« Voir son nom, cela fait bizarre », commente Jean-Louis Borloo car il faut le reconnaître, la démarche est un peu atypique. Bien sûr, la rumeur d’un retour en politique a plané sur cette cérémonie où les élus amis étaient présents ainsi qu’une cohorte de jeunes judokas.

Jean-Louis Borloo de retour sur ses terres

Contrairement à Jean-Luc Rougé, champion du monde de judo, présent à l’inauguration en mai 2007, Jean-Louis Borloo n’est pas judoka. Fort heureusement, il est de nouveau en bonne santé. De fait, ce changement de nom pouvait paraître un peu décalé, surprenant ! C’est Guy Bustin, maire de Vieux-Condé, qui a lancé cette idée  » il m’a contacté pour me faire cette proposition. De suite, j’ai refusé car je ne participe plus aux manifestations depuis que je suis engagé sur l’électrification en Afrique. Ensuite, je ne pense pas le mériter ! », explique l’ancien ministre d’Etat.

Pour autant, le tenace Guy Bustin a insisté  » en me disant que cela ferait plaisir au père Bustin (Georges) ! »…  » Alors là, j’ai réfléchi et j’ai pensé à cette génération qui en a pris plein la gueule, Jules Chevalier, Noël Malvache, André Parent, Gustave Ansart, Pierre Carous et Georges Bustin et d’autres que je n’ai pas cité ! », poursuit Jean-Louis Borloo.

Jean-Louis Borloo et Guy Bustin

(Jean-Louis Borloo et Guy Bustin)

Jean-Louis Borloo A l’époque, cette implantation n’a pas fait l’ombre d’une contestation car le Pays de Condé comptait déjà plus de 1 000 licenciés en judo.  » Aujourd’hui, ce club compte plus de 2 000 licenciés « , précise avec fierté le premier magistrat de Vieux-Condé. Guy Bustin résume parfaitement cette cérémonie en soulignant que ce changement pour le Dojo communautaire de Vieux-Condé  » est un nom et une âme.  » Jeunes et adultes ont profité de ce moment exceptionnel pour effectuer des démonstrations devant un public nombreux et conquis. Une atmosphère conviviale, simple et décontractée…tout pour plaire à Jean-Louis Borloo.

Pour le volet curiosité, la prudence est de mise sur tout retour dans l’arène politique si on se réfère à la présidentielle 2012. Et au cas où, Jean-Louis Borloo est assez avisé pour savoir qu’il ne doit pas bouger un cil avant le 02 juillet… !

 

 

 

Publié par Daniel Carlier le 2 juin 2016
arts martiaux Dojo Guy Bustin Jean-Louis Borloo Vieux-Condé
Dojo Jean-Louis Borloo par ippon
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email