Après trois défaites en championnat de rang, le VAFC a cassé la spirale de la défaite en obtenant un match nul (1/1) contre le Havre. Au regard de l’accueil du Kop du VAFC avec des banderoles très fleuries, la prise d’un seul point n’a pas suffit aux supporters sifflant copieusement les Rouges et Blancs à l’issue de la rencontre.

(Pénalty de Tony Mauricio)

Reginald Ray : «  Ce groupe a une capacité à souffrir ensemble »

Les supporters avaient décidé 15 minutes de silence suite aux mauvais résultats, mais pas seulement car des banderoles « dirigeants, staff et joueurs… bougez-vous le c… » arboraient les gradins du kop !

Oswald Tanchot, coach du Havre

Les hommes de Réginald Ray ont eu l’excellente idée de calmer les grincheux grâce à l’obtention d’un pénalty. En effet, dès la 5ème minute, Medhy Guezoui profite d’une grosse erreur défensive pour subtiliser le ballon, dribbler le gardien et provoquer un pénalty, presque facile. Tony Mauricio profite de l’aubaine pour transformer cette offrande de l’équipe du Havre.

 

« 3ème match de la semaine, nous savions qu’il fallait éviter de prendre un but de suite afin de ne pas courir au score, on a fait exactement le contraire. Néanmoins, je suis fièr de mon équipe et de sa capacité à réagir », commente laconiquement le coach du Havre.

Réginald Ray-Coach du VAFC

Ensuite, cette première mi-temps fut assez rythmée avec le retour de Guezoui, mais surtout de Roudet, l’âme collective de cette formation. Néanmoins, le coach de Valenciennes reconnaît « un manque de confiance évident. Par contre, ce type de rencontre peut nous permettre de rebondir. Ce groupe à une capacité à souffrir ensemble. Ce soir, je n’ai rien à reprocher à mes joueurs». Clairement, les joueurs du VAFC ont réussi à se créer des situations dangereuses « même dans un match moyen avec le ballon », souligne Réginald Ray.

Cette capacité à se procurer des occasions de but notamment en fin de rencontre avec un magnifique débordement/centre de Mothiba, un relais de Diarra, et une reprise à bout pourtant de Roudet malheureusement directement sur le portier adverse, cette action méritait un meilleur sort à cette 85ème minute. En 1ère mi-temps, Medhy Guezoui, s’est (encore) blessé laissant sa place à Steve Ambri en fin de première période. « Il a été très intéressant dans la profondeur, mais il peut gagner en efficacité », ajoute le coach.

Sur le cas Mothiba, les sollicitations du LOSC altèrent l’engagement de ce jeune joueur plein de promesses, le frein à main est de sortie sur certaines actions « Il a 21 ans, il découvre le haut niveau sur la durée. Je pense qu’il retrouvera toute sa fraîcheur après le mercato. Néanmoins, il s’est procuré des occasions, c’est ce que l’on demande à un attaquant. Pour moi, il sera encore au club au 01 février, mais je ne suis qu’un entraîneur », précise Réginald Ray.

Sur le plan défensif, on peut mettre en exergue la prestation de qualité de Medhi Jean-Tahrat, la solide recrue du mercato du VAFC. Toutefois, cette seconde période a permis à l’équipe du Havre d’égaliser. En effet, Jean-Philippe Mateta, muet depuis 6 rencontres, a transpercé le gardien valenciennois à la 72ème minute, Perquis, sur son premier ballon. Bénéficiant d’une passe superbe en profondeur dans la surface, il a concrétisé cette occasion en or. « J’aime beaucoup l’état d’esprit de cette jeune équipe avec quelques anciens, joueurs, remplaçants en cours de match, voire sur le banc, ce groupe est intéressant à vivre pour un coach », explique Osvald Tanchot, le coach du Havre.

Après un « non match à Clermont, j’ai un sentiment partagé. Il a fallu faire avec une accumulation de fatigue », explique un coach du VAFC rassuré dans l’ensemble.

Le VAFC est à la croisée des chemins entre une fin de saison stressante à chaque rencontre, comptable du moindre point ou réussir une phase retour positive afin de vivre une fin de championnat tranquille !

Publié par Daniel Carlier le 20 janvier 2018
VAFC Valenciennes
Pas un Havre de paix ce match nul du VAFC…
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email