C’est un scénario qui se répète, pourtant le metteur en scène ne l’avait pas écrit. Derrière la caméra de l’entraîneur Vincent Verryser, ses actrices n’ont pas respecté leurs textes. Pas de grand cinéma samedi salle Huguet ! Après avoir compté 11 points d’avance, elles ont concédé face à Furdenheim une prolongation (60-60) qui leur a été fatale (68-72). Cette quatrième défaite consécutive plonge les Trithoises dans la zone de relégation. Attention elles vont devoir mieux interpréter leurs scènes…

De la sérénité à l’imprécision

Dans le premier quart-temps, le duel se situe à l’intérieur. Meite et Ionescu pour Trith (20-9) et Sené pour Furdenheim (10 points). Beaucoup d’approximations dans le deuxième quart-temps pour les deux équipes, le jeu est brouillon. A la pause Trith reste en tête (35-29).
Furdenheim profite des maladresses trithoises pour prendre les commandes de la rencontre sur un lancer franc de Gergelova (41-42). Les deux formations sont au coude à coude. Doyen donne de l’air aux siennes (51-47) mais Sené égalise (57-57). Les joueuses sont crispées et la tension monte, chaque ballon est important. A 60-60 et six secondes à jouer, Trith a la balle de match en main, la meneuse Coste la vendange en tentant un tir rapidement et en le ratant.   Prolongation : 5 minutes de calvaire pour Trith qui perd Doyen (43’) et Tadeuszak (44’) pour 5 fautes après les éliminations de Cindy Nowacki et Ionescu dans le temps réglementaire. C’est Clauss qui a de l’assurance dans le money time et qui inscrit 6 points pour Furdenheim (62-70). Trith jette ses dernières forces à l’image de Meite mais ne renversera pas la tendance (68-72).

 « Ce n’est pas mental »

L’entraîneur alsacien Guillaume Vidot est soulagé « nous savions que Trith serait déterminé dans l’engagement physique. Dès que nous avons eu des trous d’airs Trith en a profité. En deuxième mi-temps nous avons joué avec la même intensité que l’adversaire. Les deux équipes sont au même niveau, nous n’avons toutefois pas les mêmes armes ni le même mental ».

«  C’est encore une déception…», lâche l’entraîneur trithois Vincent Verryser « c’est le troisième match que nous laissons de la même façon, nous maîtrisons mais nous perdons. A Alençon nous avions 18 points d’avance puis nous sommes incapables de nous contrôler. Nous voulons trop bien faire, il y a un manque de concentration, des oublis défensifs, c’est du détail mais cumulé ça donne une défaite. C’était pourtant un match à notre portée, les autres équipes gagnent…pas nous… ».

« Ce n’est pas mental », assure Cindy Nowacki , « nous y avons cru jusqu’au bout, ça prouve que nous avons du mental. Nous sortons des choses qui fonctionnent…comment l’expliquer ? C’est rageant, nous ne pouvons nous en vouloir qu’à nous-mêmes… ».

Trith – Furdenheim : 68-72 ap (24-19, 11-10, 9-13, 16-18, 8-12)

Trith : Nowacki C. 9, Pagnier 11, Tadeuszak 4, Meite 19, Ionescu 10 puis Coste 7, Maillard, Doyen 5, Nowacki M, Bellanger 3.

Furdenheim : Fischer, Clauss 16, Mauler 10, Lux 12, Sené 16 puis Serot 8, Denu 3, Gergelova 7, Baumann, Riehm.

Anne Seigner

Publié par Anne Seigner le 17 novembre 2019
basket Cindy Nowacki Guillaume Vidot Trith-St-Léger Vincent Verryser
(Basket) Trith récolte une quatrième défaite consécutive, fruit de son inconstance
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email