Comme dans de nombreuses communes du Valenciennois, le dernier Conseil municipal s’est déroulé en décembre, ce lundi 09 décembre sur la commune d’Anzin. Une dernière du mandat, mais un début de campagne municipale entre le maire sortant Pierre-Michel Bernard et Nicolas Fehring.

L’ANRU 2 commence son oeuvre sur Anzin

Dans la déroulé de cet ordre du jour, deux délibérations étaient une source d’une modification urbaine de taille. En effet, l’ANRU 2, ou NPRU (Nouveau Plan de Rénovation Urbaine), va s’activer  sur la 2ème commune autour de Valenciennes.

Tout d’abord, la Place de la Bleuse Borne située juste après le pont reconstruit dans le cadre du passage du tramway va se métamorphoser. « C’est le début actif du NPRU avec le chantier de la Place de la Bleuse Borne. Les expropriations commenceront en 2020, puis une intervention lourde dès 2021 avec des transports en mode doux privilégiés (outre le tramway attenant) », commente Pierre-Michel Bernard. Cette mutation urbaine prévoit l’installation d’une agence de Pôle Emploi, des commerces et du logement, sans oublier les espaces publics, voiries et stationnement.

Autre dossier sur le grill, un vieux projet PNRQAD (Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés) arrive (enfin) sur les fonts baptismaux. Comme sur de nombreuses communes, le fonds d’Etat dédié à ces rénovations de quartiers anciens fut terriblement long dans les coulisses administratives et financières. Certaines villes doivent gérées encore des dossiers d’une convention signée en 2012 entre Valenciennes Métropole et l’Etat… ! « Ce chantier (PNRQAD) va permettre la construction de 23 logements plus une maison individuelle, c’est un projet sur l’ancienne Cour Duterne », commente le maire.

Ensuite, sur le volet travaux, la construction d’une piste cyclable intégrale sur l’Avenue Anatole France devrait intervenir sauf que « nous avons des difficultés avec l’entreprise qui a remporté le marché public. Nous avons mis la pression maximale pour qu’elle remplisse son contrat », commente le maire. « Un changement de prestataire n’est pas exclu », ajoute Jean-Roger Berrier… ! Un dossier sans doute solutionné après le municipales, les coups de pioche sont tabous quelques mois avant une échéance locale. Concernant le mode doux, l’indemnité kilométrique vélo a été votée pour les agents de la collectivité.

Enfin, le projet annuel retenu par la Dotation d’Equipement dEtat pour la commune d’Anzin est un giratoire, celui du carrefour Fabry/Mathieu. Un dossier qui a lancé les hostilités de la soirée entre la majorité et l’opposition. Pour Nicolas Fehring « ce rond-point est un appel d’air aux automobilistes, ce secteur subit déjà un engorgement total ». Concrètement, l’axe le Phénix/Pont Jacob est un cauchemar écologique, de mobilité, c’est le point noir entre la ville de Valenciennes et Anzin. Opérationnel en 2024 « le contournement nord va permettre aux camions de contourner la ville d’Anzin. Cela va modifier les déplacements des habitants et des routiers », explique le maire. Néanmoins, Nicolas Fehring veut (dans son programme) « la gratuité dans les transports validée par le SIMOUV ».

Compte tenu de l’abandon du 4ème pont pour tous les Valenciennois en faveur de la construction du Stade du Hainaut pour quelques uns, les choix pour réduire la pollution ne sont pas légions. Un transfert modal massif, 5% actuellement, de la voiture vers le transport partagé est une solution.

La der de Pierre Hernandez

Pierre Hernandez

Pour son dernier Conseil municipal, Pierre Hernandez a eu l’honneur de clôturer l’ultime conseil municipal de cette mandature : «  Après 36 ans de mandat local, je ne me représenterai pas. Cette fonction est enrichissante. Je crois que la population a besoin d’hommes et de femmes comme nous pour accompagner, aider, s’investir pour la collectivité »… très classe cette sortie !

