Fort de ses 871 âmes, le village de Thivencelle est riche de son histoire, et fait le lien entre le valenciennois agricole et minier. C’est cet héritage et cette connivence entre les hommes de la terre et ceux de la fosse qui sera une fois de plus mis à l’honneur lors de la fête de la moisson ces 19 et 20 août

Car que l’on ne s’y trompe pas, entre les expositions d’engins agricoles et les ateliers, le monde de la mine sera aussi légitimement représenté. Plusieurs visages pour un seul et même lieu, qui a su tirer sa force de ses spécificités.

C’est avec une certaine fierté que José Dubrulle, maire de Thivencelle, évoque ce passé pas si lointain où les agriculteurs croisaient à l’aurore les gueules noires, les uns allant vers les champs et les autres vers la fosse, et tout ce petit monde se saluait avant d’entamer leur journée. Ainsi rien d’étonnant que la salle du conseil municipal soit décorée d’un tableau de l’artiste local Tadeusz Jablonski, qui a du saisir les deux aspects du village. De ce fait lorsque l’on évoque avec l’élu la troisième fête de la moisson qui se déroulera les 19 et 20 août, il met un point d’honneur à évoquer la richesse des nombreux partenaires, de l’association SFV d’Onnaing et leurs véhicules agricoles jusque les Enfants de Ledoux qui ont emprunté leur nom à la fosse condéenne. « Cette fête est une vitrine, on veut aller plus loin que le simple événement de saison », assure monsieur le maire. Pour étayer son propos il parle des produits locaux, et des circuits courts : « c’est la fourche et la fourchette, derrière nos produits il y a un savoir-faire », en somme le rendez-vous du mois d’août sait être ancré dans son époque.

moisoint

Les produits du terroir, la proximité entre le monde agricole et les consommateurs, José Dubrulle est bien placé pour parler de ces liens qui se développent, lui qui est à la tête d’une des quatre exploitations du village. « Pendant la fête en plus des quinze producteurs, les visiteurs pourront découvrir tout une série d’ateliers comme celui consacré au pain, du choix des céréales à la cuisson », explique Julie Lafon en charge de la communication à Thivencelle. A ces ateliers se rajoutent un stand de généalogie, une exposition sur la mine, des jeux anciens, un repas campagnard sur un air d’accordéon, un maréchal ferrant, un éleveur de chevaux et même le clergé est mis à disposition avec une messe et la bénédiction d’épis de blés. La fête de la moisson sait être plurielle et puiser dans toutes les ressources à sa disposition. C’est ce qui a sûrement attiré les 4000 visiteurs de l’édition 2016, venus de tout l’arrondissement, ainsi que de Belgique ou de la métropole Lilloise. « On ne passe pas par Thivencelle, on y vient et en masse », rappelle le premier magistrat de la ville. En effet, le village situé sur l’axe entre Condé sur l’Escaut et Crespin est un îlot, et ceux qui s’y rendent le font de leur plein grès. Certains ne manqueraient pour rien cet événement, à l’instar de notre confrère de la Voix du Nord, Théodore Terschlusen, qui a déclaré sur les réseaux sociaux que c’était son « rendez-vous préféré d’août ».

La fête de la moisson fait la jonction entre la fin des congés scolaire et la rentrée, ainsi il est à la fois l’un des derniers rendez-vous de l’été et aussi il annonce la nouvelle saison culturelle. Car Thivencelle est partenaire de nombreux événements tout du long de l’année ; du Festival Itinérant de Marionnettes au Carrefour International de l’espace Pasolini, le petit village est grand de ses temps forts. On y retrouve la convivialité qui a soudé le village, à une époque où les produits de la ferme étaient achetés directement par les mineurs. Plus qu’un regard vers le passé, c’est un trait d’union entre les personnes et l’histoire en marche.

programme-fête-de-la-moisson2017

Xavier Valinducq pour www.valexplorer.com

thivincelle

Publié par Daniel Carlier le 14 août 2017
Thivencelle
La fourche et la fourchette
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email