1. Accueil
  2. Accueil
  3. Un budget de relance sur Anzin
AccueilValenciennois

Un budget de relance sur Anzin

Sur la commune d’Anzin, le vote du Budget primitif 2021 constituait le plat de résistance accompagné de plusieurs délibérations liées à des projets écologiques. Néanmoins, l’inéligibilité de Nicolas Fehring, tête de liste d’une opposition unifiée aux dernières municipales, a embolisé le début de ce Conseil municipal, un événement politique indéniablement… !

Pierre-Michel Bernard : « C’est la démocratie qui fait respecter les textes, pas moi ! »

En prélude de ce Conseil municipal d’Anzin, l’édile devait entamer ce dernier opus de l’année 2020 par les décisions du Tribunal administratif de Lille de ce jeudi 17 décembre 2020.

La justice administrative a débouté les recours de Nicolas Fehring afin d’invalidé l’élection municipale du 15 mars 2020, tout comme l’éligibilité de Pierre-Michel Bernard. Ensuite, le TA a débouté Pierre-Michel Bernard pour un recours en « procédure abusive », mais le fait de justice majeur est l’inéligibilité de Nicolas Fehring pour non respect de l’article 231 du Code électoral.

Pierre-Michel Bernard

« Je comprends que tout le monde soit un peu surpris. C’est du jamais vu qu’une tête de liste soit déclarée inéligible après (presque 9 mois) l’élection. Pour autant, le Tribunal administratif ne fait qu’appliquer le Code de Procédure électorale. Contrairement à certains propos sur les réseaux sociaux, c’est la démocratie qui fait respecter les textes, pas moi ! Nous avions reçu un document justifiant cette inéligibilité, mais seulement 4 jours avant le dépôt des listes… Bien sûr, la tête de liste peut faire un recours (devant le Conseil d’Etat), mais les textes sont clairs » (https://www.va-infos.fr/2020/12/19/nicolas-fehring-declare-ineligible-sur-anzin/).

« Fermeture plus rapide », Pierre-Michel Bernard

Compte tenu de l’état de vétusté du théâtre d’Anzin, dont le propriétaire est Valenciennes Métropole depuis 2 ans, conjugué à « une dégradation amplifiée durant les confinements où le béton présente des fissures, la toiture des fuites, un système électrique a changé intégralement, cette réhabilitation lourde va se chiffrer à 20 millions d’euros. Bien sûr, avec ce bâtiment Art-déco, il sera suivi par les Bâtiments de France », commente le maire. Ce chantier devrait s’étaler quasiment durant l’intégralité de ce mandat.

Convention avec Mes Commerçants Grand Hainaut

La ville d’Anzin passe une convention avec l’association « Mes Commerçants Grand Hainaut », portée par la CCI Grand Hainaut, afin de payer l’abonnement pendant 6 mois à cette market-place locale, soit 30 euros par mois + 50 euros de frais d’entrée (https://www.mescommercantsdugrandhainaut.com).

Une chaudière à bois

Dans le cadre de France Relance, l’école maternelle Bertrand Tavernier a bénéficié d’un (gros) coup de pouce financier de l’Etat (https://www.va-infos.fr/2020/11/05/france-relance-materialise-a-anzin/) anticipant les travaux programmés.

Dans la prise en compte de ce dossier par France Relance, l’installation d’une chaudière à bois faisait partie des éléments déterminants. « C’est un gros poste. Cette nouvelle chaudière va participer à une réduction massive de la dépense énergétique », précise Damien Coyez.

Hamid Jamjam, nouveau conseiller municipal en remplacement de Nicolas Fehring

C’est pourquoi la ville d’Anzin a sollicité le fonds énergie, à hauteur de 48 753 euros, mis en place par Valenciennes Métropole. Et durant ce Conseil municipal, la commune sollicite également le fonds FRATRI du Conseil régional Hauts-de-France pour un montant de 19 029 euros. Pour sa part, la ville d’Anzin investira 21 316 euros sur ses fonds propres pour un total de 106 583 euros.

DETR 2021

Autre dossier écologique, l’isolation énergétique de l’hôtel de ville d’Anzin revêt un intérêt premier. La partie historique de la Maison du Peuple, 1874, et celle des années 50, feront l’objet d’une rénovation énergétique significative. A n’en point douter, la mairie est une passoire thermique de premier plan. Pour arriver à bonne fin, l’Etat participe à hauteur de 181 279 euros et la commune d’Anzin 222 298 euros. De fait, la municipalité se conforme au dernier “décret tertiaire” sur l’efficacité énergétique, un texte issu de la loi ELAN 2. 

« Notre capacité d’autofinancement supérieure à 2 millions d’euros », Pierre-Michel Bernard

Dès le mois de septembre 2020, le premier Ministre Jean Castex demandait aux collectivités locales et territoriales de participer à l’investissement public. A ce titre, comme d’autres en capacité de le faire, la commune d’Anzin vote « un budget agressif en terme d’investissement, un vrai budget de relance. En 2021, il sera de 6 167 000 euros, soit plus d’un million d’euros supplémentaires par rapport à 2019. Cet investissement est possible grâce à notre capacité d’autofinancement supérieure à 2 millions d’euros. Avant 2008, elle n’était que 400 000 à 500 000 euros, chacun jugera ! », commente PierreMichel Bernard.

Evidemment, ce recours aux fonds propres est lié étroitement à la capacité de remboursement d’une commune, le chiffre baromètre de toute collectivité publique. « Nous avons une capacité de désendettement de 3,42 années (très bas pour une commune). C’est pourquoi, nous veillons particulièrement à notre budget de fonctionnement (hausse 2021 de moins de 1%) », ajoute le maire.

Le budget primitif de la commune d’Anzin s’établit à 25 554 784 euros en tenant compte des « dépenses imprévues comme pour le Covid-19 », commente l’adjoint aux finances. Le budget fut adopté à la majorité avec 4 abstentions.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu