Le Cabaret de curiosités au Phénix et chez ses partenaires est devenu un moment incontournable de la vie culturelle du Valenciennois. En effet, ce rendez-vous du mois de mars, sur 4 jours, prend une place à part dans un programme d’une scène nationale comme un temps d’arrêt sur une thématique. Preuve en est cette agrégation de partenaires plus large année après année. En 2020, le Cabaret de curiosités se penche sur les Tropismes, le moins que l’on puisse dire est que ce terme colle à notre 21ème siècle, chargé d’excès, de comportements que le commun des mortels a bien du mal à saisir !

(Visuel DR/Le Phénix/Moment d’angoisse chez les riches)

Le Cabaret de curiosités au Phénix du 03 mars au 06 mars 2020

Il est toujours éclairant de vérifier la définition d’un mot dont l’usage est très modéré dans le quotidien. L’une des définitions du Larousse sur le « Tropisme » : Force obscure qui pousse un groupe, un phénomène, à prendre une certaine orientation.

Ce moment de création contemporaines, avec 9 spectacles, est devenu « un festival qui compte, une vitrine dynamique de notre pôle européen de création. Il est à la fois très local et international, notamment à travers les partenariats », souligne Romaric Daurier, le Directeur de cette scène nationale à Valenciennes.

Les 3 et 4 mars/Grand Théâtre : « Loss »

Un spectacle sur le deuil, mai surtout de son partage à travers l’histoire «  une adolescente mettant fin à ces jours. Ce spectacle aborde le thème de la résonance du deuil », précise Romaric Daurier. L’histoire du suicide d’un jeune de 17 ans et du partage de cette douleur par la famille, sa petite amie. Qui l’eut cru, ce spectacle a indirectement embrassé un momentum de l’Assemblée nationale à travers le fameux épisode des jours de congés suite au deuil d’un enfant ! Quelle place accorde-t-on dans notre société à cette douleur, celle de la survie de ceux qui reste après… ?

Les 03 et 04 mars/Studio : « The Jewish Hour »

Autre spectacle au coeur d’une actualité brûlante avec une création sur le « peuple élu ». Yuval Roman a réalisé une trilogie sur une question centrale. Que signifie être juif aujourd’hui ?

Un premier volet portait sur la situation politique dans l’Etat d’Israël, puis un deuxième sur la religion, et enfin la création proposée au Phénix début mars sur l’économie de l’occupation. Cette performance commence banalement par l’inauguration d’une nouvelle émission radiophonique, mais un invité va tout bouleverser.

Le Manège, scène nationale à Maubeuge, partenaire

03, 04, 05 et 06 mars au Phénix : « Moment d’angoisse chez les riches »

Performance iconoclaste d’une comédienne beatboxeuse où elle revisite les textes visionnaires de l’écrivain allemand Kurt Tucholsky.

05-06 mars : « (sans titre) (2000) »

Au sein de l’espace Pasolini, un solo de danse est proposé au public pour « une danse crue, sans artifice ».

05 mars : « Steve Jobs »

Au sein du Manège, scène nationale à Maubeuge, une pièce fait revivre les pensées de cet inventeur génial et adulé. Mort en 2011, Steve Jobs fut un détonateur de cette nouvelle société marquée par une course à la technologie, un monde sans limite !

05 et 06 mars : « Soulèvement, un solo sur la résistance »

Cette création se produit chez un nouveau partenaire du Cabaret de curiosités, l’espace Barbara à Petite-Forêt.

06 mars : « Family Romance »

Le 232 U à Aulnoye-Aymeries, partenaire

Chez un partenaire habituel du Phénix, le 232 U à Aulnoye-Aymeries, un spectacle nous fait réfléchir sur notre capacité à gérer le vivre ensemble à l’heure des réseaux sociaux.

06 mars/Studio : « Rencontre avec Pierre Pica »

06 mars/Grand Théâtre : « Je m’en vais, mais l’Etat demeure »

06 mars/Espace Pasolini : « Fremd »

06 mars à l’H du siège avec le poète et écrivain Johan Grzelczyk

Plus d’infos sur le Cabaret de curiosités sur www.lephenix.fr

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 17 février 2020
Phénix Valenciennes
Le tropisme au microscope avec le Cabaret de curiosités au Phénix
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email