Quand le plan « France Relance » croise un projet de réhabilitation/extension d’une école communale, cela débouche sur une optimisation du dossier, pas forcément en terme de temporalité, mais surtout sur la capacité à boucler cette initiative voire l’opportunité de lancer d’autres projets. Ce jeudi 05 novembre, l’Etat de proximité était donc au rendez-vous de la première pierre de ce début de chantier sur l’école maternelle « Bertrand Tavernier » à Anzin.

Pierre-Michel Bernard, maire d’Anzin : « Regard bienveillant sur notre projet »

Cette école « Bertrand Tavernier » est particulière dans le département du Nord. « Elle date de 1880, c’est sans doute la plus vieille école sur le département », commente Simon Fetet, secrétaire général de la Préfecture de Lille, et sous-préfet de Lille.

Ce projet de réhabilitation/extension lourde faisait partie du programme de l’édile dès 2014. « Nous essayons de transformer une école par an. C’est la 5ème, elle s’organisera avec la mise en place de modulaires (sur un parking à proximité) pour les enfants. Nous avons eu une expérience de rénovation en site occupé, c’était compliqué ! », précise le maire.

Cette école s’appelle « Bertrand Tavernier » en hommage à son film « Ça commence aujourd’hui» sorti en 1999 « et filmé en grande partie dans cette école », poursuit Pierre-Michel Bernard.

L’édile de la commune n’oublie pas de mentionner que « l’aide de l’Etat est importante, surtout dans cette période particulière. Elle nous permet de réaliser plusieurs projets sur un mandat. Dans le cas contraire, nous ne pourrions engager qu’un seul dossier de ce style par mandature. Ensuite, je remercie le Sous-Préfet de Valenciennes pour son regard bienveillant sur notre projet ».

« il est exemplaire », Simon Fleutet

Ruelle étroite d’accès aux écoles

Concrètement, ce projet a fait l’objet d’une étude fin 2018/2019 avec le choix (sur d’appel d’offres) du Cabinet d’architectes Chahine (Tourcoing). « Nous conservons la façade, mais pour le reste nous réalisons une purge avec une rénovation thermique, des panneaux solaires, une chaudière à bois (pellets de bois) commune avec l’école élémentaire Charles De Gaulle, et enfin l’élargissement de l’accès à l’école (actuellement via une ruelle très étroite). Ce chantier est prévu sur 18 mois avec un retour des enfants sur cet établissement scolaire pour la rentrée 2022 », commente un cadre technique de la commune.

Dotée de 4 classes pour 86 élèves, l’école « Bertrand Tavernier » nécessite un financement à hauteur 3,1 millions d’euros. « Nous bénéficions d’un apport initial de l’Etat à hauteur de 698 000 €, mais le plan « France Relance », dans le cadre duquel nous avons présenté notre projet, nous apporte une subvention supplémentaire de 686 000 euros, soit 1,3 millions d’euros », déclare le maire.

« Ce projet a été retenu, car il est exemplaire avec l’installation de panneaux photovoltaïques, d’une chaudière à bois commune, d’une micro-cantine, d’un accès PMR, et d’une amélioration de l’outil pédagogique. Cette école « Bertrand Tavernier » fait partie des 63 projets financés par l’Etat dans le département du Nord dans le cadre du plan France Relance », précise Simon Fetet.

Pierre-Michel Bernard conclut cette manifestation en précisant « que l’école Charles de Gaulle (élémentaire) et Bertrand Tavernier (maternelle) seront regroupées dans un seul Groupe scolaire pour la rentrée prochaine ».

Pour sa part, le Secrétaire général de la Préfecture de Lille se réjouit « d’une première pierre comme symbole du couple Préfet/Maire » sur ce plan France Relance.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 5 novembre 2020
Anzin Pierre-Michel Bernard Simon Feutet
France Relance matérialisé à Anzin !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email