C’est historique, la journée nationale des travailleurs sera confinée, inimaginable il y a encore quelques mois ! Pour autant, sur la commune de Prouvy, le syndicat CGT/union locale de Valenciennes, et les élus de la commune ont décidé de maintenir cet esprit du 1er mai coûte que coûte (Isabelle Choain au cours d’une distribution d’affiche/slogan en porte à porte).

(Isabelle Choain et Emile Vandeville)

Isabelle Choain : « Le 11 mai n’est pas à un problème…, mais le 25 mai oui »

Face à cette adversité sanitaire, les 17 élus de la majorité municipale (sans opposition) ont décidé de se mobiliser aux cotés de la CGT pour faire entendre une voix revendicative le 1er mai. Fallait-il encore trouver l’idée compte tenu de cette période inédite de confinement de la population française !

Pour arriver à bonne fin, la commune à imprimer des affiches où figurent des slogans très clairs sur le « Jour d’après, des budgets pour la santé ».. « Plus jamais ça ».. « Rejoindre la CGT ». Celles-ci seront « à disposition chez les 17 élus de la commune, mais également sur le marché de ce jeudi 30 avril. Enfin, j’apporterai les affiches sur simple demande des habitants. Ensuite, j’invite les Prouysiens et Prouvysiennes le 1er mai à sortir à 12h sur le pas de leur porte avec une affiche/slogan de leur choix », explique l’édile de la commune isabelle Choain.

Concernant les élus, là également, l’originalité est au rendez-vous ! « Nous serons devant l’hôtel de ville à 12h ce vendredi 1er mai, en respectant les distances sanitaires, avec une affiche/slogan », ajoute la maire.

Evidemment, elle précise que « cette initiative n’est possible que dans des petites communes (2330 habitants). C’est impossible sur les grandes communes du territoire. Toutefois, nous voulons maintenir un esprit revendicatif », ajoute la maire non encore installée…, mais prochaine maire élue au 1er tour le 15 mars 2020 !

« C’est le moment de vous syndiquer dans les entreprises pour défendre vos intérêts », Emile Vandeville

Présent à cette présentation singulière d’un 1er mai confiné, Emile Vandeville, responsable de l’union locale de Valenciennes CGT, va participer avec d’autres membres de la CGT à ce 1er mai à Prouvy.

Néanmoins, il voit également plus loin « quel sera le jour d’après. On entend déjà la musique sur le déficit. J’ai peur que le monde d’après ressemble à celui d’avant-hier avec au passage une perte d’acquis sociaux pour les travailleurs. C’est le moment de vous syndiquer dans les entreprises pour défendre vos intérêts après le 11 mai. Pour autant, nous n’oublions pas les commerces de proximité très impactés par cette crise sanitaire et économique », commente Emile Vendeville.

Plus localement, Emile Vandeville évoque des manques de moyens sanitaires « notamment des masques au sein des EHPAD et une absence de dépistage. Ensuite, vous avez des proplématiques identiques de protection dans les métiers du service à la personne. Enfin, le Centre Hospitalier de Valenciennes a choisi d’externaliser le service de nettoyage auprès de l’entreprise Onet, elle est donc responsable de la protection de ces salariés au sein de l’hôpital public ! », commente Emile Vandeville.

« Est-il de notre responsabilité d’assurer la sécurité sanitaire de tous les habitants ? », Isabelle Choain

Une fenêtre déjà porteuse d’un message… !

A la veille de l’annonce tant attendue du Plan de Déconfinement, il était impossible de ne pas évoquer la responsabilité du 1er édile de la ville. « Bien sûr, j’ai accepté la proposition de la région Hauts-de-France (1 masque par habitant), et j’ai recommandé 7 000 masques. De plus, 2 500 masques vont sortir des ateliers de couture mobilisés comme jamais. Néanmoins, le coût sera très lourd pour une petite commune comme la notre, plus de 10 000 euros. Est-il de notre responsabilité d’assurer la sécurité sanitaire de tous les habitants ? », déclare Isabelle Choain.

Sur ce point, Didier Loose rappelle que l’actuel « Président de la région Hauts-de-France était à l’époque Ministre de la Santé au moment du choix de la réduction du stock de masques… ! ».

« Je ne suis pas favorable à une réouverture des écoles communales le 11 mai ! », Isabelle Choain

Sécurité sanitaire, cadre scolaire, accessibilité à l’apprentissage, les sujets sur la table sont multiples. Clairement, Isabelle Choain explique ses positions : « Le 11 mai n’est pas à un problème, car il y a peu de classes concernées. Par contre, le 25 mai avec toutes les classes, je considère que la sécurité sanitaire n’est pas garantie. Je ne suis donc pas favorable à une réouverture des écoles communales le 11 mai ! ».

Parmi les élus, le référent éducation est un enseignant dans un lycée professionnel. Il est conscient du décrochage scolaire rampant avec un impact incontournable sur la prochaine année scolaire 2020/2021. « Le dérochage s’accentue de semaine en semaine. Le retour en classe est important, mais quelles seront les mesures sanitaires ? Ne serait-il pas mieux de préparer dès le 11 mai la rentrée pour le mois de septembre », indique Denis Monneuse.

Après ce 1er mai improbable, le 11 mai pourrait ouvrir un nouveau chemin, le tout est de savoir avec quel véhicule sera-t-il emprunté, celui du chacun pour soi ou celui de la solidarité  ? « Je pense qu’il y a une certaine prise de conscience. Qui aurait-pu me dire qu’il y aurait une heure de queue pour faire ses courses au marché de Prouvy tous les jeudis, et donc de manger local ! », conclut Isabelle Choain.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 27 avril 2020
CGT Emile Vandeville Isabelle Choain Prouvy
(Prouvy) Un 1er mai aux revendications déconfinées !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email