Question orale :

La question orale de Nicolas Fehring porte sur l’acquisition en 2004 par la Famille Bernard d’un bien immobilier (affaire privée 100%). Par contre, en 2011, ce dernier a été acquis par Valenciennes Hainaut Habitat, bailleur public local à Valenciennes initié par Jean-Louis Borloo. A l’époque, V2H était déjà en difficultés financières. « Le montant de cette acquisition par V2H est de 555 000 € environ. Pourquoi, depuis 2011, aucun projet n’est entrepris par le bailleur social SIGH (repreneur de V2H) ? », demande Nicolas Fehring.

Jean-Roger Berrier

La réponse fuse par l’intermédiaire de Jean-Roger Berrier: « Un permis de démolir a été accordé le 24 mai 2019. De fait, SIGH a trois ans pour lancer un chantier. Pour le reste, c’est une affaire privée ».

Les questions sont simples puisqu’un acteur public a opéré un rachat à un particulier. Quel est le montant de la plus-value réalisée par la famille Bernard ? De fait, l’acte authentique de vente est public avec le montant de l’acquisition initiale, c’est la base d’un document notarié. Pourquoi ce site n’a pas trouvé un projet urbain ? Pourquoi, en difficultés financières, V2H a choisi d’acquérir ce terrain sans projet in fine déjà dans les cartons ? Une clarification serait nécessaire par SIGH et le maire sortant afin de balayer tout soupçon sur le sujet et laisser place à une campagne locale projet contre projet.

Un rapprochement Pierre-Michel Bernard et Nicolas Fehring en 2018 ?

Cette question pollue les rapports entre Pierre Michel Bernard et Nicolas Fehring. Pour sa part, Pierre Michel Bernard attaque aussi vigoureusement « en 2018, vous m’avez sollicité par mail (lecture en public) afin de vous rapprocher de la majorité municipale compte tenu des dernières délibérations. Ensuite, vous m’avez demandé un poste d’adjoint dans la future majorité municipale en 2020 », assène Pierre Michel Bernard. « C’est un mensonge sur la demande de poste d’adjoint, tous ceux qui travaillent avec moi savent qu’ils ne peuvent rien me demander comme poste, je travaille par compétences », répond après le Conseil municipal Nicolas Fehring.

Toutefois, Nicolas Fehring acquiesce qu’un rapprochement eut été possible à cet instant politique. « En effet, 57 % de mon programme a été repris par Pierre-Michel Bernard, je ne vais pas dire que c’est mauvais, le budget participatif, c’est mon idée, les crèches etc. », explique-t-il.

Donc, logiquement, la question est… si ce rapprochement politique avait eu lieu, la question orale serait-elle restée dans les cartons ? Rien ne prouve que cette information fut apportée à la connaissance de Nicolas Fehring après ce rapprochement avorté entre les deux hommes politiques !

Eléments programmatiques de Nicolas Fehring :

Sur le volet environnemental, Nicolas Fehring « souhaite aller chercher le fonds énergie de Valenciennes Métropole, notamment, pour lancer une « Régie de l’Energie » avec de la production d’énergie alternatives ». Ne doutons pas que dans les décennies à venir, chaque commune devra produire une partie de l’énergie qu’elle consomme, tout au moins pour ses bâtiments publics. Cette idée est ambitieuse et innovante en 2020.

Sur le volet alimentaire « je suis favorable à la cantine gratuite ». Actuellement au niveau d’1,50€, le coût est très élevé pour mettre en place ce service vertueux. Peut-être qu’un gouvernement prochain décidera de la gratuité des cantines dans les écoles primaires, ce serait une avancée sociale majeure, tout comme le petit-déjeuner actuellement gratuit dans les communes en zone prioritaire.

Enfin, autre petit bout programmatique, Nicolas Fehring veut lancer une maison  » de l’habitant (et pas habitat) et des mobilités. Ce serait un espace où tous les acteurs sociaux du logement seraient présents pour conseiller les administrés. Ce serait un laboratoire pour un habitat digne et responsable « .

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 10 décembre 2019
Anzin Conseil municipal d'Anzin Nicolas Fehring Pierre-Michel Bernard
Dernier Conseil municipal à Anzin, premier affrontement électoral !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email