Le fondateur du meeting aérien sur l’aéroport de Valenciennes-Denain Nungesser est décédé le week-end dernier, une figure locale reconnue, et parfaitement identifiée par tous les élus et commis de l’Etat en responsabilité. Extrait de l’ouvrage « Survols, un siècle d’aviation dans le Valenciennois » sur Pierre Deprez, ce fan absolu de Charles Nungesser !

(Au meeting aérien de 1991 – de g. à d. : André Darcheville, Général Léon Cuffaut, Pierre Deprez et Jacques Dezael)

Entretien avec Pierre Deprez dans « Survols, un siècle d’aviation dans le Valenciennois 

André Darcheville : Pierre, vous pouvez nous raconter l’histoire de l’aéroclub Nungesser puisque c’est vous qui l’avez créé ? Pierre Deprez : Oui, c’est vrai et je vais commencer par le début. On me demande de remplacer un instructeur d’aviation à l’aéroclub de Maubeuge. J’effectue ce remplacement pendant deux ou trois mois et un monsieur vient me voir un jour avec un avion. C’était Jacques Briche, président de l’aéroclub de l’Union Aérienne de l’Escaut (UAE), qui m’informe être à la recherche d’un instructeur. Je n’étais pas très décidé, je finis par accepter et je deviens instructeur à l’UAE en octobre ou novembre 1967.

Et puis, je suis chef-pilote, examinateur, je fais passer des brevets – on en faisait à peu près vingt par an – le club a dépassé les 2 500 h puis, il y a eu des querelles internes. Jacques Briche, accidenté par une automobile, se retrouve à l’hôpital puis en convalescence chez lui. Là, on lui demande de me licencier. Il signe et je suis licencié fin novembre ou début décembre 1972.

Des membres de l’UAE (Meffret, Rémy d’Usinor, Michaud,…) trouvent cette décision inadmissible et décident de monter un club. Le 14 janvier 1973, cette bande d’une cinquantaine d’amis décide de mettre en

place l’aéroclub Nungesser. Je suis fan de ce héros, pour sa grandeur, sa noblesse, sa puissance extraordinaire. Le 14 janvier, jour de mon anniversaire, on a loué un avion à Air Wastell (qui faisait école de pilotage sur Lille) et on a commencé l’école de pilotage. Cet aéroclub a tenu jusqu’en 1994. Nous avions alors cinq avions et capitalisions 1 500 h de vol et 20 brevets par an. C’était une puissance économique importante sur Valenciennes.

A.D : Mais, vous n’avez pas fait que cela dans l’aviation. Vous avez organisé de grands meetings ?

P.Deprez. : Les meetings, ça c’est la passion, c’est l’amour ! Je voulais mettre en avant Nungesser car, pour moi, oser traverser l’Atlantique en 1927 avec un Levasseur, c’était extraordinaire. Alors, avec l’aide de mon ami, hélas décédé, Pierre Gustin (entrepreneur de peinture à l’époque), nous avons contacté le neveu de Charles, Roland Nungesser, alors ministre de Pompidou. Je vais le voir à Paris, on sympathise, on se tutoie et on monte, en 1977 avec Pierre Carous, maire de Valenciennes, un meeting célébrant le cinquantième anniversaire de la disparition de Nungesser et Coli.

La météo n’a pas été agréable mais, on a eu un grand succès. Et puis, je suis resté dix ans sans en faire. Puis j’ai retrouvé, en 1987, la possibilité de refaire des meetings sans aide ni subvention extérieure. Et j’ai décidé de faire venir la Patrouille de France.

Elle est venue car, en 1986, j’avais eu l’occasion d’avoir au téléphone Charles Hernu, ministre de la Défense. Puis, la Patrouille est revenue en 88, 89, 90 etc. Ces meetings, depuis quelques années, ça me fatigue parce que c’est beaucoup de travail et parce que, moi aussi, je prends de l’âge. Ce sont des dossiers administratifs énormes et le jour du meeting, il faut être partout, il faut en soirée remercier la Patrouille de France, les bases aériennes invitées, la ville de Valenciennes… Et, à 3h, vous envisagez d’aller vous coucher car vous n’en pouvez plus. Mais, le meeting c’est comme une relation amoureuse, on a toujours envie d’y revenir.

Quand on est reposé, on se dit “Pourquoi ne pas recommencer ?”… C’est 30 à 40 000 visiteurs dont une quantité invraisemblable d’enfants qui, sans rien sortir de leur poche, viennent voir le plus lourd que l’air qui vole, et la qualité de travail de la Patrouille de France. Ça, c’est mon bonheur !

Ce n’est pas de la fierté, juste un goût de bonheur. Alors pour ça, j’en ferai encore quelques-uns, si le bon Dieu m’en donne la force…

Quelques temps forts des meetings aériens mode organisés par Pierre Deprez :

1987, le 8 et 9 mai, meeting organisé par Pierre Deprez

Exposition statique des avions du club et de l’Armée de l’Air.

Présentation en vol, voltige, largage de parachutes, la patrouille Martini avec en final la patrouille de France et la présence à cette occasion de Roland Nungesser, neveu de Charles.

1991

8 et 9 mai, meeting organisé par Pierre Deprez

Avec une vingtaine d’avions de la seconde guerre mondiale et de collection T6, Yak 11, B17, Skyraider, Corsair, Spitfi re, Bearcat, Thunderbolt, T28 et les patrouilles Ecco et Écureuil avec pour clôturer le spectacle, la Patrouille de France.

1992

Meeting du centenaire de Nungesser organisé par Pierre Deprez

Présentation de divers avions, planeurs, hélicoptères et pour terminer, la Patrouille de France.

1994

Meeting anniversaire de la Libération du Hainaut organisé par Pierre Deprez

Au programme : présentation en vol d’avions de l’époque 39-45, la patrouille hongroise, l’Aviation Légère de l’Armée de Terre, l’équipe de voltige de l’Armée de l’Air avec au final la Patrouille de France .

2000

L’année 2000 est une année très difficile pour l’organisation du meeting. Après de nombreuses discussions, l’accord est donné à Pierre Deprez d’organiser le meeting. Depuis, la Patrouille de France est venue chaque année nous présenter son magnifique ballet aérien. Que ce plaisir soit encore donné pour de nombreuses années aux amateurs d’aéronautique du Valenciennois.

Retour sur l’histoire de Charles Nungesser sur https://www.va-infos.fr/2017/12/29/loeil-retro-charles-nungesser-destin-norme/

Publié par Daniel Carlier le 20 mars 2018
Pierre Deprez
Pierre Deprez, un passionné de haut vol
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email