1. Accueil
  2. Accueil
  3. Michel Chpilevsky : « J’ai eu la chance d’être Sous-Préfet de Valenciennes »
AccueilTerritoire

Michel Chpilevsky : « J’ai eu la chance d’être Sous-Préfet de Valenciennes »

Ce jeudi 27 octobre 2022 à minuit, Michel Chpilevsky ne sera plus en poste comme Sous-Préfet de Valenciennes avec une nouvelle prise de fonction au Ministère de l’Intérieur, le 01 novembre prochain, comme Préfet Chargé de mission. De fin mars 2020 à fin octobre 2022, retour sur une période assez courte, mais d’une rare intensité dans un contexte exceptionnel où l’Etat a fait feu de tout bois à travers son bras armé de proximité par essence.

Michel Chpilevsky : « La puissance économique de ce territoire… »

Arrivé en provenance d’Arles « où j’ai traversé une France vide », Michel Chpilevsky a pris ses fonctions fin mars 2020 sur un territoire en guerre comme partout sur l’hexagone. « J’ai vraiment vécu le premier confinement à Valenciennes », souligne-t-il.

Evidemment, cette période de guerre sanitaire a beaucoup modifié les incontournables d’un représentant de l’Etat « ma première mission était de veiller à la fabrication des masques, la remise en route des écoles en sortie de confinement 1, les services urbanismes des collectivités publiques à l’arrêt… », indique Michel Chpilevsky. Ensuite, la prise de contact avec les élus du territoire fut uniquement téléphonique, tout comme avec les entreprises « avec un plaisir accru de les rencontrer courant mai 2020 ».

Effectivement, rien n’était habituel durant plus de deux ans. Un moment où « je veux saluer l’action des agents de l’Etat en Sous-Préfecture de Valenciennes, une cinquantaine pour ce territoire de 360 000 habitants. Certains départements sont moins denses en terme de population », ajoute le Sous-Préfet de Valenciennes.

« Une Relance très forte », Michel Chpilevsky

Après cette période de sidération sanitaire en parant au plus pressé, le calendrier du redémarrage de l’économie fut indéniablement le temps fort européen, national, et territorial. Cette dynamique s’est traduite en septembre 2021 par un soutien financier, soutenu par l’Europe, à hauteur de 100 millards d’euros comprenant les volets économiques, la transition écologique, et la dimension sociale. Le Valenciennois fut un des premiers plans à mettre en oeuvre « son plan France Relance », insiste Michel Chpilevsky.

Cette situation inédite dans la carrière de tous les Préfets et Sous-Préfets a permis indéniablement « plus de visibilité des actions de l’Etat ». En effet, très souvent partenaire, l’action de l’Etat depuis toujours passe parfois en arrière-plan de la photo comme si tout coulait de source, sauf que cette fois les outils sur la table ont été salvateurs pour l’économie à tous les niveaux, difficile de l’évincer même pour ses plus fidèles détracteurs.

De nombreux dossiers locaux ont accéléré leur temporalité afin de bénéficier de cette manne supplémentaire via France Relance. Toutefois, l’impact bâtimentaire le plus spectaculaire sur le Valenciennois demeure la mise en oeuvre de l’ANRU 1 et aujourd’hui de son deuxième volet le NPNRU (Nouveau Plan National de Rénovation Urbaine). « Sur le Valenciennois, vous avez 4 dossiers NPNRU, Chasse Royale/Valenciennes-Condé-sur-l’Escaut-Bleuze Borne/Anzin-Marly sur Valenciennes Métropole et un sur La Porte du Hainaut-Denain Centre », déclare Michel Chpilevsky.

Par corrélation, l’appui de l’Etat sur le volet thermique des logements miniers sur le territoire concerné par le Plan RBM (Renouvellement du Bassin Minier), signé en mars 2017, participe à cette dynamique globale.

« Cette capacité à travailler ensemble des élus est frappante », Michel Chpilevsky

L’autre point que le Sous-Préfet partant tient à mettre en avant est une certaine appétence des élus du Valenciennois à collaborer au delà des chapelles politiques. « Cette capacité à travailler ensemble des élus est frappante. J’ai beaucoup travailler avec les 2 agglos et tous les maires en général. Le Valenciennois est aujourd’hui (3ème trimestre 2022) à 12% de chômage, mais d’où revenons nous ! (Plus de 20%) », mentionne le Sous-Préfet de Valenciennes. Justement, deux contrats sur mesure furent depuis 2 ans sur le devant la scène, les emplois francs très prisés par le privé « avec 1 600 contrats signés depuis le début de l’année 2022. De même, le CIE (Contrat d’Initiative Emploi) où nous avons fléché les bénéficiaires du RSA dans le Valenciennois afin qu’ils soient prioritaires sur ces contrats », poursuit-il.

Cette particularité du Valenciennois trouve ses racines dans ses épreuves successives, fermeture du monde de la mine, d’Usinor Denain, des séismes de l’emploi en live. C’est pourquoi, les failles sociales sont encore trop nombreuses… « 23% de la population est en situation de précarité avec 24 quartier en QPV (Quartier Prioritaire de la Ville) dans le Valenciennois sur 90 dans le Nord… pour 13% de la population totale du département », commente Michel Chpilevsky.

Face à une telle densité de population, l’emploi et le logement constituent les deux principales demandes des doléances du quotidien. Les bailleurs sociaux sont évidemment très présents dans le Valenciennois, SIGH et Partenord et bien d’autres, mais peu de gens le savent « le parc privé peut conventionner avec des bailleurs sociaux et par suite intégrer le réseau des logements sociaux avec les différents dispositifs (PLAI, PLAI Plus, PLS) », rappelle le Sous-Préfet de Valenciennes.

« J’ai voulu venir dans le Nord », Michel Chpilevsky

Le vécu en deux ans et demi coche beaucoup de cases. « J’ai voulu venir dans le Nord. C’était une grande opportunité pour moi, tant sur le volet humain que professionnel. J’ai eu la chance d’être Sous-Préfet de Valenciennes », mentionne le futur Préfet au sein du Ministère de l’intérieur.

Evidemment, tout le corps préfectoral connaît la dimension de la Sous-Préfecture de Valenciennes, ce n’est un secret pour personne initiée dans le domaine. « Le plus impressionnant est la puissance économique de ce territoire avec des grandes signatures industrielles dans le ferroviaire et automobile, des filières d’excellence, des pépites et un tissu de sous-traitants conséquent. Avec cela, vous avez une volonté des élus d’accompagner les entreprises », poursuit-il.

Enfin, presque comme symbole d’une singularité territoriale, Michel Chpilevsky évoque le Tour Notre-Dame du Saint-Cordon à Valenciennes à la fois religieux, laïc, et populaire. « Il était important de lui permettre de renouer avec sa tradition, de retrouver son essence ! ».Effectivement, ce territoire a la vertu de savoir mélanger les genres sans se dénaturer pour autant.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires