Au sein de l’université des Tertiales à Valenciennes, une soixantaine de syndicaliste et gilets jaunes s’étaient réunis pour échanger sur la prochaine manifestation de ce jeudi 05 décembre.

Le jeudi 05 décembre…, et après ?

Plusieurs syndicats, CGT, Solidaires, F.O, FSU… étaient les initiateurs de cette soirée atypique à plus d’un titre. Pas sur le fait de l’échange social, mais par la présence de gilets jaunes à une réunion organisée par les syndicats.

L’hémicycle comprend environ 60 personnes, travailleurs de différents corps de métiers, salariés de l’industrie, enseignants, indépendants, demandeurs d’emplois, avec des avis très marqués sur la conduite de la manifestation du 05 décembre. On échange, on essaye de s’écouter, parfois difficilement, la tension est palpable, on tente de fixer un repère, pas simple ! « Le rendez-vous est jeudi à 10H sur la Place d’Armes. Là, une AG va se tenir, et nous déciderons ensemble de la suite à donner. Pour ma part, c’est la grève générale, le blocage de l’économie. Comment ? Nous verrons ce jour là, mais si cela dure 8 jours, les médias nationaux viendront. Si c’est dans toute la France, Macron va plier ! », explique Marc Lambert, secrétaire du syndicat Solidaires.

Les positions se confrontent sur le vécu de cette dernière année sociale. « Vous avez su mobiliser des personnes qu’aucun syndicat n’avait réussi à faire avant », souligne la représentante du syndicat FSU aux Gilets Jaunes présents. Aujourd’hui, l’heure est à une réunion organisée initialement par les syndicats. « Même la CFECGC a choisi de nous rejoindre, ce syndicat n’avait pas participé à une grève depuis dix ans », mentionne un représentant du syndicat F.O chez Alstom.

« Nous avons le même objectif final, la reconductibilité de la grève après le 05 décembre », Emile Vendeville

Sur l’ampleur du mouvement, Emile Vendeville de la CGT, donne le ton « d’après les premières remontées, nous serons 3 000 personnes. Arrêtons de nous critiquer, il joue la division, mais en fait le seul régime privilégié est celui du capital. Nous avons le même objectif final, la reconductibilité de la grève après le 05 décembre ».

Paradoxalement, certains Gilets Jaunes demandent ce qu’il va se passer jeudi, alors que la quintessence du mouvement des gilets Jaunes est l’absence de chef, voire d’une décision non concertée par la base. « On ne peut pas nous reprocher la trahison de certains leaders (nationaux), et maintenant critiquer notre décision de vouloir décider ensemble, jeudi prochain, de la suite à donner à cette grève du 05 décembre ! », s’exclame Marc Lambert.

Une phrase est revenue plusieurs fois de la part des Gilets Jaunes « on n’a rien gagné ! ». D’autres syndicalistes réagirent « votre mouvement n’est absolument pas un échec ». La preuve est que l’on parle encore de celui-ci. Qui parle encore de « Nuit Debout » ?

Sur l’objectif de cette grève reconductible, le message est sans concession. « Pour nous, il n’y a pas de négociation, c’est le retrait de cette Réforme des Retraites pure et simple », conclut Marc Lambert !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 2 décembre 2019
grève jeudi 05 décembre
Les organisateurs du jeudi 5 décembre espèrent une grève massive !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email