Sur sa page Facebook, le maire de Valenciennes a exposé son plan vélo pour la ville-centre le 16 mai dernier. Fort des propositions du premier magistrat exposées ci-après, et en cours de déploiement, la liste Valenciennes Verte et Solidaire apporte son avis éclairé sur ce sujet central pour le climat. Entretien avec Luce Troadec, élue ce mardi 26 mai au nouveau Conseil municipal de Valenciennes.

Luce Troadec : « Il faut dépasser les politiques de la poudre aux yeux ! »

En propos liminaire, il est important de rappeler que ce mode de transport doux fut l’oubli majeur des « Grands Travaux » de la ville de Valenciennes 2003/2006, on part donc de très très loin. D’ailleurs, le maire de Valenciennes ne manque pas le crocs-en-jambe vis à vis de son prédécesseur au fauteuil majoral, Dominique Riquet. En effet, dans son message sur les réseaux sociaux, il précise sans détour que : « Ces zones étant des zones mixtes « vélos/voitures », la largeur de voirie n’y permettant pas la réalisation de pistes ou bandes cyclables ».

Piste cyclable aménagée sur l’emprise de l’espace piéton Boulevard Pater

Fort de ce constat urbain, le lundi 18 mai et durant une dizaine de jours « un marquage de 800 logos vélos sera apposé sur 24 rues de notre ville, c’est-à-dire 12 kilomètres de zones vélos supplémentaires », précise le maire. Les rues concernées sont pléthoriques :  Allée des Chênes, Avenue de Reims, Chemin des Bourgeois, Rue du Roleur, Rue des Glacis, Avenue Saint Roch, Avenue Duchesnoy, Avenue du Sergent Cairns, Rue Baudouin l’Edifieur, Avenue de Verdun, Avenue du Général Horne, Rue du Faubourg de Paris, Avenue Desandrouin, Chemin de Prouvy, Avenue des Alpes, Avenue Vauban, Rue de Madagascar, Rue de Tunisie, Rue Léon Dubled, Rue Lomprez (côté chasse royale), Rue Charles Quint, Avenue de Flandres, et Rue des Cent-Têtes.

Enfin dans son post, le maire ne manque pas de (re)préciser une promesse de campagne électorale, sous forme de messages aux entreprises du BTP avant le 1er tour du 15 mars 2020, visant la rénovation lourde des deux boulevards communautaires restants à Valenciennes (Saly et Beauneveu). Objectivement, le Bd Beauneveu est une voirie accidentogène, dans un état catastrophique, et le Bd Saly mérite également une rénovation.

« L’aménagement des Bd Pater et Watteau pour le vélo, c’est n’importe quoi ! », Luce Troadec

Dans son adresse sur Facebook, le maire de Valenciennes met également en avant la méthode de cette rénovation lourde pour ces deux nouveaux boulevards « dans l’esprit des boulevards Watteau et Pater (1,8 kilomètre de pistes cyclables à venir) », précise-t-il.

Deux pistes cyclables à sens unique sur deux contre-allées de la voie centrale du Boulevard Watteau

Face à cette initiative qui a « le mérite d’exister. Certes, il y a une bonne volonté du maire, mais également beaucoup de mauvaise foi. Nous sommes très hostiles à cet aménagement proposé par Laurent Degallaix. Il faut absolument sanctuariser des espaces cyclables pour la pratique du vélo. Le seul aménagement avec une véritable piste cyclable dédiée se situe sur l’Avenue des Sports (long du Stade du Hainaut). Le -En Même Temps- voiture et vélo est un leurre », commente Luce Troadec. On l’a compris, l’espace partagé voiture/vélo ne convient pas du tout à la liste Valenciennes Verte Solidaire.

Cet aménagement en cours des voiries ne répondrait donc pas au besoin des habitants d’autant plus accru durant cette pandémie du Covid-19. « Les pratiquants verront rapidement la dangerosité dans ces conditions. D’ailleurs, l’aménagement des Bd Pater et Watteau pour le vélo, c’est n’importe quoi ! L’utilisation des ronds-points, passage piéton etc., c’est ni fait, ni à faire !  On a l’impression que seule l’esthétique compte », expose Luce Troadec avec une liste d’incompatibilités à la pratique du vélo sur ces boulevards Pater et Watteau.

« Nous nous appuyons sur des experts », Luce Troadec

Ensuite, Luce Troadec, mentionne les sources des commentaires de Valenciennes Verte et Solidaire. « Tout d’abord, nous avons beaucoup appris de la Conférence avec Frédéric Héran, universitaire plus que compétent sur cette question. Ensuite, l’association ADAV, reconnue sur le territoire, a émis des solutions à Valenciennes. Et puis d’autres agences publiques de recherche, comme CEREMA, sur les mobilités sont également une source d’inspiration pour Valenciennes Verte et Solidaire », précise-t-elle.

« C’est fini le temps du maire bâtisseur », Luce Troadec

Cette précision n’est pas anodine face au mode de gouvernance du maire en fonction. « Laurent Degallaix obéit à une vieille matrice ! C’est fini le temps du maire bâtisseur qui veut tout faire. Il faut savoir expérimenter des solutions, attendre un réel retour de vécu, et ensuite pérenniser la solution la meilleure possible. Il faut dépasser les politiques de la poudre aux yeux !», ajoute-t-elle. Accepter une mauvaise idée, expérimenter d’autres innovations, d’autres projets, c’est un changement de paradigme complet, plus horizontal dans la gestion communale, mais inconnue dans la majorité comme dans l’opposition municipale à Valenciennes où tout se passe en force depuis le départ de Jean-Louis Borloo.

« Nous ne demandons pas d’investissement immédiat, mais des expérimentations. Des aménagements ont été entrepris avec succès sur la ville de Bruxelles avec une piétonnisation du centre-ville réussie. Il existe de multiples exemples sur d’autres communes. L’urbanisme bien compris n’est pas juste un aménagement du territoire », poursuit-elle. Effectivement, tous les experts de l’aménagement public agrègent de plus en plus l’urbanisme et les sciences humaines, une relation intime naissante.

N’oublions pas que le Covid-19 est aussi passé par là, la majorité et l’opposition sont présentes au sein de ce nouveau Conseil municipal avec un vote des inscrits famélique, la majorité municipale est hors les murs de l’hôtel de ville de Valenciennes ! C’est concret, c’est chiffrable ! Un mandat d’humilité électorale s’ouvre de facto devant les nouveaux élus de Valenciennes.

Il est sûr que la phrase claquée par Guy Marchant durant l’AG de l’Association du Comité de Sauvegarde du Patrimoine « nous avons été élus sur un programme, on l’applique » n’aura plus court. 17% des électeurs inscrits ne constitue pas une adhésion massive de la population, il va falloir concerter, dialoguer, travailler la démocratie participative pour mener à bien une politique locale apaisée.

Visiblement, le chantier du dialogue est énorme, car il ne suffit pas de bien entendre une voix politique, comme le souligne la presse locale sur cette initiative du maire de Valenciennes, mais il faut surtout bien l’écouter… !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 22 mai 2020
Laurent Degallaix Valenciennes Valenciennes Verte et Solidaire vélo
Valenciennes Verte et Solidaire : « Le -En Même Temps- voiture et vélo est un leurre » 
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email