Sonnés par leur défaite à Grenoble (4-2) et l’annonce de la mise en vente du club par le Président Eddy Zdziech, les Valenciennois ont réagi face au Red Star avant dernier de Ligue 2. En 15 minutes, le match était plié (3-0). C’est la deuxième victoire à domicile des Valenciennois (4-1), elle fait du bien celle là !

Une entame idéale

Qualifiés par le Président de « cancer du club », les supporters ont sorti des mouchoirs blancs, les ont agité avant de les lancer pour le coup d’envoi. Ils sortent une banderole « un projet pour VA, on persiste et on signe » et ils enchaînent rapidement vers les chants. Sur le terrain à noter que Damien Perquis le gardien n’est pas titulaire, c’est Hillel Kolnaté. « Damien est un pion important dans notre groupe, il était moins bien lors des deux derniers matchs, il y a de la concurrence, il reviendra plus fort », a commenté l’entraîneur. Les Valenciennois asphyxient d’entrée leurs adversaires. Sur une percée de Gaëtan Robail, l’attaquant fait une passe caviar pour Tony Mauricio qui ouvre le score (1-0, 2’). A peine le temps de savourer que le VAFC double le score sur une frappe de 25 mètres de Joffrey Cuffaut (2-0, 5’). Heureux l’arrière droit court vers son entraîneur pour une accolade. Le Red Star a du mal à sortir de son camp. Florian Raspentino enfonce le clou, il exploite une remise en retrait de Masson (3-0, 15’). En tribune une nouvelle banderole est tendue : « Alors on attend Patrick ? Non »
Teuma centre pour le Red Star, Laurent Dos Santos dévisse et trompe le gardien valenciennois Hillel Konaté (3-1, 23’). Red Star est bien heureux de marquer car il n’a pour l’instant pas montré grand-chose. Les Parisiens sont tout de même à l’affût sur une hésitation entre Julien Masson et Baptiste Aloé, Samba Diakaté intercepte et frappe (42’), Hillel Konaté se détend. La dernière occasion de la première mi-temps est valenciennoise. Formose Mendy commet une faute sur Florian Raspentino. Le coup franc est bien placé mais le ballon tiré par Laurent Dos Santos finit sa course dans le mur. Le VAFC est à 100% d’efficacité : 3 tirs cadrés 3 buts !
Nouvelle banderole à la mi-temps : « la barre c’est bien, mais Partouche à la barre c’est mieux ».
Même si l’intensité a baissé en deuxième mi-temps les Valenciennois sont toujours là. La preuve : Florian Raspentino attire 3 défenseurs, il parvient à passer à Tony Mauricio. Le milieu de terrain prend son temps et ajuste le gardien Sébastien Renot qui a remplacé Nicolas Douchez, blessé à la cheville. Le VAFC joue juste. L’addition aurait pu être plus lourde pour les Parisiens : barre transversale pour Laurent Dos Santos (57’) et poteau de Gaëtan Robail (59’). Le gardien parisien sort deux gros arrêts sur Florian Raspentino (64’) et Masson (83’). Pour sa première à domicile l’attaquant Florian Raspentino a marqué et a séduit le public, il sera chaudement applaudi à sa sortie à la 87’. Avec ses équipiers, il engrange non seulement une victoire et de la confiance. Pourvu que ça dure…

« Reproduire le même match »

En apparence calme, l’entraîneur parisien Régis Brouard fait son analyse «  quand vous prenez 3 buts en 15 minutes, il est difficile d’espérer faire un résultat. C’est une soirée difficile, il faut l’admettre tout simplement. Franchement je ne m’attendais pas du tout à ça. J’ai tenté des choses en faisant des choix pour essayer d’éveiller, de réveiller les joueurs mais ça n’a pas suffit. Les deux prochains matchs à la maison seront le tournant de notre saison. Je n’ai rien dit aux joueurs dans le vestiaire à la fin du match. Le silence vaut bien mieux que des mots ».

L’entraîneur valenciennois Réginald Ray apprécie la victoire, « nous avons eu la maitrise sur l’ensemble du match. Nous avons défendu en avançant. Les matchs se suivent mais ne se ressemblent pas, heureusement. En plus de jouer ensemble, nous avons de la qualité individuelle pour faire la différence. C’est important de montrer à l’adversaire que nous n’allons rien laisser. Le rachat du club ? Nous ne savons pas quel impact ça a sur les joueurs. Je leur martèle que nous serons jugés sur nos résultats. La réaction a été bonne, ça demande une suite. Le système de jeu (3-4-3) ? Il est performant quand nous l’exploitons pas porters sont en colère, nous sommes en colère. Notre début de saison ne ressemble pas à ce match ».

Détendu le milieu défensif Eden Massouema concède, « nous devions nous racheter auprès des supporters, nous restons sur deux mauvaises prestations à domicile. L’entraîneur nous avait demandé de pousser fort dès le départ, ça a porté ses fruits, nous avons tué le match ».

Auteur d’un doublé Tony Mauricio a passé une bonne soirée, « nous avons mis beaucoup d’intensité dès le début du match, nous avons bien joué les coups, nous avons répondu présents dans les duels, nous avons été efficaces. Il faut continuer à Ajaccio et reproduire le même match mais c’est ça qui est compliqué donc il faut encore travailler ».

Valenciennes – Red Star : 4-1 (3-1)

11545 spectateurs

Buts : Mauricio (2’, 53’), Cuffaud (5’), Raspentino (15’)  pour Valenciennes ; Dos Santos csc (23’) pour Red Star

Valenciennes : Konaté – Dabo, Aloé (Niakaté 75’), Kantari- Cuffaut, Massouema (Nestor 68’), Masson, Dos Santos – Robail, Raspentino (Roudet 87’), Mauricio.

Red Star : Douchez (Renot 45’) – Satli, Tomas, Mendy, Sy – Diakaté, Lefebvre – Lapoussin, Teuma (Baradji 63’), Mhirssi (Bourgaud 74’) – Donisa.

Anne Seigner

Publié par Anne Seigner le 22 septembre 2018
Eden Massouema Réginald Ray Régis Brouard Tony Mauricio VAFC
(Football) Face au Red Star, Valenciennes plie le match en 15 minutes (4-1)
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email