Pour les derniers voeux du président de la Porte du Hainaut, ce jeudi 16 janvier 2020, Alain Bocquet ne pouvait parler que d’un état des lieux du « village monde » compte tenu du devoir de réserve. Et comme la démocratie ne s’arrête jamais, la nouvelle ou le nouveau président de la Porte du Hainaut sera élu(e) le lundi 20 avril 2020.

Alain Bocquet : « Notre démocratie est en jeu »

Outre un balayage des conflits mondiaux, commercial entre la Chine et les USA, voire d’un accord défavorable à l’Europe qui parfois ensemble ressemble à un nain de jardin vis à vis de ces super puissances, alors sa division pour être plus fort est une douce galéjade… ! Bien sûr, le conflit sanglant au Moyen-Orient est plus qu’inquiétant. « D’ailleurs, la course à l’armement bat son plein. Des experts estiment qu’un fonds de 2 milliards d’euros serait nécessaire pour résoudre le problème de la faim dans le monde, le budget militaire des USA (tout compris) est de 695 milliards de dollars », précise Alain Bocquet.

Ensuite, le sujet de ce XXIème siècle est le réchauffement climatique avec « les incendies au Brésil, en Californie, et en ce moment en Australie. Plusieurs pays se désengagent de la COP 21 comme les USA. Heureusement, la jeunesse s’empare du sujet avec des leaders comme Greta Thunberg ».

« Une rupture technologique chez Outinord », Alain Bocquet

La cause environnementale se défend à tous les étages, l’entreprise est même au coeur de cette « green attitude ». « Très récemment, avec le député Fabien Roussel, nous avons visité l’entreprise Outinord. Elle a inventé une banche (travail du béton) où il ne sera plus nécessaire d’utiliser de l’huile de décoffrage. 7 brevets ont été déposés. Cette innovation permet d’économiser des dizaines de milliers de tonnes de décoffrage, avec à la clé un meilleur confort au travail pour les salariés », explique Alain Bocquet. L’innovation bonne pour la planète tout simplement.

« Pas vu cela depuis 1968 », Alain Bocquet

Evidemment, le sujet du climat…social fait partie intégrante de cette veille des municipales dont on ne peut parler. Comme défenseur émérite du monde du travail, Alain Bocquet avec son vécu s’inquiète : « J’ai rarement vu des avocats jetant la robe, des médecins jetés leurs blouses blanches, le ballet de l’Opéra de Paris jouer sur son parvis, l’orchestre de Radio France chanter pendant la cérémonie des voeux, les pompiers…. C’est une colère partagée face à l’austérité, la démocratie est en jeu. Je n’ai pas vu cela depuis 1968 ».

Et sur la Porte du Hainaut

Sans rentrer dans le détail interdit, Alain Bocquet balaye en quelques phrases l’activité d’une communauté d’agglomération, très réducteur comme exercice, mais « nous avons investi 120 millions d’euros dans le développement économique dont 30% sur des friches avec un surcoût de 30%, soutenus 150 projets, maintenus 5 000 emplois, aidé à la création de 2 000 emplois, sans parler de la transformation de cet ancien site minier avec la mine image (ACM Arenberg Créative Mine) », indique-t-il.

L’histoire se souviendra de sa dernière citation croustillante comme président de la Porte du Hainaut depuis 2001. « Il vaut mieux viser la perfection et la manquer que de viser la médiocrité et de l’atteindre », Francis Blanche… tout est dit !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 17 janvier 2020
Alain Bocquet La Porte du Hainaut
Alain Bocquet : « Une colère partagée face à l’austérité »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email