AccueilValenciennois

(21ème) Jean-Noël Verfaillie renonce et qualifie le discours de Pierre Griner de « Populiste »

La 21ème circonscription dans la famille borlooiste du Valenciennois tourne au psychodrame, voire au burlesque, car après la candidature affichée de Pierre Griner, maire de Quiévrechain, le renoncement de Béatrice Descamps, Jean-Noel Verfaillie investi par la majorité présidentielle, jeudi 14 juin après-midi, fait son choix de ne pas y aller fin de ne pas ajouter un candidat dans cette confusion totale.

Jean-Noël Verfaillie : « Il y a donc trois candidats populistes sur la 21ème, la famille politique Valenciennoise a déjà perdu la circonscription »

Le moment est chaotique depuis dimanche soir, et en temps de crise la crédibilité politique est importante. Le maire de Marly commence son propos en lisant un article de va-infos, paru ce matin à 7H00, en indiquant le propos de Pierre Griner sur son absence d’intention de se présenter dimanche soir, pas avant mardi…!  A cet effet, il montre un texto de Pierre Griner destiné à différents maires de Valenciennes Métropole, dont Laurent Degallaix, envoyé dimanche soir. Ce dernier indique clairement que Pierre Griner est candidat indépendant à ce stade pour cette législative du 30 juin et 07 juillet prochain. Outre mon manque de professionnalisme en ne vérifiant pas cette affirmation du maire de Quiévrechain, il s’avère que la suite est d’autant plus surprenante… !

« Je remercie Gérald Darmanin pour son soutien », Jean-Noël Verfaillie

Ensuite, le maire de Marly commente « un moment historique. Laurent Degallaix m’a contacté pour que je présente ma candidature, car elle représentait une voix plus en phase avec la famille politique valenciennoise. Toutefois, il a constaté que Pierre Griner irait de toute façon, qu’il ne renoncerait pas. Dans ce cadre, il ne voulait pas trancher entre deux maires de Valenciennes Métropole », commente Jean-Noël Verfaillie. On note factuellement que durant les dernières élections cantonales, la guerre fratricide entre deux binômes du même camp n’a pas posé de problèmes sur la canton de Valenciennes-Marly et plus encore sur le canton d’Anzin où le ticket Ali Ben Yahia/Sylvia Duhamel contre le maire d’Anzin et Michèle Greaume comportait un risque immense de faire gagner le Rassemblement National. 

Néanmoins, durant la phase de réflexion de Béatrice Descamps, Jean-Noël Verfaillie a contacté la députée sortante « pour lui apporter mon soutien. Je lui ai proposé d’être son suppléant ! Mercredi soir, elle était partante avec moi en suppléant. Puis, jeudi matin, elle m’a contacté pour me dire qu’elle n’avait plus la force d’y aller (pour les raisons exposées dans nos colonnes), elle était démolie », poursuit Jean-Noël Verfaillie. Il ajoute le soutien appuyé de Valérie Létard pour une candidature de Béatrice ou de Jean-Noël Verfaillie en titulaire ou suppléant et inversement.

Le feuilleton continue, Gérald Darmanin investit jeudi 13 juin après-midi Jean-Noël Verfaillie. Ce dernier est officiellement le candidat de la majorité présidentielle. Un point presse avec la présence du Ministère de l’intérieur est prévu ce vendredi 14 juin, 9H30 sauf que… : « Je voulais afficher ma différence d’offre politique par rapport à Pierre Griner, plus dans la ligne de Jean-Louis Borloo avec un discours équilibré et raisonnable dans le bordel ambiant. Ceci contrairement à Pierre Griner, car son orientation politique est populiste. Toutefois, ce cas ce conscience m’amène à renoncer, car il est dangereux d’avoir deux candidatures officiellement dans l’arc républicain. Les électrices et les électeurs ne comprendraient pas et surtout avec la difficulté de comprendre leurs différences… en 15 jours », explique-t-il. Dans un communiqué d’hier soir, Pierre Griner évoque une approche du Rassemblement National, mais qu’il avait renoncé dans le cadre de cette candidature à représenter ce parti d’extrême droite tout comme celle de la famille de la majorité présidentielle, c’est une candidature indépendante à ce stade !

In fine, ce vendredi matin, le maire de marly annonce un renoncement à se présenter dans la 21ème circonscription, alors qu’il était investi officiellement comme un candidat de la majorité présidentielle. « Je remercie Gérald Darmanin pour son soutien et sa confiance pour porter les couleurs du Valenciennois dans la majorité présidentielle », conclut-il sur ce point. 

« Je n’exclus pas un vote blanc », Jean-Noël Verfaillie 

Concrètement, il constate « un échec de la famille politique valenciennoise. Nous allons vivre un moment politique extrêmement fort et violent ». Ensuite, la campagne va cheminer dans un timing express, mais le jour du vote, le dimanche 30 juin, l’édile se pose énormément de questions : « Il y a donc trois candidats populistes sur la 21ème, la famille politique Valenciennoise a déjà perdu la circonscription. Je n’exclus pas un vote blanc ! ». 

Est-ce qu’une nouvelle candidature, plus centriste, va se révéler d’ici dimanche 18H ? Le maire de Valenciennes, comme d’autres édiles dans le Nord au charbon, va-t-il enfiler le costume du Zorro pour sauver cette circonscription sur son nom ? Le mystère reste épais pour les 48 prochaines heures. La famille Borloo est en PLS… !

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires