AccueilTerritoire

Le SIAVED rentre dans une autre ère !

A travers le vote, à l’unanimité des élus communautaires présents, en faveur de l’adhésion de 5 nouvelles EPCI (Agglo et Communauté de communes), en sus des 3 membres du SIAVED, le syndicat mixte des déchets sur Douchy-les-Mines deviendra dès le 01 janvier 2024 un dès plus important de France dans le domaine. Le passage de l’un à l’autre sera délicat. Charles Lemoine, le Président, et Didier Rychlak, le DGS, ont brossé les contours de cette étape décisive in fine au service des citoyennes et des citoyens.

Charles Lemoine : « Nous serons le 2ème syndicat de France, après Paris, avec la gestion de 3 CVE »

Pour 697 320 habitants et 271 communes regroupées dans 8 EPCI (Établissement public de coopération intercommunal), dont Valenciennes Métropole et La Porte du Hainaut, la validation par l’exécutif du SIAVED d’un élargissement majuscule est à marquer d’une pierre banche dans la gestion des déchets dans le Valenciennois et plus largement en l’espèce.

En effet, le syndicat mixe du SIAVED, et ses 3 collectivités publiques, ont voté l’adhésion au 01 janvier 2024 du Pays de Moral, du Pays Solesmois,  du Sud Avesnois, de Val de Sambre, et de Valenciennes Métropole. « Seul le Coeur de l’Avesnois a voté contre cette adhésion au SIAVED, mais peut-être plus tard », commente Charles Lemoine, le président du SIAVED.

Ces 5 nouvelles EPCI ont adhéré avec des niveaux d’implications différents. Pour sa part Valenciennes Métropole s’engage dans la compétence Traitement, déchèterie et réseau de chaleur, mais également sur la compétence collecte. D’ailleurs, un nouveau prestataire, le « Groupe Nicollin » (bien connu des footeux) a remporté le marché public en lieu et place du Groupe Suez.

Pour les autres collectivités territoriales, le Pays de Mormal, le Pays Solesmois, Val de Sambre, et le Sud Avesnois, elles n’adhérent que sur le 1er bloc de compétences (Traitement…).

« laisser au nouvel exécutif prendre les bonnes décisions», Didier Rychlak

Avant le vote, trois études d’impact, déchèterie, CVE et financière ont été présentées aux élus communautaires du SIAVED avec un constat limpide. « Tout ne va pas s’harmoniser au 1er janvier 2024. Cela va demander beaucoup de coordination et lisser dans le temps. Ensuite, il faut laisser au nouvel exécutif (à compter du 01 janvier 2024) prendre les bonnes décisions. Cette mise en oeuvre du nouveau SIAVED va demander une nouvelle organisation avec plus d’agents et d’élus », commente Didier Rychlak, le DGS du SIAVED.

Dans la foulée, ce dernier veut tordre le coup à une fakenews : « Non, nous n’allons pas déplacer les agents des déchèteries. Ils resteront sur leur site d’exploitation habituel ».

De son coté, le président abonde dans ce sens : « Je félicite les équipes du SIAVED qui ont travaillé à 200% sur ce dossier. En terme de ressources humaines, nous passons de 83 salariés à 170 environ. Au 01 janvier 2024, nous serons le 2ème syndicat de France, après Paris, avec la gestion de 3 CVE et 34 déchèteries ».

Enfin, le volet décisionnaire sera également transformé. « Nous passons de 27 délégués à plus de 80 avec 15 vice-présidence et une présidence », ajoute Charles Lemoine.

Un programme ambitieux pour les déchèteries du Valenciennois

A ce stade, le Plan Pluriannuel d’Investissement sur les 16 déchèteries est déjà bien entamé sur le SIAVED. « Techniquement, sur les 16 déchèteries, il reste 3 créations (ou rénovation complète), Douchy-les-Mines, Saint-Amand-les-Eaux, et Rieulay et deux modernisions légères sur Le Cateau et Caudry », précise le DGS.

Pour les 18 nouvelles déchetteries, l’ambition est claire. « Nous allons investir d’ici 2026 (date de fin de mandat) 2 millions d’euros par an pour les rénovations des sites sur Valenciennes Métropole. Bien sûr, tout ne sera pas fini d’ici 2026 et ce sera au prochain exécutif de planifier un nouveau PPI. J’espère que la DREAL, les services de l’Etat, seront indulgents, car tout ne sera pas aux normes le 01 janvier 2024 ».

Sur ce point, Patrick Triffi, élu de Raismes, s’interroge : « Il faudrait analyser géographiquement le positionnement de ces déchetteries afin de savoir s’il y a des sites très proches. Toutefois, si le coût d’un déchet en dépôt volontaire est cher, le prix d’un dépôt sauvage est encore plus élevé ! ».

Un autre élu communautaire rappelle « l’attachement du SIAVED au service public » en réponse à la déclaration de Charles Lemoine : « A une époque, nous avions eu le choix de déléguer nos déchèteries à un prestataire privé, c’était d’ailleurs plus simple. Néanmoins, nous avons fait un choix politique (et social) pour maintenir ces sites en régie avec des CDI pour tous les agents ».

Trois CVE en gestion

Avec cette adhésion multiples, le SIAVED va gérer 3 Centres de Valorisation Energétique, celui de Douchy-les-Mines avec 92 000 tonnes de déchets incinérés, Maubeuge avec 90 000 tonnes, et Saint-Saulve avec 125 000 tonnes. « Cela nous laisse une belle marge de manoeuvre pour négocier avec certains prestataires », souligne Didier Rychlak. Au niveau des équipements, l’étude d’impact révèle que le site de Saint-Saulve est le meilleur outil à ce stade. « Ecovalor a réalisé quasi son programme de travaux, soit 6,4 millions d’euros », précise le DGS. Pour le reste, celui de Douchy-les-MInes, et plus encore celui de Maubeuge, sont à rénover lourdement.

Concernant les réseaux de chaleur et la récupération de la chaleur fatale, il existe déjà deux réseaux, sur Douchy-les-Mines et Denain, un troisième est dans les tuyaux avec l’entreprise Soufflet, le long du canal de l’Escaut.

Les finances d’un grand

Enfin, l’étude d’impact réalisé avec l’assistance du cabinet BDL à Valenciennes révèle que cette mutualisation sera concrète avec du recul. Plus que les chiffres, la seule donnée véritablement importante est celui du coût d’un service de qualité au bénéfice du citoyen. « Pour l’instant, nous sommes sur des hypothèses en terme de projection. Il nous faudra 1 an de vécu afin de constater là où nous avons réduit le coût par habitant, ou pas, dans la gestion globale du déchet », conclut Charles Lemoine.

Le prochain comité syndical du SIAVED va désigner en décembre le nouvel organigramme du prochain exécutif en fonction le 01 janvier 2024.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires