Alors que mercredi, les Amandinoises avaient su renverser une situation mal engagée, ce dimanche face à Toulon salle Maurice Hugot à huis clos, elles ont couru après le score…mais ne l’ont jamais dépassé. Elles ont eu le ballon d’égalisation alors qu’il restait 30 secondes à jouer…mais elles s’inclinent d’un but (26-27). Rageant !

Trop de pertes de balle

Dimanche les Amandinoises disputaient le match de la 3ième journée qui a été reporté en raison du virus qui touchait quatre Toulonnaises. Pour partager la rencontre avec les supporters et partenaires, le club avait mis en place la diffusion de cette rencontre sur sa page facebook. Résultat : une moyenne de 780 vues et un pic à 840. Même si la salle est vide, le speaker se donne à fond et met la sono à fond aussi… !

La rencontre démarre sur une succession de maladresses de part et d’autre. Toulon ouvre le score par Julien (0-1). Woloszyck maintient les Amandinoises au contact (3-4). Toulon profite de la sortie de Kouaya (deux minutes) pour accélérer (3-7). L’entraîneur amandinois prend alors un temps mort. Il est utile car Kolczynski, Malina, Kouaya trouvent le chemin des filets (6-8). Saint-Amand n’est pas assez précis dans les transmissions, Toulon intercepte et marque (6-11). Quand Saint-Amand intercepte en défense, la contre-attaque ne va pas au bout. L’entraîneur toulonnais prend à son tour un temps mort car les Amandinoises se rapprochent (10-12, 21’). Dupuis ne tremble pas au jet de 7 mètres, Toulon reprend de l’air (11-15). A la mi-temps les Amandinoises ont quatre buts de retard et ont surtout encaissé 17 buts. Vont-elles être en mesure de réagir ?

Frécon-Demouge égalise sur jet de 7 mètres (18-18, 38’). Saint-Amand a fait le plus dur, revenir mais ne parvient pas à passer devant. Toujours dans le coup (20-21), les Amandinoises encaissent un 0-4 (20-25, 49’). Fatal ? Non, une nouvelle fois elles s’arrachent pour revenir. La capitaine Malina qui glisse sur le parquet, se cogne la tête, elle est KO, sortie sur une civière puis conduit au CH de Valenciennes pour examens. Chalmandrier égalise (25-25, 25’). Quelle équipe va craquer ? Il reste 30 secondes à jouer, le score est de 26-27. Les Amandinoises ne se créent pas d’occasions pendant les dernières secondes…elles s’inclinent d’un but. Elles peuvent relire les Fables de La Fontaine…rien ne sert de courir, il faut partir à point…

 « La première mi-temps nous coûte cher », Manuella Dos Reis

L’entraîneur amandinois Florence Sauval n’a pas apprécié l’entame de match, « nous sommes tous d’accord, la première mi-temps est ratée, nous sommes maladroites, ça nous a été préjudiciables. Nous avons manqué de lucidité et de maîtrise. En deuxième mi-temps, nous avons été dominatrices, nous sommes revenues, mais nous n’avons pas maitrisé le 6 contre 5. Je vais retenir le combat des filles. Il y a beaucoup de frustrations, nous méritions peut-être mieux que ça. Nous devons encore progresser dans notre handball, le résultat n’est pas là, mais elles ont beaucoup donné durant cette rencontre. Le groupe est jeune, naïf, c’est important de faire de bonnes entames. Courir après le score demande beaucoup d’énergie, ça nous avait réussit face à Dijon ».

La gardienne amandinoise Manuella Dos Reis est bien consciente qu’il y a encore beaucoup de travail, « nous faisons des erreurs évitables, nous les payons cash. C’est l’accumulation de situations où nous nous lançons qu’à moitié. La première mi-temps nous coûte cher. Il faut être plus rigoureuses, nous avançons match après match ».

L’entraîneur toulonnais Laurent Puigségur est soulagé, c’est sa première victoire après quatre défaites « elle fait beaucoup beaucoup de bien même si la fin de match n’est pas ce que j’espérais…Nous avons dominé du début à la fin. Jouer à huis clos, c’est compliqué, mais tout le monde est à la même enseigne. Nous avons eu quelques sautes de concentration qui ont remis Saint-Amand en selle. Quand tu ne gagnes pas, c’est dur psychologiquement, j’espère que cette victoire, sur la plus petite des marges, va nous permettre de nous libérer. L’équipe est nouvelle et jeune, nous avons besoin de temps  ».

L’arrière droite toulonnaise Marie Paule Gnabouyou a le sourire, « ouf, nous allons retenir la victoire c’est positif mais il y a un peu un sentiment de frustration. Nous le savons Saint-Amand est une équipe qui ne lâche jamais rien, nous avons fait preuve de solidarité. Ce n’est pas un match référence, nous avons fait preuve d’abnégation. Ce n’était pas beau à voir, mais le résultat est là ».

Saint-Amand – Toulon Saint Cyr : 26-27 (13-17).

– Saint-Amand : Dos Reis (7 arrêts sur 27, 43 minutes), Sousa (4 arrêts sur 10, 16 minutes), Kolczynski 3, Woloszyk 3 , Frécon-Demouge 5, Hurychova 1, Kouaya 3, Chalmandrier 2 puis Malina 4, Bellonet 2, Zivkovic 2, Pellerin, Plazanet 1.

– Toulon Saint Cyr : Balzinc (6 arrêts sur 30, 59 minutes), Callegher (0 arrêt sur 2, 16 secondes), Gnabouyou 2, Kramer 2, N’Diaye 2, Bulleux 4, Julien 4, Abdourahim 3 puis Dupuis 6, Berger Wierzba 3, Rozemalen, Schirmer, Mandret 1 .

Anne Seigner

Publié par Anne Seigner le 1 novembre 2020
Florence Sauval Laurent Puigségur Manella Dos Reis Marie-Paule Gnabouyou
(Hand) Les Amandinoises ne sont pas parties à point, Toulon en profite (26-27)
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email