C’est la dernière ligne droite des votes du budget 2018 pour les collectivités locales et territoriales, la commune de Saint-Saulve, une ville de plus de 10 000 habitants, a voté son budget primitif lundi dernier.

Jean-Marie Dubois, adjoint aux finances publiques : « La lettre de cadrage dans chaque délégation n’est pas là pour faire du cinéma ! »

Face à la nouvelle donne financière avec une baisse drastique de la DGF (Dotation Générale de Fonctionnement), la collectivité locale doit s’organiser. « Depuis plusieurs années en cumulé, nous avons perdu 2 millions d’euros. Nous étions à 531 000€ en 2016, 341 000 € en 2017, 269 000 €  programmé en 2018. Nous irons à ce rythme vers une DGF négative où l’Etat prélèvera directement cette somme sur la fiscalité locale », explique Jean-Marie Dubois.

Dans cette optique, tous les services sont mis à contribution afin de maîtriser les dépenses. « La lettre de cadrage dans chaque délégation n’est pas là pour faire du cinéma ! Je remercie tous les élus et services pour leurs collaborations », assène Jean-Marie Dubois.

Budget principal 2018

Le budget primitif 2018 est de 20 548 453 euros ventilé par  16 187 758 euros de fonctionnement, et 4 360 694 euros en investissement. Ce budget est agrémenté d’un report en fonctionnement du résultat 2017 soit 1 825 557 €.

Concernant les taxes locales, à l’instar de quasi toutes les communes aucune hausse de la fiscalité locale n’est programmée. Pour autant, elle va augmenter par le jeu bien connu de la hausse des assiettes sauf que… ! On constate sur Saint-Saulve que la hausse de l’assiette fiscale sur la Taxe d’habitation est considérable, 18,43%. En clair, 1/3 des français ne vont plus payer la TH en 2018, puis 1/3 en 2019, et enfin tout le monde en 2020. D’ici là, les contribuables les plus aisés vont subir une hausse sympathique histoire de renflouer les caisses par ricochet… ! Cette augmentation est nettement plus faible sur la Taxe foncière bâti, 3,27 % et très réduite sur la taxe foncière non bâti, + 0,51%.

La masse salariale

En 2018, la masse salariale est répartie entre 273 agents sur la commune de Saint-Saulve. Elle s’élève à 62,13% du budget de fonctionnement ce qui est clairement au-dessus de la ligne rouge pour l’Etat de proximité. « L’objectif d’ici la fin du mandat est de passer en dessous de la barre de 60%. Nous ne remplaçons plus les agents en fin de carrière. D’ici la fin de l’année 2020, 12 nouveaux départs en retraite vont intervenir. Pour remplacer le service apporté au public, nous externalisons certaines prestations comme l’entretien des espaces verts avec AGEVAL », indique Jean-Marie Dubois. Cette structure bénéficie d’un financement de 160 000 € annuel par la commune. Pascal Coupez, élu,  demande quel est le ratio entre les départs en retraite non remplacés et l’appel aux prestataires externes. Sur chaque prestation externalisée, le coût d’un service public externalisé est inférieur à un emploi chargé en interne… , c’est un véritable sujet de réflexion pour toutes les collectivités locales, un choix politique plus que budgétaire, en partie tout au moins !

« L’association AGEVAL a embauché 11 habitants de Saint-Saulve pour des travaux  parfois sur des autres communes », précise Jean-François Collart, élu délégué à l’emploi.

La MJC

En 2019, ce sera les 50 ans de la célèbre MJC Athéna (Maison de la Jeunesse et de la Culture) qui fut longtemps un site précurseur dans le domaine. Bien sûr, la commune poursuit massivement son soutien financier à cette structure pivot de la politique culturelle et de la jeunesse.

Subvention exceptionnelle

3 sujets sont retenus dans le chapitre comptable des subventions exceptionnelles. « La rénovation de la cuisine Fortier était indispensable », précise Cécile Gallez, le maire de Saint-Saulve. Ensuite, la participation à la création d’un portail citoyen en collaboration avec Valenciennes Métropole. « Ce portail sera-t-il accessible aux exclus du numérique ? », demande Antoine Lopez. « Cet outil numérique sera en ligne en fin d’année 2018. Il est réalisé par Valenciennes Métropole (voire un prestataire). Une information sera diffusée à cet effet à la population », répond un élu en charge de ce projet. Gageons que le tissu associatif fera le JOB sur la thématique de l’accès pour tous à ce nouveau portail numérique citoyen.

Enfin, la dernière subvention est éligible au DETR (Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux). Elle concerne la rénovation de la toiture de l’école des Beaux-Monts.

A souligner que le Tennis Club de Saint-Saulve a reçu une subvention exceptionnelle en 2017 dans le cadre de l’extension de son club-house et de ses vestiaires. « De fait, elle ne recevra pas de subventions annuelles pendant 3 ans, soit 12 000 € », précise Cécile Gallez.

Ecovalor

Hervé Brouillard, adjoint et élu à ECOVALOR (situé sur Saint-Saulve), présente le rapport de l’opérateur public de valorisation énergétique des déchets. « ECOVALOR a une autorisation de 140 000 tonnes/an, mais cette année notre production a baissé à 118 858 tonnes. Comme clients, nous avons 2 EPCI, Valenciennes Métropole et le Pays de Solesmes, mais également  des EPCI plus éloignées pour des opérations ponctuelles, et enfin des entreprises. Cette valorisation énergétique des déchets en énergie nous a rapporté en 2017 près de 2,6 millions d’euros ».

Deux projets sont dans les tuyaux. « Nous travaillons à la réalisation d’un réseau de chaleur qui pourrait alimenter des établissements publics de Saint-Saulve (récupération de l’énergie fatale). Ensuite, un projet de centre de méthanisation est à l’étude, voire une gestion optimisée des bio-déchets ce que toute collectivité devra faire dans les prochaines années », conclut Hervé Brouillard.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 10 avril 2018
Saint-Saulve
(Saint-Saulve) Jean-Marie Dubois « l’objectif est de passer sous les 60% de masse salariale »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email