Nouvelle candidature sur la ville de Valenciennes avec cette fois un homme politique hors des sentiers battus, c’est Laurent Lasselin. Candidat pour les prochaines municipales de mars 2020 à Valenciennes, attention coup de fraîcheur !

Laurent Lasselin : « Deux listes sur Valenciennes, une déclarée et l’autre pas encore, m’ont contacté récemment »

50 ans, fonctionnaire au sein du Ministère de l’intérieur sur Lille, Laurent Lasselin n’est pas une surprise de dernière minute, car ce dernier travaille sa candidature aux municipales sur la ville-centre depuis presque deux ans ! Pourtant, il faisait partie du comité de soutien de Laurent Degallaix en 2014.

Ce jeudi 09 janvier 2020, il inaugurait sa permanence à l’angle de l’Avenue d’Amsterdam et de la rue de Mons. Si un challenge était organisé pour le meilleur emplacement de la permanence électorale d’un candidat, aucun doute que Laurent Lasselin figurerait en haut de la colonne tant il est d’une visibilité remarquable. Son portait géant en vitrophanie est lisible par n’importe quel passant et plus encore automobiliste en arrivant de la rue du Quesnoy au rond point des 3 grâces ou en venant de l’Avenue d’Amsterdam, du grand art électoral ! « Quand j’ai vu l’affiche d’une agence immobilière, j’ai sauté sur l’occasion. Je ne pouvais pas trouver un meilleur emplacement », commente Laurent Lasselin.

Une cinquantaine de personnes étaient présentes pour cette inauguration. L’émotion était palpable chez le candidat à travers un discours trop corseté pour son tempérament, très hésitant dans un propos trop convenu. Il lâche cependant « une campagne ne se gagne pas seul. J’ai besoin de vous comme relais. Parlez de cette candidature à votre entourage, votre famille. Je me dois d’occuper l’espace politique. Depuis plusieurs années, je suis dans une opposition constructive ».

Des ami(e)s rentraient et sortaient de cette permanence, des figures connues comme Carole Dussart, élue sur la liste de Dominique Riquet (2008/2014), voire Valérie Caudron, candidate du FN pour les législatives 2017.

Plus loquace dans une causerie avec la presse, Laurent Lasselin affiche ses convictions…

« 3,26% aux législatives en 2017, ce n’est pas un score ridicule », Laurent Lasselin

Avant cet épisode politique, Laurent Lasselin n’était pas un inconnu sur le Valenciennois. Très actif dans le domaine environnemental, en 2012 sa tentative de réaliser le trajet Valenciennes/Monaco en voiture électrique avait marqué les esprits. En effet, cette initiative visait à pointer du doigt la carence totale en borne de recharge rapide pour les voitures électriques sur les routes et autoroutes françaises.

Proche de Jean-Louis Borloo, il a sous le couvert du tissu associatif collaboré avec l’ancien maire de Valenciennes pour son projet très médiatique d’électrification de l’Afrique. Carté au Parti radical, la source politique de Jean-Louis Borloo, il n’est plus aujourd’hui dans le giron d’aucun parti connu. « Les partis politiques déçoivent, ils ne s’occupent pas assez de l’humain », soupire Laurent Lasselin.

Pour autant, d’un travail au long cours sur la thématique écologique, voire une carte d’adhérent dans un parti, à un engagement dans une campagne politique, il y a un fossé gigantesque. Laurent Lasselin le franchit avec une certitude confondante, une facilité déconcertante. «  3,26% aux législatives en 2017, ce n’est pas un score ridicule », claque-t-il. Assurément, ce résultat est loin d’être négligeable sur 20 communes où le dit candidat n’était pas très connu. D’autres formations politiques lourdes ne font guère mieux à cette échéance 2017. Tout le paysage politique du Valenciennois le sait… !

Ce score a certainement donné des idées à Laurent Lasselin, et notamment pour cette élection municipale. Toutefois, le candidat juge « très complexe une campagne municipale, c’est difficile à digérer », explique-t-il. Néanmoins, sa liste est quasi bouclée, il annonce en public 4 places à pourvoir (encore), c’est donc acquis. Laurent Lasselin déposera une liste « très tôt », donc dès le 10 février 2020 sans doute. 

Laurent Lasselin s’engage politiquement seul « je finance tout sur mes fonds personnels. Je prends un risque, mais si je ne suis pas élu maire. Je ferai campagne pour la législative 2022 ». Laurent Lasselin s’inscrit de fait dans le paysage politique « je monte petit à petit ».

« Je ne suis pas un baby Borloo », Laurent Lasselin

Néanmoins, il évoque être approché politiquement. « Deux membres des listes sur Valenciennes, une déclarée et l’autre pas encore, m’ont contacté récemment », explique-t-il. Si nous prenons en compte son positionnement politique « centre droit. Je suis plus proche de la liste de Laurent Degallaix et de Didier Legrand en terme de ligne politique, pas du tout sur la ligne du Rassemblement National », disait-il peu avant cette révélation.

