Les joueuses de Fabrice Fernandes vont-elles disputer les play-offs ou les play-downs ? Tantôt huitièmes tantôt neuvièmes, les victoires comptent pour être du « bon côté ». La réception du voisin ardennais samedi salle Maurice Hugot était l’occasion d’engranger des points, d’autant plus que la capitaine des Flammes Amel Bouderra, blessée, ne jouait pas. Les Hennuyères ont couru après le score et commis des erreurs qu’elles ont payées cash. Elles s’inclinent de peu (76-79) mais n’ont pas toutes montré leurs volontés de guerrières.

Un manque de gnaque

Le public avait répondu présent pour cette 16e journée de Ligue féminine. Les Hennuyères prennent un bon départ sous l’impulsion de Limouzin et Akonga (4-0) mais Charleville recolle (4-4, 2’) puis accélère (11-18, 6’). Solopova vient réduire l’écart au buzzer (21-24).
Koné place les siennes en tête (32-31, 15’) entraînant la prise d’un temps mort ardennais. Romuald Yernaux a remis son équipe sur de bons rails (35-42, 17’). Les Hennuyères rentrent aux vestiaires avec 6 points de retard (40-46). Rien de rédhibitoire !
La maladresse de l’ailière Ellenberg (4/11) et le manque d’agressivité d’Akonga au rebond ne sont pas de bons indicateurs. Les Hennuyères restent dans la course (50-55) mais les Ardennaises, emmenées par une Sottana réveillée (8 points dans le troisième quart-temps), augmentent leur matelas (53-63, 30’). Charleville maintient la distance (61-71, 35’). Les Hennuyères, poussées par leur public, grignotent (73-75). Le hold-up est-il réalisable ? Ellenberg a le ballon d’égalisation à 77-77 mais ne shoote qu’à mi distance 76-77. Menées de trois points avec 3 secondes à jouer, l’entraîneur hennuyer demande un temps mort : il donne les consignes pour un tir à trois points en désignant les joueuses qui passent et celle qui tire. Derrière le banc hennuyer,  les supporters espèrent que leur équipe va arracher une prolongation…Et bien non, rien ne se déroule comme prévu…pourquoi ? Mystère…Les Hennuyères n’ont pas donné l’impression d’avoir tout fait pour gagner.

« Nous courons après le score »

L’entraîneur hennuyer Fabrice Fernandes est forcément déçu « nous avons mis de l’énergie et de l’intensité mais ça ne passe pas, ça ne suffit pas. Ça se joue sur des détails, nous n’arrivons pas à passer devant. Nous manquons de rigueur comme les balles perdues (11) ».

L’intérieure Assistan Koné est frustrée « de perdre de trois points à la maison. Nous courons après le score -10, -2, nous faisons le yoyo. C’est sur des petits détails que nous perdons : lancer franc, rebond, perte de balle. Nous avons aussi raté des paniers faciles ».

L’entraineur ardennais Romuald Yernaux est satisfait, « nous savions que nous étions en danger ici. Nous nous attendions à un match serré, ça l’était à la fin. Nous ne pouvons pas toujours être tout feu tout flamme. Nous repartons avec la victoire c’est le principal. Jouer sans Amel ça renforce l’équipe».

Saint-Amand Hainaut Basket – Charleville : 76-79 (21-24, 19-22, 13-17, 23-16).

SAHB : Ellenberg-Wiley 12, Limouzin 4, Kone 15, Solopova 8, Akonga 21 puis Coulibaly 1, Mané 5, Fouasseau 10.

Charleville : Kelley 7, Mestdagh 7, Sottana 18, Myem 15, Akhator 20 puis Diawara 3, Chevaugeon 9, Salaun.

Anne Seigner

Publié par Anne Seigner le 8 mars 2020
Assistan Koné Fabrice Fernandes Romuald Yernaux
(Basket) Les Hennuyères s’inclinent face à Charleville (76-79)
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email