Pour la 4ème édition des rencontres du commerce en Grand Hainaut, la CCI Grand Hainaut a cranté cet événement. Organisée au Pasino de Saint-Amand-les-Eaux, cette manifestation a bénéficié d’une affluence, de commerçants, d’élus, et de partenaires, impressionnante (900 personnes environ), mais également par la présence d’un grand témoin, le président de la Région des Hauts de France.

Du concret pour les commerçants !

Ce 4ème opus était annoncé comme une soirée des solutions, après un diagnostic en 2017, une collaboration à l’aménagement de la loi ELAN en 2018, il fallait des annonces, une stratégie claire pour dynamiser le commerce en centre-ville et en centre-bourg. Le grand témoin n’était autre que le président de la Région Hauts-de-France, il rappelle d’abord que les 3 compétences régionales, lycée, transport, et emplois n’incluent pas le commerce de proximité. « Il a fallu convaincre », souligne Didier Rizzo, vice-président en charge du commerce. Visiblement, le message a été entendu : « Sur 3 ans, la région va débloquer 60 millions d’euros afin d’accompagner les commerçants, mais ce sont les communes ou les agglos qui portent les dossiers. Nous pouvons soutenir l’accessibilité, aménager le 1er étage d’un commerce, installer une vidéo-surveillance pour la sécurité etc. », explique Xavier Bertrand.

« Supprimer le FISAC, une ânerie », Xavier Bertrand

Pour bénéficier de cette aide, il suffit de passer par les services de la CCI Grand Hainaut. « Nous adoptons le principe du guichet unique. Franchissez la porte de la CCI, venez voir nos services. Vous pourrez bénéficier de nos conseils et des aides de la CCI et de la région », commente Didier Rizzo. Deux dossiers sont possibles, le Starter pour la création d’entreprise, et le Booster pour la développer. 

Enfin, Salvatore Castiglione, vice-président Hauts-de-France, explique « qu’avant la fin de l’année, nous accompagnons 20 dossiers sur les Hauts de France. Au global, nous allons intervenir dans 114 communes dont les 23 dans le programme national « Coeur de Ville » lancé en 2018 par l’Etat ».

Ce soutien de la région vient répondre à la fin de l’historique Plan FISAC que des centaines de communes ont connu en faveur de leur tissu commercial. « Certes, il fallait revoir certaines choses, notamment les délais d’instruction, mais le FISAC était efficace comme politique d’Etat. Supprimer le FISAC est une ânerie », assène Xavier Bertrand.

« L’opposition entre le centre-ville et la périphérie, le débat n’est plus là », Bruno Fontaine

Bruno Fontaine

En amont de ces annonces, un regard sur l’état des lieux était également de bon aloi. « La loi LME (04/08/2008) Loi de Modernisation de l’Economie a fait passer la surface d’installation, sans autorisation, de 300 M2 à 1000 M2. Certes, elle répondait à une directive européenne, mais elle fut beaucoup mieux appliquée en Allemagne. Vous aviez un comité afin de ne pas dupliquer un commerce en centre-ville et en périphérie. En France, par contre, nous n’avons pas réussi cet équilibre. Je rappelle qu’un emploi supplémentaire dans la grande distribution, c’est 2  emplois et demi en moins dans le tissu commercial de proximité. C’était la bataille des élus entre la périphérie et le centre-ville. C’est fini !

De fait, l’opposition entre le centre-ville et la périphérie, le débat n’est plus là ! Aujourd’hui, vous avez une révolution, celle d’internet, c’est une chance pour ramener les clients dans les entreprises en centre-ville. Ne refusons pas la révolution du commerce digital ! », explique Bruno Fontaine, le président de la CCI Grand Hainaut.

« La périphérie n’est plus possible », Didier Rizzo

Didier Rizzo, le vice-président en charge du commerce à la CCI Grand Hainaut, est dithyrambique sur cette thématique. « Il faut faire revivre notre centre-ville et centre-bourg. La périphérie n’est plus possible. Le commerce de proximité apporte du lien social. Par contre, il existe une réelle mutation du commerce d’antan », explique Didier Rizzo.

Didier Rizzo

Dans cette optique, la création « d’un market place territorial, j’y crois », commente Xavier Bertrand. Ce projet est une réalité sur le Grand Hainaut via https://www.mescommercantsdugrandhainaut.com avec plus de 7 000 produits en ligne. « La présence sur ce portail a permis une hausse de 15% de fréquentation dans les entreprises participantes », précise Didier Rizzo.

« Aujourd’hui, ce sont les consommateurs qui décident », explique un partenaire, nombreux pour cette soirée événement. Aucun doute, le consommateur a repris la main, il pilote ses envies, son mode d’achat en ligne ou sur site, mais surtout devenu multicanal. Le commerce doit s’adapter ou ne plus exister. « Si nous n’aidons pas les petits et les moyens, ils n’existeront plus », précise Xavier Bertrand.

Beaucoup de partenaires ont contribué à la réussite de cette soirée, Groupama, le Crédit Agricole, La Voix du Nord, WEO, mais également des témoins avertis comme Philippe Coy, président de la Fédération des Buralistes 24 500 en France. Chaque expertise apporte sa pierre à la reconstruction du commerce de proximité du XXIème siècle à la fois au coin de la rue, mais aussi très dématérialisé, un commerce moderne et ancré dans sa cité.

Daniel Carlier

 

Publié par Daniel Carlier le 8 octobre 2019
Bruno Fontaine CCI Grand Hainaut Commerce de proximité Didier Rizzo Xavier Bertrand
Xavier Bertrand annonce 60 millions d’euros pour le commerce de proximité
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email