Le jour de l’hommage national, à La Sorbonne, à Samuel Paty. De nombreux maires ont voulu marquer l’événement sur leur commune. Dans cette optique Aymeric Robin, le maire de Raimes, a prononcé un discours en hommage à cet enseignant de 47 ans, et remis une gerbe de fleurs au pied de l’arbre de la laïcité Place des Hêtres à Raismes.

Aymeric Robin : « Là où on réduit la pensée commence la dictature »

Cet acte barbare aurait pu se passer dans d’autres contrées, plus hostiles à la liberté d’expression. « Non, c’était en France en 2020 qu’un professeur d’histoire-géographie, passionnant, passionné, drôle, a été assassiné. Pourquoi ? », lance l’édile.

Déjà, Aymeric Robin tance les réseaux sociaux « qui ont conduit à cette tragédie humaine où un jeune de 18 ans, résidant à 80 km, est venu devant le collège de Conflant Saint-Honorine. Ce sont eux qui ont armé le bras de l’assassin », et en même temps cet article va circuler aussi grâce aux réseaux sociaux, c’est le docteur Jekyll et M. Hyde en même temps du web… !

« la culture de la tolérance », Aymeric Robin

La question envahissante, celle dont la réponse est insoutenable, réside dans la mission simple, mais terriblement lourde de former « des esprits critiques. Quel était le crime de Samuel Paty ? Celui d’apprendre à des élèves la culture de la tolérance et de l’acceptation de tous ! Là où on réduit la pensée commence la dictature. C’est pourquoi, nous sommes réunis devant l’arbre de la laïcité, celle qui permet de croire ou de ne pas croire », déclare Aymeric Robin.

Le maire conclut son propos avec une lettre d’élèves pas comme les autres devant un parterre d’élus de la majorité et de l’opposition municipale.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 21 octobre 2020
Aymeric Robin laïcité Raismes
Aymeric Robin : « Quel était le crime de Samuel Paty ? »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email