raismes a présenté sa traduction locale de ce Renouveau du Bassin Minier (RBM) dans son quartier Sabatier, chargé d’histoire industrieuse, patrimoniale, et humaine (visuel Christian Rock, Alain Neveü, et Aymeric Robin).

Le Renouveau du Bassin Minier est un outil de cohésion social

A l’instar des collectivités territoriales, l’Etat se penche depuis de nombreuses années sur une résilience du Bassin Minier tant en terme de logements que de lien social.

En amont de cette cohésion sociale urbaine espérée, l’association de la Mission Bassin Minier a d’abord porté le dossier avec succès afin d’obtenir la reconnaissance UNESCO, sur tout l’arc du Bassin Minier, en juillet 2012. Raismes fait partie intégrante de cette reconnaissance à travers son quartier Sabatier, le Pinson, son terril, son chevalement, son presbytère, et de Sainte-Cécile érigée à l’époque comme une reproduction d’une église polonaise, communauté très présente dans les mines. Un agglomérat d’une histoire peu commune est le quotidien de cette population du quartier Sabatier.

Compte tenu que l’ANRU 2 a retenu sur la Porte du Hainaut uniquement la commune de Denain, la CAPH a de facto pris en charge ses autres quartiers, dits prioritaires, comme sur Escaudain-Lourches, Roeulx et bien sûr Sabatier sur Raismes. C’était sans compter sur cette signature de la convention du RBM (Renouveau du Bassin Minier), qui fera date dans l’engagement de l’Etat auprès des territoires, du 07 mars 2017 sur l’ancien site minier du 9-9Bis à Oignies (site du siège de l’association Mission bassin Minier).

Concrètement, cela représente une rénovation intégrée de 650 maisons minières, propriétés du bailleur social « Maisons et Cités » (ex Soginorpa), une requalification par la CAPH des espaces publics, un réaménagement de l’entrée ouest du quartier, une recomposition d’une vingtaine d’hectares d’espaces verts au sein du quartier Sabatier, et d’une participation citoyenne accrue sur l’ensemble des projets du dit quartier. Dans cette ligne de pensée, Aymeric Robin a voulu mettre en lumière cet élan national à plusieurs niveaux : « Le Renouveau du Bassin Minier n’est pas seulement un dispositif afin de réhabiliter les logements. Certes, l’efficacité énergétique est très importante pour le pouvoir d’achat, mais c’est aussi du lien social ! ».

L’ambition du quartier Sabatier

Guillaume Colson, au micro, et deux salariés en insertion au sein de l’association « Les Agri-Urbains du Hainaut »

Cette résidence minière historique à la lisière de la forêt domaniale est bien plus qu’une rangée de maisons alignée. Des habitants du quartier Sabatier sont venus au pupitre afin d’en témoigner. Des bénévoles, des retraités, des responsables associatifs, mais aussi des salariés dans un parcours d’insertion grâce à l’association « Les Agri-Urbains du Hainaut » étaient présents pour ce tour de vécu au sein du quartier Sabatier.

« Notre mission est de proposer à la population de ce quartier, à travers une ferme urbaine et une coopérative, une approche de la biodiversité, des emplois en insertion, mais également une alimentation saine. Ce sont les habitants, via le Conseil citoyen, qui vont choisir les plantations dont ils veulent. Dans cette optique, nous allons également organiser des formations culinaires pour le zéro déchet alimentaire. Il faut valoriser tout le produit ! », explique Guillaume Colson, le créateur de cette association en 2015.

Site de la future Ferme Urbaine sur Raismes

Basée sur Anzin, cette association de loi 1901 est reconnue dans le giron des structures d’insertion. « Nous avons trois salariés du quartier Sabatier en insertion. Bien sûr, l’objectif est qu’ils retrouvent un emploi stable par la suite », poursuit-il. Avec des réalisations (déjà) sur le quartier Dutemple à Valenciennes, sur Vieux-Condé, Fresnes-sur-Escaut, bientôt sur Douchy-les-Mines, et sur Petite-Forêt avec le concours d’Auchan, « Les Agri-Urbains du Hainaut » se positionnent durablement dans le Valenciennois.

Le maire de Raismes reconnaît sans ambiguïté : « Bien sûr, le RBM est un accélérateur de nos projets. Mais, nous avons vu plus loin que ce dispositif, nous travaillons sur un projet jusqu’en 2032 ! Nous allons d’ailleurs faire la restitution de ces deux ans de consultation auprès de la population le 26 mars prochain à la salle des fêtes du centre », poursuit le maire.

 « Je suis bluffé ! », Alain Neveü, délégué interministériel pour le RBM

Suite à cette série de témoignages, mais également à une balade impromptue sur le futur site de la ferme urbaine, avec prochainement 500 M2 de serres, une coopérative etc., le délégué interministériel pour le RBM, Alain Neveü, est enthousiaste face à cette traduction de proximité. « Vous avez tout compris, je connaissais déjà un peu votre projet global ; mais là je suis bluffé ! Le RBM est une coopération solidaire entre l’Etat et les collectivités pour les dix prochaines années », commente Alain Neveü.

Enfin, le Sous-Préfet de Valenciennes, Christian Rock, pointe du doigt le fait que « cette ville est pleine de projets, sa Maison des Services inaugurée fin d’année 2018… Le dispositif du Renouveau Bassin Minier offre des moyens à ces initiatives locales dans le Bassin Minier ».

Bref, le RBM fait l’unanimité politique, et c’est assez rare… !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 16 mars 2019
Alain Neveü Aymeric Robin Christian Rock RBM Renouveau du Bassin Minier
Le Renouveau du Bassin Minier poursuit son Buzz à Raismes
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email