Ancien étudiant de la « Dream », une filière reconnue nationalement à l’Université Polytechnique Hauts de France, Arnaud Delmarle a présenté le vendredi 10 mai, au sein de la Serre Numérique, un projet personnel à travers un moyen métrage de 40 minutes baptisé « Le Doute ».

(Toute l’équipe du film « Le Doute » d’Arnaud Delmarle)

Arnaud Delmarle : « Le réalisateur doit pouvoir remplacer n’importe quel métier du cinéma »

Originaire du Havre, âgé de 21 ans, Arnaud Delmarle est venu suivre son cursus à l’UPHF. « J’avais le choix entre plusieurs BTS audiovisuel, mais la Dream était pour moi le cursus le plus polyvalent sur les métiers du cinéma et de la télévision », précise-t-il.

Après ce cycle de trois ans à Valenciennes, Arnaud est parti sur l’arrondissement de Marseille (Aubagne) pour un Master à Université d’Aix-Marseille, département SATIS sur les « Métiers de la production et de la réalisation ». Pour autant, il a tenu à venir présenter son moyen métrage tourné en juillet 2018 sur Valenciennes. « C’est un projet personnel pour lequel je fus très soutenu par la DREAM. En effet, une équipe de quinze techniciens de la DREAM m’a assisté durant les 16 jours de tournage en juillet 2018 ».

Ce moyen métrage d’une durée de 40 minutes, pas un format facile entre le court et le long métrage, met en lumière un étudiant passionné de cinéma en pleine introspection sur ses motivations et sa passion. Un tournage avec 30 acteurs, dont 2 semi-professionnels, où le montage fut compliqué puisque le jeune réalisateur était en cours d’étude près de Marseille, ensuite le temps de l’étalonnage durant le premier trimestre 2019.

Pour sa diffusion, Arnaud Delmarle a bénéficié de soutiens importants. « J’ai profité du réseau de la Serre Numérique, et de Rubika qui a vraiment joué le jeu. Je remercie également le CLAP du Valenciennois pour sa subvention de 800 €. Ce moyen métrage a été diffusé dans 4 ou 5 salles et sur les réseaux sociaux », poursuit Arnaud Delmarle.

Plus tourné vers la réalisation de films de fiction dramatique, voire la vie sociale et son lot d’émotions, Arnaud Delmarle espère que « le Doute sera une belle carte de visite. Je suis très content du résultat. Je vais essayer de présenter ce moyen métrage au festival de Clermont-Ferrand, la référence en terme de court-métrage ».

Sur son avenir, il est conscient de la difficulté du métier de réalisateur, les idées, les scénarios, le sacro-saint budget du film, tout est complexe, connaître le 7ème art sur le bout des doigts est une évidence… « c’est pourquoi, le réalisateur doit pouvoir remplacer n’importe quel métier du cinéma ». Gageons qu’Arnaud Delmarle, fan d’Alfred Hitchcock, soit un futur réalisateur sans « l’ombre d’un doute ».

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 15 mai 2019
Arnaud Delmarle Dream Le Havre SATIS Université d'Aix-Marseille UPHF
Arnaud Delmarle sans aucun « Doute »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email