Norbert Jessus, maire depuis 1998 sur la commune de Trith-Saint-Léger, avait déjà annoncé son souhait de ne pas se représenter pour un nouveau mandat. A l’unanimité, Dominique Savary devient donc la tête de liste marquant une continuité de cette gestion communale où depuis 12 ans une seule liste politique fut élue au sein de ce Conseil municipal, phénomème rare pour une commune de 6 500 habitants environ.

Dominique Savary : « Répondre à toutes les Trithoises et tous les Trithois »

Pas de scandale, pas de joute politique tonitruante, avec pourtant des réalisations très concrètes au bénéfice de la population, Trith-Saint-Léger la discrète se lance dans une campagne municipale 2020 avec une question lancinante. En effet, l’heure était  au passage de témoin afin de porter les couleurs de la gauche durant une campagne municipale 2020 où l’incertitude plane sur le nombre de listes sur la ligne de départ.

Rappelons qu’en 2008 et 2014, une seule liste était en lice grâce « à un travail important en amont. Nous travaillons dans chaque quartier sur toutes les thématiques afin de construire notre programme. D’ailleurs, il est réalisé à 100% », souligne Norbert Jessus. Ce travail collaboratif, bien relayé en terme de communication, a permis cette paix politique. « Ce que je préfère dans la vie municipale est le travail sur le terrain, le contact avec les habitants dans tous les quartiers. Il faut être conscient que le citoyen s’intéresse d’abord à ses problèmes du quotidien. Je veux répondre à toutes les Trithoises et tous les Trithois », souligne Dominique Savary.

« Impossibilité technique pour passer le flambeau avant mars 2020 », Norbert Jessus

Immédiatement, la question est pourquoi ce passage de témoin en mars 2020 et pas avant. « Comme nous étions une liste unique, il fallait pour l’élection d’un nouveau maire le vote des 29 élus en 2014. Malheureusement, un décès, deux départs professionnels, et les suivants sur la liste ne pouvaient pas voter pour un nouveau maire », commente Norbert Jessus.

Tout cela pour mettre en exergue que Norbert Jessus a mûri ce retrait depuis un moment « pour des motifs personnels, des raisons de santé, je veux profiter de ma famille. De concert avec Dominique, nous avons choisi l’option de tourner la page et de ne pas me représenter. Je veux qu’il réunisse autour de lui sa nouvelle équipe rajeunie. Cette démarche est plus honnête et plus transparente vis à vis de la population », indique le maire sortant.

En prenant un peu de hauteur territoriale, cette initiative est ô combien vertueuse quand elle possible. Sur d’autres communes du Hainaut, au fil des joutes politiques annoncées, certains édiles sortants vont repartir au combat une fois de plus, puis transmettre le pouvoir local à un(e) élu(e) choisi(e) avec soin face au danger d’une bascule politique redoutée. En effet, l’esprit du dégagisme 2017 reste dans l’air même si nous sommes dans le contexte d’une élection locale les yeux dans les yeux. Sur ces derniers douze mois, les mouvements sociaux récents nous ont appris une chose, la pratique politique du XXème siècle, c’est fini !

« Je serai disponible pour la population », Dominique Savary

Agé de 54 ans, marié deux enfants, il habite la commune et a  » connu 3 quartiers différents » au fil de sa vie, donc Trithois jusqu’au bout des ongles. Dominique Savary travaille dans le domaine de la logistique ; autrefois rattaché à la MCA à Maubeuge, il est aujourd’hui sur le site de PPG à Saultain via ses fonctions au sein de l’entreprise Daher. « Je suis à dix minutes de la commune. Je serai disponible pour la population. C’est une page qui se tourne. Je travaille comme adjoint avec Norbert depuis 18 ans (élection 2001), et au Conseil municipal depuis 1995. Je veux poursuivre l’oeuvre engagée depuis plus de deux décennies. Améliorer et développer les services et les équipements en faveur de l’ensemble des Trithoises et des Trithois sera le fil conducteur de notre programme », déclare Dominique Savary.

Bien sûr, les thématiques actuelles impriment tous les programmes. « Nous entamons une campagne de porte à porte sur la commune. Nous construirons un programme basé sur le retour des citoyens. La sécurité sera présente, notamment avec un futur déploiement de la vidéo-surveillance, même si Trith-Saint-Léger n’est pas une ville insécuritaire. Par contre, il y a des incivilités. Ensuite, j’ai une formation écologique de base, un fil vert sera une partie intégrante de ce programme, mais je veux avant tout un programme très participatif répondant aux besoins des Trithoises et des Trithois », ajoute la tête de liste, Dominique Savary.

Parmi les autres sujets de cette prochaine mandature pour le nouveau maire, quel qu’il soit, l’épineux problème de l’intercommunalité va émerger dans le paysage politique du Valenciennois. Rien n’est gravé (encore) dans le marbre pour l’application* de la loi NOTRe… pensée par la gauche de François Hollande, mais aux confins de la proximité nécessaire entre l’élu et le citoyen. Par contre au niveau territorial, la logique de la fusion des deux agglos va se poser en 2020, voire 2021, quelle sera la position du prochain maire ? « Il est impossible de répondre comme cela, il faut voir ce qu’il y a sur la table sachant que les politiques menées à la Porte du Hainaut, partenaire indispensable pour la commune, et Valenciennes Métropole sont très différentes », commente Norbert Jessus.

Dominique Savary, choisi à l’unanimité !

Sur le plan politique, le candidat Dominique Savary emmène une liste d’union de la gauche et de progrès. « J’ai été choisi à l’unanimité par le comité du PCF à Trith-st-Léger, mais également le lendemain par l’ensemble du Conseil municipal », précise Dominique Savary.

Rappelons que le gouvernement local est composé de membres du PS, du PCF et de personnalités civiles. « Dès l’annonce de notre candidature, outre les souhaits de certains membres du Conseil municipal désireux de repartir, je pense que des citoyennes et citoyens vont déclarer leur intérêt pour participer à la vie locale. C’est une liste de gauche et de progrès, mais ouverte à des citoyennes et citoyens de la vie civile, des personnalités voulant s’engager dans la vie locale », explique le candidat.

En toute état de cause, le plus gros changement en 2020 serait l’existence d’une campagne municipale réelle compte tenu de la présence de deux listes à minima. Place à la politique de proximité, elle peut être source de monter en gamme si le duel, voire plus, se concrétise en une confrontation de projets en faveur des administrés. « Pour notre part, ce sera une campagne respectueuse, il n’est pas question de sombrer dans les polémiques », conclut Dominique Savary.

Autour de cette candidature s’est organisée un comité de soutien composé du maire sortant, d’élus du Conseil municipal, d’une plume reconnue encore active, et d’un ami de longue date Jean-Claude Dulieu, Conseiller départemental sur le canton. L’amitié en politique est donc…possible !

Daniel Carlier

  • Une féroce opposition du Sénat contre l’application, dès janvier 2020, de la loi NOTRe se fait jour. Tout se joue dans les prochaines semaines.
Publié par Daniel Carlier le 13 novembre 2019
Dominique Savary Norbert Jessus Trith-St-Léger
Dominique Savary veut poursuivre l’oeuvre de Norbert Jessus à Trith-st-Léger
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email