« C’est juste un coup de tonnerre histoire de ne pas m’éteindre, tel le phénix », c’est encore les paroles des chansons de Quentin Carton qui résument le mieux le parcours semé d’embûches qui a mené à la sortie de son dernier CD.

Derrière son patronyme c’est tout un ensemble de musiciens, de membres d’associations et de divers partenaires qui ont su porter sa musique, sans eux le disque live intitulé Bas les masques n’auraient sûrement pas vu le jour. Arnaud Dengremont, trompettiste, se souvient d’une époque pas si lointaine où Quentin était au creux de la vague : «Tous les membres du premier projet étaient partis, c’est par amitié que je l’accompagnais quand il était seul. Des concerts guitare et trompette ça ne se fait pas, sauf par amitié. C’est les heureuses rencontres faites par la suite qui ont relancé la machine». Et par ces heureuses rencontres, il y a ceux qui l’entourent désormais : Arnaud bien sûr, mais aussi Florent Waelkens à la guitare, Guillaume Maillard à la basse, Benoît Richard à la batterie et Simon Mahieu au saxophone.

C’est cet ensemble qui donne au groupe Quentin Carton son identité musicale, une présence scénique qui sait s’imposer auprès du public, comme ça a encore été le cas lors du concert au Tandem du 28 janvier en première partie des Bons Garchons dans le cadre des soirées Inside des Agités du Mélange. La formation possède dorénavant une notoriété grandissante, et nombreux étaient venus ce soir là découvrir ce qu’était que ce groupe qui dit pratiquer la chanson libre. Que ce soit de simples spectateurs ou d’autres musiciens, à l’image de Babeth de BaCoustic, tous tombaient sous le charme et la puissance des compositions : « Enfin je vois le groupe sur scène, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils sont à la hauteur de leur réputation», nous a confié la chanteuse. Avoir la reconnaissance du public est un atout, avoir celle d’autres artistes est une bénédiction, c’est d’ailleurs en intégrant l’association Passerailes que Quentin Carton a trouvé une nouvelle dynamique. Intégrer un réseau, aux côtés de groupes comme Tante Adèle et la Famille ou Manaswing leur a ouvert des portes et a mis un coup de lumière sur le groupe, l’intérêt que l’association Cap Escaut leur a porté pour les programmer lors d’un de leurs événements est un de ces exemples concerts.

C’est en sachant utiliser à bon escient les capacités de notre territoire que l’album a vu le jour. En effet c’est grâce à un accord avec la salle d’Aulnoy lez Valenciennes, les Nymphéas, que le live a pu être enregistré. «On compte y retourner en 2018 pour un concert public cette fois-ci», Quentin espère aussi jouer sur d’autres scènes émérites du Valenciennois et ne cache pas son envie d’être un jour à l’affiche du festival A Travers Chants.

Afin de vous inspirer de ce qu’est l’effet Quentin Carton sur scène vous pouvez vous procurer l’album auprès du groupe via les liens ci-dessous, il est aussi en écoute libre sur des plate-formes de musique en ligne comme sur Deezer. En tout 15 titres se dévoilent sur Bas les masques, 15 pistes où le chanteur réussi ce tour de force à traiter de sujet aussi forts que l’introspection avec une force musicale qui met à jour toute la puissance des compositions. «La qualité des textes, le côté humain, c’est notre marque de fabrique», commente le guitariste Florent. Pour le saxophoniste Simon il y a « ce côté troupe plus que groupe qui plaît aux gens ». Tous ces musiciens ont su apporter leur touche et un souffle à l’ensemble, une qualité indéniable quand on sait qu’ils sont tous issus de structures où ils ont été formé à être professionnels.

Une autre collaboration avec des spécialistes de la musique est celle avec le CMA avec la chanson le Phénix, citée en début d’article, qui a été enregistré en studio et où la bande servira à illustrer un clip dès le mois de septembre. D’ici là le groupe démarche des dates de concerts, avec déjà au planning celle du 12 mai au Pacbo à Orchies, le 25 juin à Trith Saint Léger et ce 18 février au Liverpool où Quentin Carton participera à la soirée Valexplorer.

Xavier Valindicq pour www.valexplorer.com

Publié par Daniel Carlier le 7 février 2017
Quentin Carton
Carton plein
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email