Le cri social du moment réside dans deux mots clés, pouvoir d’achat. Le reportage du jour s’inscrit parfaitement dans cette réduction du coût de la vie. Pour cela, faudrait-il encore que le bailleur social SIGH se préoccupe de l’insalubrité de ses séniors locataires, rue des Pivoines sur Onnaing. Visite chez les résidents avec le maire de la commune Xavier Jouanin (VMC dans la cuisine chez les Wavrant).

(Local non isolé attenant à toutes les maisons, et source d’humidité)

(SIGH) Efficacité thermique classée « E »… comme Epouvantable !

Le quartier de la Cavée à Onnaing est paisible, avec des espaces verts, aire de jeux, il a fait partie de cette ANRU 1 tant sur le devant de la scène au moment de son lancement par Jean-Louis Borloo, ministre en charge de la politique de la ville à l’époque.

En 1986, une série de dix logements individuels pour personnes âgées, des T2 de Plain-Pied, prend racine dans le dit quartier. Depuis cette date, rien n’a été fait où si peu…ce qui pousse le premier magistrat de la commune à porter le fer face à l’exaspération de ces locataires entre 75 et 85 ans… ! « SIGH se désengage de ses locataires, rue des Pivoines. Les travaux sont reportés d’année en année. Pourtant, une présentation publique de ces travaux a été réalisée en janvier 2018, avec une étude, et un chiffrage très précis de cette réhabilitation », entame Xavier Jouanin.

Ce chiffrage était clair : 577 959 € TTC pour les 10 logements dont 20 000 € de subvention par la Valenciennes Métropole, et 115 592 € de fonds propres, avec une ventilation très précise des travaux (Travaux rue des pivoines:onnaing).

Report 1, report 2, report 3… !

Tout paraissait limpide sauf le délai d’exécution des dits travaux. « En janvier 2018, SIGH nous indique que les travaux seront réalisés fin 2018. Ensuite, SIGH indique un nouveau décalage en avril 2019, et dernièrement au cours d’une réunion, on apprend que c’est pour fin 2019 ! Ces locataires séniors n’en peuvent plus. L’efficacité thermique est catastrophique, classée « E » dans le cadre de l’étude réalisée, préalable aux travaux », poursuite Xavier Jouanin.

« On nous a interdit de faire les travaux », Jocelyne Wavrant

La première porte poussée est celle de Jocelyne et Léon Wavrant. Le constat d’insalubrité est assez rapide, les murs sont incontestablement imbibés par l’eau, la main posée dessus est transpercée par l’humidité, la VMC est entourée de moisissures, un signe distinctif infaillible pour l’ARS… par exemple ! Les fenêtres, simple vitrage de 8mm, sont des passoires thermiques, tout comme les portes très fines dont certaines poignées ne fonctionnement plus, d’où parfois des fermetures avec un système « D », qui ne veut pas dire « Durable ». Rebelote, avec le sanitaire et la baignoire dans un état lamentable « on se lave debout devant le lavabo, nous n’avons pas le choix ! », explique Jocelyne Wavrant.

« Plusieurs fois, nous avons voulu faire quelques travaux, notamment la tapisserie etc. ! A chaque fois, on nous a interdit de les faire, car SIGH devait tout changer…prochainement », ajoute-t-elle. Bien sûr, depuis 4 ans, les époux Wavrant ne voient rien venir même si « on a cru aux annonces SIGH en janvier 2018 avec l’étude thermique etc. », précise Jocelyne.

VMC chez les Wavrant

Aujourd’hui, pour un loyer de 382 €, ce couple aux retraites modestes paye par mois 41 euros d’électricité en 2019 et 69€/mois de gaz. Bien sûr, outre le volet financier, l’aspect santé publique est prégnant dans chaque pièce, c’est un cas typique de précarité énergétique, via une passoire thermique évidente, concomitante avec de potentielles maladies liées à cette insalubrité pour les occupants.

« J’ai fait un prêt de 2 000 € pour les travaux », Mme Daniez

Même configuration, mais cette fois, l’occupante lasse d’attendre a fait le choix de réaliser des travaux à ses frais pour la réfection des sols et des peintures. Concernant l’inefficacité isolante des portes, fenêtres, et combles, la donnée chiffrée est édifiante : « Je chauffe la maison à 25° sur le thermostat, et il fait 21° dans le salon, 19° dans la chambre, et 17° dans la salle de bain. J’ai écrit à de multiples reprises au bailleur social (Travaux rue des pivoines:onnaing) », souligne-t-elle. Les réponses sont assez croustillantes, une fois c’est le Grenelle de l’Environnement qui bloque, une fois ce sont les dernières mesures réglementaires, etc., le bailleur social est incontestablement un découvreur de trésors…. d’excuses pour ne pas faire !

« Nous allons accompagner (légalement) les locataires pour bloquer le versement des loyers à SIGH », Xavier Jouanin

Face à cette situation, le maire d’Onnaing franchit le pas, il passe un message à tous ces séniors locataires : « Nous allons accompagner (légalement) les locataires pour bloquer le versement des loyers à SIGH ». Sans doute qu’un versement intégral du loyer chez un huissier sur un compte séquestre fera l’affaire en terme de méthodologie, l’heure est à l’action publique sociale. 

Pour sa part, Anne-Thérèse Waine, se plaint également de la passoire thermique compte tenu des fenêtres et portes d’une grande vétusté.

Ensuite, Francine Bert est arrivée plus récemment, 2 ans. Elle se pose cette question :« Comme j’ai perdu mon mari, je cherchais un nouveau logement plus petit. Je pense que j’aurais signé tout de même ici, mais quand même si j’avais eu connaissance de la non réalisation de travaux, promis au moment de la signature du bail de location… ! ».

Enfin, un ancien combattant, Bernard Cheval, est présent depuis 20 ans dans la rue des Pivoines. Compte tenu de son manque de mobilité, il a entrepris des travaux relatifs au sanitaire et à la douche, pris en charge totalement par la CPAM. « Pour autant, j’ai veillé à mettre un panneau bas de protection de douche afin que l’ouverture de la porte ne butte pas contre le dit panneau. Ce choix était conforme à la demande de SIGH ( informé des travaux par le locataire). Et au final, lors d’une visite d’un membre de SIGH, il m’a dit – Quel est le…. qui a fait ses travaux ? Réponse- Mais c’est sur votre conseil Monsieur… ! » faut-il en rire ou en pleurer ?

Certes, ce ne sont pas des constats de huissier (qui ne sauraient tarder), mais cette visite de terrain est assez parlante… Quelques questions de base frappent le bon sens commun. 

SIGH attend-il que tous les travaux soient réalisés aux frais des locataires ?

SIGH attend-t-il le décès du locataire pour récupérer ces logements ?

Allez soyons positif, gageons que dans le cadre de la participation citoyenne au Grand débat national (en interne) du bailleur social SIGH, ce dernier traduira ces aspirations des citoyennes et des citoyens d’Onnaing par des travaux de réhabilitation avec  grande célérité… Pour rappel, l’adresse est Rue des Pivoines- Quartier de la Cavée- 59 264 Onnaing !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 22 mars 2019
Onnaing SIGH Xavier Jouanin
(Onnaing) Aide-toi, SIGH t’aidera… peut-être
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email