D’aucuns pourraient dire que c’est un chantier immobilier comme un autre, mais pas du tout. Après le lancement de la démolition d’un collectif sur le quartier de la Chasse Royale à Valenciennes, le top départ d’un chantier par Protéame de logements sur Douchy-les-Mines marque le retour à une activité déconfinée tant attendue, si indispensable !

(Visuel du programme avec, sur la gauche du plan de masse, le bassin de rétention (bâche verte) où les 31 lots libres sont aménageables)

Patrick Perot : « Nous sommes le bras armé de la collectivité locale pour réaliser un programme de 274 logements »

L’offre de logements non pourvue annuellement sur le Valenciennois oscille entre 10 000 et 12 000. Voilà pourquoi un marché public initié par la commune de Douchy-les-Mines, remporté en 2015 par le syndicat mixte Protéame, avec un programme à terme de 274 logements à la clé constitue une annonce importante. « Nous sommes une société d’économie mixte dans les Ardennes avec comme actionnaire le département, la ville de Sedan, celle de Charleville-Mézières… En 2015, il n’y avait pas de SEM départementale pouvant répondre à ce marché public. En effet, Protéame a signé un contrat de concession d’aménagement, nous sommes le bras armé de la collectivité locale pour réaliser un programme de 274 logements », explique le Directeur général.

Patrick Perot, DG de Protéame

Dans les multiples possibilités pour un édile de lancer un programme de logements, la concession est le plus intéressante dans la maîtrise de bout en bout du dossier. Contrairement à un permis de construire délivré où certains corps de métiers privés défaillants peuvent ralentir un programme, où le politique se réfugie derrière l’activité économique privée hors de son champ d’intervention ; là, le choix d’un solide bâtisseur est impérieux. La collectivité locale désigne son exécutant, voire très armé, car tout défaut dans l’exécution du dit contrat serait imputable 100 % à la collectivité.

Evidemment, la première idée venant à l’esprit est cet écart dans la temporalité, marché public 2015, premier coup de pioche en juin 2020, certes avec un confinement durant 55 jours. En 2015, Protéame remporte ce marché public. Puis le temps administratif joue sa partition avec qui plus est l’archéologie où Protéame a trouvé des vestiges de l’époque romaine, mais en perdant 18 mois pour un coût de 500 000 €. On n’oublie pas les aléas des secousses sismiques entre les bailleurs sociaux et le gouvernement, perdant d’une main sur les APL, mais également la ponction sans vergogne de leurs fonds propres. Ce temps politique fut très médiatisé. A contrario, ces derniers ont retrouvé une marge de manoeuvre à travers la loi Elan… dans une grande discrétion.

7,5 hectares d’espace foncier « Urbanisable » sur Douchy-les-Mines

Tout chose étant égale par ailleurs, ce projet a poursuivi son chemin « sans l’appui des bailleurs sociaux jusqu’à sa validation par le Conseil municipal sur son périmètre, son programme, et son financement en novembre 2019 », précise le directeur. Ce programme est situé à l’angle de la rue Pasteur et de l’Avenue Cachin, cet aménagement va urbaniser jusqu’à l’orée de la Route de Haspres sur 7,5 hectares de terrains urbanisables.

« une 1ère phase de construction de 31 lots libres », Michel Mastandreas

Même si Protéame intervient en lieu et place de la collectivité locale, il est indispensable de phaser la construction. Dans un premier temps, le syndicat mixte commence le chantier de viabilisation, des voiries, des espaces verts, de l’éclairage public « afin de permettre le lancement d’une première tranche de construction de 31 lots libres. Ce chantier occupera la partie basse, coté bassin de rétention au bout de l’impasse Cachin. Nous organisons une construction avec une réelle césure entre les maisons (espace vert) », précise Michel Mastandreas, l’architecte urbaniste. Cette première période de travaux durera six mois. 

Pour éviter toute confusion, le directeur mentionne : « Sur nos chantiers, nous préférons achever les trottoirs, l’éclairage public, les espaces verts… même si tout n’est pas construit. Pour le mois de novembre, nous pourrons laisser rentrer les grues pour la construction de ces 31 lots individuels ».

Une mixité sociale prévue… !

Bien sûr, sur les 274 logements prévus, des béguinages, des maisons individuelles, des très petits collectifs, la gamme est vaste avec assurément une part de mixité sociale. Pour autant, cette première phase démarre en lots libres afin de lancer le programme, soyons clair ! « Dès ce jour, vous pouvez réserver votre lot. Compte tenu de cette fin de 1ère phase en novembre, des particuliers pourraient rentrer dans leurs maisons au printemps 2021 », ajoute le Directeur général.

Michel Mastandreas, Gérard Leveau en charge de l’AMO avec EDIFIM et Annelise Manesse

« Les parcelles sont commercialisés, de 450 m² à 650 m², et à partir de 48 000€ TTC, elles s’adressent autant aux acquéreurs qui souhaitent un plain-pied qu’à ceux qui veulent un grand jardin », commente Annelise Manesse, en charge de la commercialisation pour Protéame.

Enfin, ce dossier est déjà passé par les fourches caudines de la Porte du Hainaut, et respecte « le SCOT du Valenciennois avec 25 logements à l’hectare. Ces habitats bénéficieront d’un chauffage gaz à basse consommation. Pour autant, un autre mode de chauffage pourrait s’envisager à travers le réseau de chauffage urbain (via le SIAVED) pour la suite de ce projet », conclut Patrick Perot.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 15 juin 2020
Douchy-les-Mines Michel Mastandreas Patrick Perot Protéame
Protéame en chantier sur Douchy-les-Mines
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email