Clairement, l’élection à Beuvrages est la plus ouverte des 83 communes du Hainaut. Compte tenu du décès d’André Lenquette, en décembre 2016, avec trois listes sérieuses en compétition, il est impossible de dégager un favori ! Rencontre avec Dominique Mary et l’édile actuel pour une présentation de cette candidature et de son équipe (liste en fin de reportage)

(visuel Dominique Mary et Marie-Suzanne Copin).

Dominique Mary : « Nous sommes allés au delà de nos promesses en 2014 »

Dans les différentes listes sur la ligne de départ à Beuvrages, il est incontestable que celle de la majorité sortante est « Beuvrages Unie et Solidaire ». « Sur notre liste, 6 des 7 adjoints sont présents, et 2 sur les 3 conseillers délégués », précise Dominique Mary. Il est évident que le décès d’André Lenquette a chamboulé l’hémicycle municipal d’où une division dans la majorité sortante. Pour autant, Marie-Suzanne Copin, l’édile actuel, s’est inscrite dans les pas de son prédécesseur. Cette division n’est donc pas programmatique, mais plus politique, voire personnelle, dans le sens où ces municipales ne sont que le reflet d’un besoin de démocratie exacerbé, une histoire de proximité !

Un parcours atypique

Comme beaucoup de candidats sur le Hainaut, Dominique Mary, 59 ans, fonctionnaire territorial, a une expérience certaine d’un mandat municipal. Elu en 2001, il est dans l’opposition où il assiste à l’éclatement de la majorité, le départ du maire où André Lenquette, son successeur, avec son 1er adjoint, a du prendre sa voiture pour descendre dans le sud de la France afin de faire signer un document incontournable pour mettre en place le nouveau maire, un poème… ! En 2001, il est de nouveau élu dans l’opposition, mais à l’instar de la ville de Valenciennes, la commune de Beuvrages permettait à l’opposition de prendre une fonction de délégué communautaire, belle pratique républicaine. « Ainsi, j’ai pu prendre une fonction de vice-président du SIPES, le syndicat en charge de l’aménagement du territoire et de fait auteur du SCOT du Valenciennois », précise Dominique Mary. Ce SCOT du Valenciennois, véritable bible de la consommation foncière autorisée sur les deux agglo fut l’objet des plus vives pressions jusqu’à son vote en juillet 2014. A cette époque, Michel Blaise, maire de Bellaing, a résisté a tout afin de publier le document le plus en phase avec les territoires, ses habitants, et ses acteurs politiques.

Durant ce mandat de début de siècle, il est impossible de lui dissocier le fameux programme ANRU 1. En effet, le ministre de la Politique de la Ville, Jean-Louis Borloo, a lancé son célèbre programme ANRU en faveur d’une rénovation urbaine majuscule. Dans ce cadre, la ville de Beuvrages fut un véritable laboratoire en la matière. Bien sûr, le premier essuie toujours quelques coquilles, mais la compensation financière a conduit au ratio habitant/financement le plus élevé toutes communes françaises confondues, 120 millions d’euros, pas mal ! On peut affirmer que cette commune s’est transformée au delà de l’imagination avant ce fonds d’Etat multi-partenariat.

En 2008, c’est sans surprise que Dominique Mary rejoint l’équipe d’André Lenquette où il prend le poste d’adjoint aux finances en 2012 suite au décès de Mme Abada. Enfin, en 2014 «  je suis confirmé dans mes fonctions d’adjoint aux finances, et depuis 2017 (suite au décès d’André Lenquette), j’ai une délégation de plus avec les affaires sociales », ajoute-il.

