A l’heure où Europe Ecologie Les Verts réclame la fin du diesel et où la Mairie de Paris interdit progressivement la circulation aux véhicules diesel, FO PSA, première organisation syndicale du groupe PSA, met les pieds dans le plat.

Chez PSA, 18.000 emplois européens dépendent du diesel

Dans une note rendue publique et distribuée à l’ensemble des collaborateurs du groupe, FO PSA fait part de sa vive inquiétude sur les conséquences industrielles, économiques et sociales de la véritable chasse au diesel qui s’intensifie depuis quelques mois.

En rapprochant dans les 5 ans les prix au litre du gasoil et de l’essence, le gouvernement accélère la baisse des ventes de véhicules diesel en France. S’ils représentaient plus de 3 véhicules sur 4 en 2008, ils devraient prochainement passer sous la barre des 50%. On estime que le marché du diesel va tomber à 30% d’ici 2020, soit son niveau de 1997, avant que le gouvernement n’encourage le développement de cette technologie.

«Le diesel est une technologie de pointe en constante évolution. Un moteur diesel consomme 25% de carburant en moins et émet 15% de CO2 en moins. La chasse au diesel est une aberration écologique mais aussi industrielle», tempête Christian Lafaye, délégué syndical central FO PSA. «Pour PSA, au niveau européen, ce sont 18000 emplois qui sont dépendants du diesel. La menace sociale est immense, tout comme l’inquiétude des salariés», poursuit-il.

En Lorraine, le site PSA de Trémery est la plus grosse usine de fabrication de moteurs diesel au monde. Le Groupe PSA a beaucoup investi dans la recherche et le développement du diesel. Grâce à la technologie SCR, PSA entend encore améliorer ses moteurs avec pour objectif en 2017 de réduire jusqu’à 90% l’émission des oxydes d’azote dans l’air, d’optimiser les émissions de CO2 et la consommation de carburant tout en éliminant 99,9% des particules fines. «Le diesel est une technologie propre et en évolution permanente. Elle offre des perspectives industrielles et environnementales fortes. FO PSA dénonce toute tentative idéologique pour freiner cette technologie et risquer d’impacter violemment l’emploi avec des conséquences sociales dramatiques», explique Christian Lafaye. «La direction doit maintenant prendre les choses en main et clarifier sa stratégie et ses choix industriels et sociaux», conclut-il.

Publié par Communiqué le 23 octobre 2016

Chasse au diesel, FO tire la sonnette d’alarme
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email