Voilà la 4ème liste surprise de cette élection sur Marly, c’est Laurence Morel, ancienne adjointe à la culture au sein de la commune de Marly. Elle vient jouer la trouble fête dans un paysage politique (enfin) établi depuis le décès de Fabien Thiémé.

Laurence Morel : « C’est la seule vraie liste sans étiquette de cette élection municipale à Marly »

Soyons francs, pas un Marlysien, ni même les autres listes, ne pensaient que Laurence Morel à la sortie de son clash avec le nouveau maire de Marly, Jérome Leman, arriverait à constituer une liste dans un délai d’un mois. Elle a réussi ce pari un peu fou en faisant qui plus est le buzz avec sa voiture customisée, une communication de proximité mobile réussie de fait.

« Il y a une osmose dans cette équipe. Dès mon annonce de candidature, un noyau dur s’est constitué autour de moi. Après, je suis allée chercher des compétences, mais certaines sont venues à moi spontanément. Je n’ai pas eu le temps de préparer ma campagne », explique Laurence Morel, 56 ans, intermittente du spectacle.

Ensuite, elle n’a pas eu le temps de louer une permanence «  j’ai donc décidé de lancer ma voiture électorale en customisant mon véhicule. J’ai fait le buzz avec cette initiative », mentionne-t-elle.

Quid du paysage politique ?

« Fin 2019, Jean-Noël Verfaillie avait une large avance. Je pense qu’elle a diminué depuis ma candidature. Ensuite, Isabelle Jalain manquait totalement de proximité avant sa candidature. Plus globalement, je ne recherche pas une comparaison avec les trois autres candidats. C’est la seule vraie liste sans étiquette de cette élection municipale à Marly », précise-t-elle.

« Il dépense de l’argent public pour une plainte qui n’a pas de sens », Jérome Leman

Enfin, pour commenter les différents avec Jérome Leman, Laurence Morel résume : « Pour la Fête du 8 mars, j’avais déjà présenté un programme clé en main validé par Fabien. Là, Jérome Leman a refusé le projet ! Ensuite, concernant l’altercation, Jérome Leman dépense de l’argent public pour une plainte qui n’a pas de sens ».

Voilà sur la forme, mais que vaut le programme de l’ancienne adjointe en si peu de temps de réflexion ?

« J’ai quand même 12 ans d’expérience au sein du Conseil municipal. Ensuite, je suis Marlysienne depuis 56 ans, j’ai une expérience très importante dans le monde associatif, j’ai un véritable ancrage local », précise-t-elle.

Sur le volet culture, sa compétence reconnue « Jérome Leman annonce une extension du Moulin Souverain. Elle n’est pas possible mise à part une extension pour faire une buvette. Les fondations sont trop proches de la Rhônelle, on ne peut faire plus », commente-t-elle.

Ensuite, elle reprend l’édile sur sa dichotomie entre la culture et la fête. « Elles sont totalement imbriquées l’une avec l’autre. Cet argument ne tient pas ! », poursuit-elle.

« Le citoyen n’a pas la parole », Laurence Morel

Sur le volet humain, elle se réclame de Fabien Thiémé « pour son humanité. Par contre, il faut plus travailler avec le citoyen, il n’a pas eu la parole. Je rencontre des personnes en souffrance. Même si Fabien Thiémé répondait à tous les courriers positifs, il ne répondait jamais aux courriers négatifs, c’est une erreur. Il faut entrer en contact avec l’administré, et expliquer une décision même difficile », tance Laurence Morel.

« Il faut rationaliser les services », Laurence Morel

Sur le volet de la gestion, elle s’appuie sur le rapport de la Chambre régionale des Comptes présenté en décembre 2019 au Conseil municipal, le dernier présidé par Fabien Thiémé. « Il y a une explosion des arrêts-maladie au sein de la mairie. Un secteur dont était en charge Jérome Leman. Moi, j’ai travaillé avant 2008 durant cinq ans comme coordinateur petite enfance au sein de la mairie. Je vois comment cela fonctionne. Il faut rationaliser les services afin de lutter contre l’absentéisme », poursuit-elle.

