Comme nous le constatons depuis 6 mois, une génération de maires, toute obédience confondue, a choisi de raccrocher dans le Valenciennois. Ce fut le cas à Petite-Forêt où Marc Bury s’est résolu à quitter ses fonctions de maire le 22 mars prochain. Sur la ligne de départ, une liste commune du Parti Communiste Français et de la France Insoumise est en lice avec comme chef de file Grégory Spychala.

Grégory Spychala : « Avec Sandrine Gombert, nous avons une façon différente de voir les choses pour cette commune »

Révélé en septembre 2019 dans la série des bilans édités par la Voix du Nord, le maire avait néanmoins « prévenu depuis 2 ans et demi sur son intention de ne pas repartir en mars 2020. Il a réuni toute la majorité pour nous informer de sa décision, il comptait sur une organisation interne pour cette élection », explique Grégory Spychala.

Sauf que cette entente cordiale n’a pas eu lieu. En juin 2019, la dernière réunion de la majorité a constaté un statu quo. Sandrine Gombert fut désignée par la section P.S de la commune. Du coté de Grégory Spychala, ce fut la même chose par la section du PCF de Petite-Forêt où il fut élu à l’unanimité. « Néanmoins, depuis 2104 est apparue une nouvelle force politique (devenu un parti politique), on ne peut pas faire comme si la France Insoumise n’existait pas », indique Grégory Spychala.

« Je suis soutenu par Jean-Claude Dulieu », Grégory Spychala

« Bien sûr, si M. Bury s’était représenté, je serai derrière lui. C’est mon maire et je respecte son choix (soutien à Sandrine Gombert), il a choisi l’équipe d’avant », explique l’ancien conseiller municipal délégué très impliqué dans le tissu associatif. « Pour autant, avec Sandrine Gombert, nous avons une façon différente de voir les choses pour cette commune », commente le candidat.

Sur le plan des soutiens, cette liste bénéficie de la bienveillance du Conseiller départemental sur son canton, Jean-Claude Dulieu : « Jean-Claude a toujours soutenu le candidat du PCF et c’est encore le cas aujourd’hui à Petite-Forêt ».

Des projets avec un retour de Valenciennes Métropole

Au niveau de la gestion communale, le candidat souhaite d’abord « poursuivre une haute qualité de service pour les habitants sachant que nous connaissons des diminutions de budget. Toutefois, nous avons une population vieillissante, nous réfléchissons à un projet d’habitat partagé, un béguinage où des nouveaux petits collectifs très adaptés avec des services associés pour les personnes âgées », explique le candidat.

Un autre point tient à coeur Grégory Spychala « il faut aménager le terrain en schiste attenant au City-Stade. Il faut trouver des pistes de financement, car toutes les études sont déjà réalisées. Nous avons toutes les solutions techniques », précise Grégory Spychala.

Ce dernier précise : « Les réunions publiques, prévues le 03 mars à 18h30, salle des fêtes et le 05 mars à 18h30, Cité du Bosquet, seront un nouveau pas vers les habitants et la participation citoyenne en prenant en compte leurs remarques et leurs problématiques afin d’enrichir notre programme ».

« Je ne serai pas à Valenciennes Métropole pour dire oui sans l’avis de la population », Grégory Spychala

Décidément, tous les candidats en lice sur le territoire de Valenciennes Métropole veulent renverser la table, notamment sur le mode de gouvernance en place. Même si toutes les places sont déjà distribuées post 22 mars au sein de la CAVM, voire des organismes de représentation, il se pourrait qu’un grain de sable vienne troubler ce schéma déjà gravé dans le marbre, une peccadille… le peuple ! « Je ne serai pas à Valenciennes Métropole pour dire oui sans l’avis de la population. Les décisions prises à Valenciennes Métropole doivent être partagées par la population. Durant le dernier mandat, nous n’avions aucun retour des votes de l’agglo par nos élus communautaires », commente Grégory Spychala.

Alors que dans les faits, les élus communautaires ont voté à l’unanimité deux délibérations confortant l’extension d’Auchan Petite-Forêt avec un projet pharaonique, pour lesquels Marc Bury est intervenu avec enthousiaste sur ces dernières. Sauf que le Président de Valenciennes Métropole, le maire de Valenciennes, malgré une présence aux cotés du Groupe Auchan en CNAC (Commission nationale des Aménagements Commerciaux) pour défendre cette installation, s’est rétracté publiquement, sous les pressions du monde du commerce…, pour refuser aux cotés des 4 recours en lice contre cette extension/rénovation du Groupe Auchan. Ce dossier est-il revenu en plénière après ce changement de position, une justification a-t-elle été apportée à la connaissance de l’ensemble des élus communautaires ? Non !

C’est pourquoi Grégory Spychala veut (en cas d’élection) changer de paradigme au sein de l’intercommunalité. « Une commune en 2020, elle ne peut plus se passer de Valenciennes Métropole, mais nous voudrions voir un retour. Certes, Petite-Forêt est une commune plus riche que les autres, mais qui reverse beaucoup à Valenciennes Métropole. Quand je vois que nous versons année après année une subvention pour le CLAP, et que l’on ne voit jamais rien venir sur ce sujet à Petite-Forêt, je me pose des questions », tance Grégory Spychala.

Le second tour avec une triangulaire à Petite-Forêt

Sauf surprise de dernière minute, une triangulaire se profile sur cette commune de moins de 5 000 habitants. Sachant que le Rassemblement National a réalisé des scores impressionnants dans les derniers scrutins sur Petite-Forêt, la division a gauche est un facteur de risque. Quelle sera l’attitude ce ces deux listes au second tour ?

Si une des deux listes de gauche n’est pas au second tour, pas de problème de report ; par contre dans l’hypothèse loin d’être farfelue d’une triangulaire, rien n’est acquis ! « Une chose est certaine, je ferai barrage au RN. Par contre, rien n’est validé, arrêté, entre les deux listes de gauche dans l’hypothèse d’une triangulaire », indique Grégory Spychala. En clair, le maintien des deux listes de gauche, quel que soit le premier, est une réalité tangible. Comme pour la fusion avortée avant le premier tour, personne ne veut céder certain de sa légitimé à conduire une liste pour la gouvernance locale.

Il est possible que dans ce concert discordant, Marc Bury, soutien de Sandrine Gombert, et Jean-Claude Dulieu (ami de toujours de Marc Bury), mais soutien de Grégory Spychala, poussent les équipes des deux listes à une concorde afin d’éviter une victoire du Rassemblement National… !

La liste « Tous autour de l’être humain Franc-Foresien » :

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 16 février 2020
Grégory Spychala Petite-Forêt
Grégory Spychala : « Nous voulons incarner une nouvelle force politique à Petite-Forêt »
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email