Mécaniquement, si cela est une réalité, les probabilités de contact sont faciles à deviner sur la liste déclarée, et encore plus sur celle non déclarée. Le coup du « attend pour déposer ta liste » est aussi vieux que la découverte de feu afin de faire capoter une candidature. Réalité ou affabulation totale, ce qui magique en politique est que cela n’a aucune importance dès lors que c’est crédible.

Concernant ses rapports avec les autres candidats, il assène sèchement : « Je ne suis pas un Baby Borloo. Par contre, Jean-Louis est comme un père pour moi. Je me sens Borlooiste »… comme en 1989 !

Enfin, avant d’aborder quelques points programmatiques, il balance une affirmation politique qui ne manque pas de sel.

« J’ai la stratégie politique pour gagner ou faire gagner la présidence de Valenciennes Métropole  », Laurent Lasselin

L’étroit lien entre la collectivité locale et territoriale confère à la ville-centre l’ambition de prendre la présidence de l’intercommunalité. « En mars 2020, il n’y a pas une élection, mais deux », lance-t-il. Les ambitions sont énormes au moment où pour la 1ère fois depuis 2001, les nouveaux visages communautaires seront légions.

Dans cette optique, Laurent Lasselin lance « je n’ai pas la recette pour remporter la commune de Valenciennes, mais j’ai une stratégie politique pour gagner ou faire gagner la présidence de Valenciennes Métropole ». Au moins, c’est dit ! Le point de vérité est que cette élection intercommunale n’est pas au suffrage universel, un véritable jeu d’échec et de positionnement si loin de l’intérêt du citoyen de base !

Sous Jean-Louis Borloo « il n’y avait pas de clans (politiques). Je voudrais réunir tout le monde ensemble ». Bon courage, il y a plus de divisons politiques à Valenciennes que d’idées pour développer le mieux-vivre ensemble !

« Baisser les tarifs du stationnement et la création de 150 nouvelles places de plus », Laurent Lasselin

« Je dévoilerai mon programme plus tard annonce-t-il à l’assistance », explique Laurent Lasselin. Pourtant, quelques lignes directrices filtrent… Sécurité, circulation, et commerce, voilà le triptyque de base du programme du candidat Lasselin.

« Dès le début de la campagne de matraquage des PV sur la ville de Valenciennes, j’ai lancé une pétition qui a recueilli beaucoup de suffrages. Dans mon programme, je vais proposer une baisse de la tarification du stationnement et la création 150 nouvelles places de parking dans l’hyper-centre ».

Au premier abord, cette démarche surprend pour un écologiste convaincu. il répond tout de go « croyez-vous qu’une voiture faisant le tour dix fois dans Valenciennes pour trouver une place pollue moins qu’un automobiliste trouvant un stationnement immédiat ? Je veux proposer des nouvelles de stationnement près de la Gare SNCF, Place d’Armes… », explique-t-il.

Totalement à contre courant, pas pour lui « où la voiture électrique, hybride, sera favorisée. On pourrait également lancer la production d’hydrogène en récupérant la chaleur fatale sur le site de gestion des déchets Ecovalor ».

Sur la sécurité, il dézingue à tout va. « Le sentiment d’insécurité est important à Valenciennes, il  manque un esprit de tranquillité. Les femmes se sentent plus en danger dans le centre-ville de Valenciennes qu’ailleurs. Elles sont souvent victimes d’agressions sexistes. Il faut renforcer la sécurité, faire des patrouilles avec la Police Nationale et la Police Municipale. A quoi servent les caméras vidéos ? ».

Ensuite, il pointe du doigt la mendicité dans la ville-centre qu’il veut « encadrer et suivre socialement. Dès leur sortie d’un foyer de jour, il faut leur proposer des solutions sociales afin qu’ils ne dorment plus dans la rue », un accent humaniste borlooiste pour le coup !

Enfin, sa ligne directrice s’articule autour du commerce de proximité. « Le problème est l’accompagnement des commerçants. Vous pouvez financer l’installation d’un commerçant, mais si vous n’avez aucun suivi. Quand vous voyez la rue Vieille Poissonnerie ! », déclare Laurent Lasselin. Clairement, il base son action politique sur un développement et un accompagnement du tissu commercial à Valenciennes. Ses propositions concrètes arriveront prochainement, on le suppose !

Entre nous, mais surtout ne le répétez pas, une candidature sans filtre, sans langue de bois, sans grossièreté, sans même parler d’un score électoral, c’est peut-être cela la grosse surprise à Valenciennes… !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 9 janvier 2020
Laurent Lasselin Valenciennes
Laurent Lasselin : « Jean-Louis Borloo est comme un père pour moi »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email