« Pas de sectarisme sur le commerce », Laurence Morel

Sur le volet économique, il faut « favoriser la création d’emplois. Nous avons la Zone des dix Muids portée par Valenciennes Métropole, mais également la zone artisanale où devait s’installer Auchan. Ensuite, il faut développer le commerce de proximité. Par exemple, Fabien Thiémé a toujours refusé d’installer deux places de stationnement supplémentaire devant la Pâtisserie/Boulangerie de M. et Mme Fournier. Pourquoi, car ils ne votaient pas pour lui. Le vote d’un électeur ne doit pas modifier l’action municipale, pas de sectarisme sur le commerce », explique-t-elle.

Sécurité

Sur cet item, on parle plus « d’un sentiment de sécurité. Il faut privilégier l’îlotage, renouer avec l’efficience », souligne Laurence Morel.

Tissu associatif, aide aux ainés !

« Il faut mieux organiser notre soutien aux associations, pas juste verser une subvention. Il faut soutenir les projets, aider les associations ». Dans la lignée du soutien aux associations, Laurence Morel propose « une plate-forme fifty-fifty. Des personnes vont s’inscrire sur cette plate-forme, car ils ont du temps à donner en faveur des personnes âgées, des jeunes. Il faut arrêter de passer du temps sur son smartphone. Cette liste est celle du mieux-vivre à Marly », déclare Laurence Morel.

La liste « Vivre Marly » :

  1. LAURENCE MOREL,56 ans, intermittente du spectacle, Membre du Conseil supérieur de l’audiovisuel, Adjointe à la Culture sortante
  2. FREDERIC PIETRZAK, 64 ans, cadre de banque retraité, bénévole aux Restos du Cœur
  3. MARTINE GABELLE, 64 ans, retraitée de l’Industrie Chimique
  4. DENIS PONCET, 50 ans, chef d’entreprise
  5. CHRISTINE GROSSMANN, 56 ans, artiste peintre
  6. JONATHAN MAILLARD, 30 ans, chef d’équipe ambulancier
  7. LUCIE GARCIA-BUDIA, 30 ans, commerçante, présidente association de défense des animaux
  8. THOMAS GOBERT, 30 ans, professeur des écoles, président d’association théâtrale
  9. MARTINE OUSALEM, 61 ans, retraitée auxiliaire de vie en EHPAD
  10. SYLVAIN FERREIRA, 49 ans, historien, journaliste
  11. AMANDINE MAZZOLENI,26 ans, étudiante en droit
  12. JACQUES LELEUX, 69 ans, cadre de l’OTAN
  13. ELODIE PHILIPPE, 38 ans, mère au foyer
  14. FRANCK DESSAINT, 50 ans, responsable brasserie
  15. DOROTHEE FERLIER, 32 ans, professeur des écoles
  16. NICOLAS MINAIR, 33 ans, professeur des écoles
  17. SONIA DUFEUTRELLE, 23 ans, conseillère immobilier, Ambassadrice HDF concours 2019
  18. PATRICK DARCHEVILLE,64 ans, cadre retraité de l’Industrie chimique
  19. CATHERINE SETAN, 43 ans, comptable, trésorière- adjointe chorale
  20. PATRICK SEVREZ, 56ans, enseignant
  21. NATHALIE CARLIER,57 ans, retraitée de l’éducation Nationale, vice-présidente Association
  22. MARC BIZART, 64 ans, cadre retraité de la Poste
  23. MARIE ROSATI, 43 ans, consultante, conseils en recherche d’orientations professionnelles
  24. GUY OBJOIE,79 ans, commerçant retraité
  25. LUCILE ZUINDEAU, 19 ans, étudiante en commerce
  26. ANTOINE CANAPA, 22 ans, télé conseiller
  27. MICHELE CHUQUARD, 67 ans, retraitée Fonction Publique, Présidente de chorale
  28. JEAN BAPTISTE ORIGAL, 29 ans, agent territorial
  29. MARIE DANIELE LIBERT, 71 ans, retraitée informaticienne
  30. DANIEL POIVRE, 57 ans, serveur
  31. AMELIE BONPAIN, 32 ans, éducatrice spécialisée
  32. KYLLIAN JANAS-BOUSSAID, 18 ans, étudiant, pompier volontaire
  33. MICHELE CHOUREAU, 74 ans, retraitée
  34. MAXIME COINE, 29 ans, ingénieur
  35. CECILE RIGAUX, 32 ans, assistante achat

 

Publié par Daniel Carlier le 10 mars 2020
Laurence Morel Marly
Laurence Morel, la candidate du mieux-vivre
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email