Pour sa première saison au plus haut niveau français, le club de handball amandinois a énormément appris mais n’a pas pu se maintenir. Cette première n’est probablement pas la dernière car la Présidente compte bien y retourner en fin de saison ou la saison d’après. Enthousiaste et dynamique, Sophie Palisse souhaite que les Hauts de France soient représentés au niveau national. Pour cela, il faut des résultats sportifs, mais aussi l’appui des politiques.

Toujours le projet de performance

Sophie Palisse est partie en vacances mais n’a certainement pas mis ses dossiers de côté. La preuve, elle attaque la conférence d’avant saison le mercredi 28 août à Saint-Amand pied au plancher. « Nous avons la volonté de retourner en Elite pour y rester plus longtemps et être plus fort. Si ça se fait cette saison, nous serons prêts. Si ça ne se fait pas, ça reporte le projet d’un an ». Côté finances, la Présidente reconnaît que son club est « bien servi au niveau local » moins au niveau régional. Le feu vert n’a toujours pas été donné pour la construction d’une nouvelle salle dans la ville thermale. Une piqûre de rappel ne fait pas de mal n’est-ce pas ? « Sans salle, pas de VIP et les investisseurs n’investissent pas sur quelque chose qui ne fait pas rêver. Oui il faut gagner pour remplir la salle mais ce n’est pas que du sportif. Nous cohabitons avec l’équipe féminine de basket salle Maurice Hugot mais nous nous entraînons salle Verdavaine ». L’entraîneur Florence Sauval soutient les idées de la Présidente, « la construction pour aller au plus haut niveau est longue, ça demande des compétences, les infrastructures doivent suivre, avoir une vraie identité avec la salle, l’environnement doit suivre aussi. Le nerf de la guerre, c’est l’argent… ».

Centre de formation

L’équipe réserve évolue en nationale 2. L’objectif est la nationale 1. « ça donne de la crédibilité, un centre de formation et l’équipe réserve en N1 », précise l’entraîneur, « c’est important d’avoir une base solide de formation ».  La Présidente acquiesce et annonce l’arrivée de la monténégrine Marija Bozovic (18 ans, demi-centre, internationale U20) au centre de formation. « Place aux jeunes. Si elles travaillent, elles sont récompensées. Je ne m’interdis rien », explique Florence Sauval qui pourrait donc faire appel aux jeunes du centre de formation pour jouer en D2. Le club amandinois a programmé des interventions dans les écoles pour attirer de nouvelles joueuses.

La D2, quesako ?

Nelly Plazanet

16 équipes évoluent dans ce championnat, divisé en deux poules de 8 équipes. Les Amandinoises sont avec Achenheim Truchtersheim, Stella Saint-Maur, Octeville-sur-mer, Palente Besançon, Le Havre, Sambre Avesnois et Saint-Grégoire Rennes. La première phase se disputera jusqu’au 9 février puis ce sera les play-offs pour les quatre premiers de chaque poule et les play-downs pour les quatre derniers. Lors de cette seconde phase, les clubs conservent les points acquis face à leurs trois adversaires en première phase et disputent huit nouvelles journées face aux quatre autres équipes.
La Présidente est claire, « l’objectif minimum c’est de jouer les play-offs. La formule de ce championnat me laisse perplexe, je préfère un championnat linéaire ».

L’entraîneur estime que la « poule est homogène. Chaque week-end, il y aura des surprises. Tous les week-ends, nos adversaires auront envie de nous couper la tête car nous avons le statut VAP (Voie d’accession au professionnalisme. Le statut VAP est un dispositif qui vise à baliser et sécuriser le chemin vers la Ligue Butagaz Énergie (l’ex-LFH) pour consolider la professionnalisation du handball féminin français. Il concerne les clubs de D2F désireux de se structurer et qui s’engagent à répondre volontairement à un cahier des charges intermédiaire, palier avant une intégration en Ligue Butagaz Énergie) et nous descendons de LFH. Nous devrons imposer notre rythme, nos valeurs, ça ne sera pas un long fleuve tranquille. J’ai répété aux joueuses qu’elles devront être prêtes à mener un réel combat, elles savent à quoi s’attendre ».

Quel style de jeu ?

Florence Sauval prévient, son groupe sera composé de joueuses « valeureuses et combatives. Elles seront gentilles avec les partenaires et les supporters mais pas sur le terrain. Nous vendons du spectacle, elles doivent courir », ce qui sous-entend une défense intraitable. « Lors de la préparation nous sommes restés dans le cocon amandinois. Je n’oublie pas la saison passée (2 victoires sur 28 matchs en championnat), j’ai écouté les joueuses, nous avons mis les choses à plat. Les nouvelles joueuses apportent une bouffée d’air frais. Ce groupe adhère aux valeurs du club à savoir le travail, le partage, la confiance et la solidarité ».

Premier match ce samedi 31 août à Rennes

Noémie Barthélémy

Les Amandinoises ont disputé six matchs amicaux soldés par 2 victoires et 4 défaites. L’entraîneur admet qu’il y « a eu quelques bobos pendant la préparation. Le groupe sera au complet à la mi-septembre mais j’ai entièrement confiance en mes joueuses présentes. Nous sommes d’entrée dans le vif du sujet ».

La capitaine Marion Malina parle au nom de l’équipe, « nous avons hâte que le championnat commence. Le groupe vit bien, c’est un groupe de bosseuses qui ne triche pas. Nous avons fait de bons matchs de préparation. Nous ne nous mettons pas trop la pression, c’est le premier match, en plus à l’extérieur. Rennes est une équipe qui aime le combat ».

Après ce déplacement piège chez le promu, les supporters amandinois pourront suivre deux matchs salle Maurice Hugot en septembre : le 7 face au Havre (réservez votre billet) et le 14 face à Sambre Avesnois (réservez votre billet).

L’effectif de la saison 2019-2020

Claire Vautier (20 ans, 1,78 m, arrière gauche), internationale U20
Nelly Plazanet (23 ans, 1,80 m, arrière) en provenance de Cannes
Marina Zivkovic (31 ans, 1,68 m, demi-centre), serbe, en provenance de Bourg-de-Péage
Maureen Gayet (17 ans, 1,78 m, ailière droite), internationale U18
Elise Delorme (23 ans, 1,66 m, ailière gauche), en provenance de La Rochelle
Marion Malina (29 ans, 1,76 m, demi-centre)
Manon Le Bihan (28 ans, 1,65 m, ailière droite)
Jessica Dias (29 ans, 1,70 m, demi-centre), brésilienne
Manuella Dos Reis (20 ans, 1,81 m, gardienne), internationale U20, prêtée par Metz
Eloïse Dewez (23 ans, 1,81 m, pivot)
Ivana Filipovic (30 ans, 1,85 m, arrière gauche), franco-serbe
Noémie Barthélémy (27 ans, 1,89 m, pivot) en provenance de Bourg-de-Péage

Anne Seigner

Publié par Anne Seigner le 29 août 2019
Florence Sauval Marion Malina Sophie Palisse
(HBCSA) En route pour un retour au plus haut niveau ?
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email