Pour cette saison 2017 /2018, il y en a encore pour tous les goûts : concerts, one-man show, spectacles pour enfants, humour etc. Avec un retour aux traditions du théâtre mais aussi la venue de la communauté Instagram, avec le tout premier Instameet, pour un théâtre 3.0. Des grands écarts culturels assumés ! La preuve? Trust le 26 novembre et Chantal Goya le 9 décembre. Bienvenue au théâtre d’Anzin.

Une programmation éclectique pour cette saison 2017/2018.

Elisabeth Gondy, adjointe à la culture, le dit «  ici, nous aimons les grands écarts dans nos programmes. Nous fonctionnons aux coups de cœur. Nous passons de Trust à Chantal Goya, et on assume ! Le théâtre c’est la culture populaire. Nous voulons qu’il soit à la portée de tous. »

Souriante, elle avoue prendre autant de « plaisir à présenter la saison que l’équipe culturelle en place,  avec des gens passionnés. » Sébastien Louguet, responsable technique du théâtre, Chloé Kozzi, chargée de programmation et de communication, Patricia Borowiak, régisseuse administrative, Jordan Looten, régisseur technique et Adeline Deplette, assistante accueil et administration font équipe dans ce joli théâtre, qui compte 1246 places assises et 400 fauteuils amovibles qui une fois enlevés, laissent 1200 places debout. Autant dire que ça va truster !

Le théâtre municipal se porte bien et crée son premier rendez-vous Instameet.

« Un taux de remplissage 2016/2017 de plus de 88%. Ceci grâce aussi à la politique tarifaire mise en place», annonce satisfaite l’adjointe à la culture, ravie que les partenariats, avec le Phénix, scène nationale, et l’espace Barbara de Petite-Forêt prennent de l’ampleur et s’enrichissent au fil des saisons.

« Ici la culture ne passe pas après. L’équipe municipale continue de soutenir la culture, ce qui permet aussi d’avoir une programmation de qualité. Pour cette saison, nous avons changé beaucoup de choses.» Avec une arrivée en mai 2017, Chloé Kozzi qui ajoute son dynamisme et sa passion à l’équipe, « c’est un beau challenge. Il y a une jolie cohésion ici. Des élus sont très intéressés et très ouverts. C’est une belle surprise », confie la jeune femme qui développe depuis son arrivée de nombreux partenariats avec les divers établissements scolaires, universitaires, « des projets vont naître avec le lycée d’Anzin, les cinémas de St Amand et de Valenciennes également. » Chloé porte une nouvelle stratégie, elle explique «sur les réseaux sociaux, nous allons faire gagner des visites des coulisses, des rencontres avec les artistes, etc. ». Cerise sur le gâteau, la toute première rencontre Instameet qui aura lieu en octobre, l’équipe a invité les utilisateurs d’Instagram à venir poser leurs objectifs sur le théâtre. Une rencontre qui promet d’être fructueuse. Les offices du tourisme sont très intéressés par le travail des Instagramers, à Lille le Palais des Beaux Arts a accueilli en exclusivement un jour de fermeture la communauté pour qu’elle pose son nouveau regard sur le musée. Pari réussi !

Une bonne dose de musique avec Trust qui va réveiller l’adrénaline du festival Scènes sonores.

Née d’une collaboration entre Valenciennes Métropole et le théâtre d’Anzin, cette 7éme édition du Festival Scènes Sonores voit planer en haut de son affiche Trust. L’icône d’une génération est de retour, et c’est à Anzin que ça se passe ! L’antisocial comme  hymne, sût et certain que des générations entières vont se retrouver au concert de ce groupe créé en 1977 ( le 26 novembre à 20h).

Avec une nouveauté, «un pass pour les 3 spectacles, au prix de 45 €, un partenariat avec l’Office du Tourisme, et la possibilité de  soirée / concert / menu dans un restaurant de la ville entre autres », note l’adjointe à la culture. De quoi réserver la soirée du 21 octobre pour Saule, et celle du 4 novembre pour Arno et son nouvel album  Human Incognito.

Un zeste d’humour. Le festival Nord de rire avec la présence de Zef et le tremplin qui voit défiler des amateurs ou semi-professionnel.

Crée en 2012, ce festival aux éditions bisannuelles est en partenariat avec l’espace Barbara de Petite-Forêt, pour 5 spectacles d’humour : le comte de Bouderbala, le 3 mars, Pierre Palmade le 7 mars, Jeanfi Janssens le 20 mars, Bruno Salomone le 30 mars et Olivier De Benoist le 11 avril.

Une pincée de  traditions avec le retour du théâtre.

A côté de ces programmations, ce théâtre Art Déco où les œuvres de Lucien Jonas sont encore visibles dans la salle et dans le grand hall, revient sur du théâtre avec deux pièces et même une opérette. Veuve à tout prix, le 4 février, et Ma belle-mère et moi 9 mois après le 25 mars. Alors que le ténor Pierrogeri interprétera en exclusivité l’opérette  C’est magnifique, le 17 mars. Puis l’Orchestre Régional de Picardie jouera la plus romantique des symphonies de Mozart, la symphonie n°40 en sol mineur ou la Grande symphonie en sol mineur.

Des grands écarts culturels, on vous l’avait dit ! Quant à Elisabeth Gondy, elle clôture « se divertir c’est aussi l’occasion de partager des émotions avec les autres, d’oublier ses soucis et ne se concentrer que sur le plaisir du moment présent ».

Infos pratiques : Théâtre d’Anzin, 03.27.38.01.10. www.ville-anzin.fr/theatre

Céline Druart

Publié par Celine Druart le 26 septembre 2017
Elisabeth Gondy Théâtre d'Anzin
(Théâtre d’Anzin) Elisabeth Gondy « notre ADN c’est d’être populaire. »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email