L’auteur d‘un féminicide n’a pas qu’une adresse comme dans le mythique film de Henri-Georges Clouzot, sorti en 1942 (L’assassin habite au 21), il exerce son forfait dans les communes et villages de France sans vergogne, tranquille, confortable dans son mépris de l’être aimant.

Betty Rygielski : « Le 14 octobre 2019, nous sommes au même nombre de féminicides qu’en 2018 sur toute l’année ! »

Vendredi soir à Valenciennes, la Place d’Armes accueillait à l’ombre du beffroi le collectif « Nous Toutes 59 ». En présence du maire de Valenciennes et de certains élus, mais également de Delphine Alexandre, référente de la section LREM/Valenciennes, les membres de ce collectif ont voulu marquer un triste événement. «  Le 14 octobre 2019, nous sommes au même nombre de féminicides qu’en 2018 sur toute l’année. Nous attendons des pouvoirs publics de nouvelles mesures en faveur de la répression, mais également dans le domaine de la prévention. Pourtant, il y a des mesures simples comme une sensibilisation dans les écoles primaires », explique Betty Rygielski.

Effectivement, comme dans de multiples domaines, le savoir-être, le bon comportement entre les futur(e)s citoyens peut s’apprendre très en amont. Certes, les spécialistes expliquent que certaines hérédités sont avérées, mais rien n’est écrit en la matière, la pédagogie du mieux-vivre ensemble dès le plus jeunes âge est possible dans toutes les communes de France, petites et grandes !

Vendredi soir, plusieurs orateurs ont lu à voix haute des textes de parlementaire, des témoignages de femmes battues etc. Glaçant dans la construction d’une vie asservie de coups physiques et/ou verbales, révélateur sur le comportement en société et en privée d’un futur auteur de violences conjugales, terrible dans la description d’une conscience muselée par la peur, le déni, l’habitude des humiliations. Ça pique un peu au début, puis les plaies commencent à s’ouvrir dans le corps et l’esprit. Leurs âmes s’oublient souvent dans cette vie qu’il ne faut pas juger de l’extérieur, car notre corpus sociétal ne fonctionne pas non plus, notre sonnette d’alarme est mouchetée, on n’entend pas notre conscience sous cloche,  et nous comptons sur un boulier… 121 !

« La marche du samedi 23 novembre partira du Phénix dès 14H », Betty Rygielski

Cette manifestation avait également pour but une piqûre de rappel pour la future marche contre les violences conjugales, le samedi 23 novembre 2019. « La marche du samedi 23 novembre partira du Phénix dès 14H. Notre manifestation doit rejoindre le centre-ville, mais nous n’avons pas encore le trajet précis », explique Betty Rygielski.

Innovation de l’année 2019, le collectif « Nous Toutes 59 » va financer un « transport pour se rendre à la manifestation nationale à Paris ». D’ailleurs, ce jeune mouvement s’organise avec des réunions de préparation pour cet événement, ce sujet infuse incontestablement dans les esprits.

Voici les dates des prochaines réunions du Collectif Nous Toutes 59 sur Valenciennes :

Prochaines dates des réunions (lieu à définir sauf le 16 novembre déjà fixée) :

Jeudi 24 octobre à 18 heures            

Jeudi 7 novembre 18h30 (chant + point sur l’organisation)

Samedi 16 novembre 10-12 h : Maison de quartier Centre-ville de VALENCIENNES (chant + point sur l’organisation)

Vendredi 22 novembre – 18 heures (chant + point sur l’organisation).

Pour le lieu, contacter en MP sur le FB nous toutes 59 valenciennois. https://www.facebook.com/NousToutes59/

Cagnotte Nous Toutes 59 : https://www.leetchi.com/c/noustoutes-59-valenciennois

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 19 octobre 2019
Betty Rygielski Collectif Nous Toutes 59 Grenelle contre les violences conjugales violences conjugales
L’Assassin habite au (1)21 !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email