« Reprendre sa place au niveau de Valenciennes Métropole », Dominique Mary

Déjà en terme bâtimentaire, il faut indiquer que Beuvrages ne fait pas partie du NPRU (Nouveau Plan de la Rénovation Urbaine), ou improprement appelé ANRU 2. « Globalement, l’Etat a jugé que nous avions été assez servis. Néanmoins, si nous étions très présents à Valenciennes Métropole entre 2001/2008, nous sommes absents depuis des années. Nous devons reprendre notre place au niveau de Valenciennes Métropole. Il y a deux EPCI dans le Valenciennois, l’une a une politique supracommunale, l’autre est intercommunale ce qui est l’esprit de la loi initiale (Chevènement). L’échelle pertinente de la décision demeure la commune », explique Dominique Mary.

Clairement, le retour actif de la commune de Beuvrages au sein de Valenciennes Métropole, quel que soit son édile, sera perceptible… ! Là ou sera le pouvoir plus que jamais avec la montée en puissance de la loi NOTRe.

Un bilan solide

Sur le volet bilan du dernier mandat, Dominique Mary met d’abord en exergue le volet sécurité. « Nous participons à la police pluri-communale (car sur deux agglo) avec les communes d’Anzin, Petite-Forêt, et Raismes avec 17 agents.  Un réseau de caméras vidéo est en place également dont deux caméras mobiles ».

Ensuite, le volet budgétaire est incontournable au sein d’une commune dont la participation au défi bâtimentaire a durablement pompé les capacités budgétaires de la ville. « Si ce mandat fut consacré à l’accompagnement de l’ANRU, nous n’avons pas recouru à l’emprunt afin de reconstituer une capacité d’autofinancement. A ce jour, nous avons une capacité d’autofinancement entre 1,7 et 2 millions d’euros, pour une capacité de désendettement de 8,5 à 9 années. Aujourd’hui, nous devons suite à la reconstruction de la ville maintenir le patrimoine en l’état », précise Dominique Mary.

« 4 554 personnes concernées par les activités sportives », Dominique Mary

Sur Beuvrages, le tissu associatif, comme sur le tout corridor minier, est très dense. Sur une commune d’environ 7 000 habitants « nous avons 4 554 personnes concernées par les activités sportives sur notre commune, c’est la richesse de notre tissu associatif », poursuit la tête de liste.

Bien sûr, l’équipe sortante coche une case dans toutes les thématiques, écologie, action sociale, logement, service public, animations etc. « Nous sommes allés au delà de nos promesses en 2014 », indique le candidat.

Dans l’attente d’un programme proposé aux administrés début mars, faisons une lecture plus politique de cette élection de proximité.

La lecture politique et la liste

Compte tenu d’un paysage politique singulier à Beuvrages, cette liste bénéficie moins de la prime au sortant. En effet, après le décès d’André Lenquette, même si Marie-Suzanne Copin a conduit la politique de la ville dans les pas du maire défunt, la lecture politique est plus complexe que le traditionnel sortant/opposants… !

Pourquoi ? Tout simplement, il faut dire que le positionnement politique d’André Lenquette, au sein d’une majorité plurielle dans sa commune, était devenu plus confus à l’occasion de l’élection du nouveau Conseiller départemental sur une liste de centre droit affiché en compagnie de Sylvia Duhamel, maire de Bruay-sur-l’Escaut. Ce positionnement politique aux départementales 2015 fut très commenté dans la sphère initiée à la chose politique avec des critiques à gauche, et des questions à droite.

C’est pourquoi cette «  liste de centre gauche », dixit Dominique Mary, peut indéniablement revendiquer un bilan solide, mais pas un héritage politique. La nuance électorale est fine, mais à l’heure d’une démocratie éruptive, d’un besoin de participer à la conduite de la cité, l’affichage politique sera un maillon de lecture locale même si toutes les listes sur Beuvrages ne souhaitent pas trop afficher une obédience à un parti politique. Compte tenu du climat national, il faudra se positionner à un moment donné… !

Voici la liste « Liste_Beuvrages_Unie_et_Solidaire »

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 5 février 2020
Beuvrages Dominique Mary
Dominique Mary, tête de liste de la majorité sortante à Beuvrages
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email