1. Accueil
  2. Accueil
  3. 4 mots d’un député RN change (déjà) la présidentielle 2027
AccueilTerritoire

4 mots d’un député RN change (déjà) la présidentielle 2027

Tout semblait rouler tranquillement pour le parti politique du Rassemblement National suite à une législative réussie avec 89 députés à l’Assemblée nationale ; le passage de pouvoir à la tête du parti politique s’annonçait avec sérénité entre Marie Le Pen et Jordan Bardella (compagnon de la fille d’une soeur de Marine Le Pen) après une longévité de la famille à sa tête, mais comme un claquement de doigt tout part à vau-l’eau un jeudi après-midi suite à un commentaire « à teneur raciste » comme le précise le journal Le Monde. En effet, le député, Grégoire de Fournas, du Groupe parlementaire RN, se fend d’un commentaire durant l’intervention d’un député de La France Insoumise, Carlos Martens Bilongo, dans le cadre d’une QAG (Question au Gouvernement). En l’absence de Marine Le Pen, ledit Groupe parlementaire était piloté par Sébastien Chenu, le député de notre 19ème circonscription. L’histoire politique retiendra que ce dernier n’a pas tenu ses troupes ce jeudi 03 novembre et que la stratégie de ce parti politique durant ce mandat 2022/2027 a changé à cette date (DR visuel RTL).

Affaire Grégoire de Fournas, le tournant politique (2022-2027) comme l’affaire Benalla (2017-2022)

Après un premier tour de la présidentielle mené avec pertinence par Marine Le Pen sur un thème unique, le pouvoir d’achat, avec un effet visible dans les urnes au soir du 1er tour de la Présidentielle ; malgré un second tour mal négocié, notamment sur les questions internationales où sa conférence de presse fut indigne du niveau requis en la matière, elle récolta sur sa lancée du 1er tour 13 millions de voix et par capillarité 89 députés grâce à une campagne de terrain durant 6 mois sur un thème au coeur de l’inquiétude des françaises et des français, la fin du mois… !

Cette réussite était palpable au point que le Rassemblement National a récupéré deux vices-présidences à l’Assemblée nationale, dont celle de Sébastien Chenu, faisant de sa personne la plus haute personnalité élue du Valenciennois avec Valérie Létard, vice-présidente au Sénat, c’est énorme !

Enfin, le coup de maître politique de Marine Le Pen avec un vote par son Groupe Parlementaire de la motion de censure de La France Insoumise, un véritable coup de billard à 3 bandes poussant plusieurs partis politiques dans les cordes. Un geste politique comme pour parachever une dédiabolisation de l’ex Front National, et puis à 15H46, le jeudi 03 novembre 2022… !

4 mots suffisent… !

Concrètement, le premier dommage collatéral réside dans le nouvel éclairage sur l’élection très tendue au sein du Parti Les Républicains. Ainsi, trois candidats sont en lice pour début décembre, mais Eric Ciotti tient la corde, comme favori des bookmakers dirait-on Outre-Manche. Cette nouvelle gouvernance du Parti LR par Eric Ciotti serait à considérer sous plusieurs angles d’hier et d’aujourd’hui. On n’oublie pas son appel à voter pour Eric Zemmour, au second tour de la Présidentielle, à l’époque où ce dernier crevait l’écran. Ensuite, on peut noter qu’Eric Ciotti fut le seul candidat/député du parti LR bénéficiant d’une absence de concurrence d’un candidat du RN en face de lui aux dernières législatives, et enfin la bienveillance de Marine Le Pen à son endroit ne cachant qu’à demi-mots qu’une présidence assurée par ses soins changerait la donne au sein de l’Assemblée nationale.

Certes, ce dernier affirme soutenir Laurent Wauquiez comme futur candidat à la présidentielle 2027, chez les LR, afin de capitaliser sur les militants de la puissante Fédération régionale dont l’ancien ministre est issu, mais il pourrait d’ici là tout faire pour banaliser la dilution de la droite républicaine, revendiquée depuis toujours comme gaulliste, au sein de la droite radicale ou d’extrême droite. Chaque militant devant voter début décembre, attaché à l’ex RPR et d’autres valeurs républicaines véhiculées par le Général de Gaulle, doit réfléchir à l’avenir propre, voire la survie, de leur parti politique. Certes, cette union des droites est une réalité dans d’autres pays d’Europe, mais pas encore en France.

Cette situation est presque baroque pour le RN, puisque ledit parti se polarise sur une tendance en Italie, avec l’arrivée d’une droite ultra radicale, d’un score encore impressionnant de Jair Bolsonaro au Brésil, d’une poussée de l’extrême droite dans les pays nordiques tout en étant en pleine amnésie de sa promotion du Brexit avec les conséquences arrivant à terme, catastrophiques pour les Britanniques, sans oublier Donald Trump et sa marche par ricochet sur le Capitole… ! En effet, pour un parti mettant en exergue, la France, les Françaises et les Français, le RN s’appuie sur le sens du vent politique dans le monde et pas le ressenti des Français. Pour autant, la seule question pertinente pour Marine Le Pen eut été de savoir si l’accès au second tour de la Présidentielle 2022 eut été possible avec cette ligne identitaire, en oubliant la thématique du pouvoir d’achat. La réponse ne coule pas de source du tout…, voire négative si l’on se réfère aux gesticulations d’entre les deux-tours de la Présidentielle !

4 mots qui changent la réflexion de tous les militants du parti Les Républicains à un mois d’un changement historique de leur Présidence, 4 mots qui modifient le fil rouge politique d’un début de lead du nouveau président du Rassemblement National à telle enseigne que la ligne sociale est décapitée dans le nouvel organigramme du Bureau du Rassemblement National, et surtout 4 mots dynamitant dores et déjà le paysage politique in fine de la Présidentielle 2027.

Le fil rouge politique du Rassemblement National, version Jordan Bardella, pour ce quinquennat ne trompe dorénavant PERSONNE !

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires