Nous rentrons dans une phase très complexe pour les maires, élus au 1er tour voire après le 28 juin prochain, où le bilan financier du Covid-19 sera viral avec des coupes budgétaires associées. Elu de l’opposition sur la liste « Valenciennes Verte et Citoyen », José Pressoir s’inquiète sur le devenir de la culture à Valenciennes dans l’attente du fameux plan… d’après Covid-19.

(Intérieur de la Médiathèque Simone Veil rénovée)

José Pressoir : « La culture doit reprendre toute sa place (à Valenciennes) »

Même si la ville de Valenciennes, comme d’autres, économisent des engagements financiers culturels comme le dispendieux concert du 14 juillet, il n’en demeure pas moins que la facture Covid-19 pour une commune de 43 500 habitants environ sera lourde. Comme si cela ne suffisait pas, l’ouverture du Centre aquatique de Valenciennes dès les Journées Portes Ouvertes le 07 février dernier, pour une fermeture le 14 mars pour crise sanitaire, constitue par ricochet un cataclysme budgétaire, même si les Valenciennois seront heureux d’y revenir dès le 26 juin prochain. Comme quoi, la réouverture de cet équipement à marché forcée pour les entreprises, après un incident majuscule en décembre 2019, n’était pas forcément le meilleur calcul… , mais l’échéance du 15 mars faisait loi dans toutes les communes de France pour un bouclage de programme dans la mandature.

Pour un retour à la normalité espérée, l’après Covid-19 comprend tous nos ressorts, notre identité locale avec nos entreprises, nos commerces de proximité, nos lieux de convivialité, nos sites sportifs, et bien sûr nos espaces culturels. Sur ce dernier point, Jose Pressoir a adressé un courrier à Daniel Cappelle, adjoint à la vie culturelle, le 09 juin dernier, sans réponse à ce jour. Contacté, Daniel Cappelle a répondu d’un point de vue général « nous ferons très prochainement une annonce globale sur l’après Covid-19 à Valenciennes ».

« Notre inquiétude se porte vers le personnel des médiateurs culturels », José Pressoir

L’élu demande la date de réouverture des sites culturels sur la ville de Valenciennes, mais surtout s’inquiète ouvertement pour les médiateurs culturels en contrat avec la ville de Valenciennes.

« Depuis le 2 juin 2020, l’ensemble des musées du Nord-Pas-de-Calais affiche leur calendrier de réouverture au public dans le cadre de la politique gouvernementale de déconfinement et ce, dans le respect des règles sanitaires.

À titre d’exemples, le musée municipal de Cambrai a rouvert ses portes, ainsi que le musée Matisse au Cateau, ou encore le Louvre-Lens. Je me tourne donc vers vous pour connaître vos intentions et pour savoir quand aura lieu la réouverture du musée des Beaux-Arts de Valenciennes.

Cette réouverture me paraît indispensable et nécessaire afin de retrouver un accès pour tous à notre riche patrimoine et faire revivre le tourisme régional. D’un point de vue éducatif cette fois, les animations auprès des enfants le mercredi et le samedi ainsi que celles des stages de vacances vont-elles également reprendre ?

Elles seraient un atout au développement et à l’épanouissement d’enfants qui ont été confinés durant plusieurs mois. Par ailleurs, notre inquiétude se porte vers le personnel des médiateurs culturels qui, s’ils ne retrouvent pas rapidement leur service, risque d’être dans des situations financières difficiles.

Certains d’entre eux travaillent au musée depuis 25 ans, d’autres sont à quelques années de la retraite. Nous ne pouvons les oublier et les laisser dans la précarité. Plus que jamais, en cette période de sortie de crise, il me semble que la Culture doit reprendre toute sa place dans la cité qui est la nôtre, et qu’elle ne doit pas être mise de côté », écrit José Pressoir.

Nombre de Valenciennois sont impatients dans une ville où l’ancien maire, Dominique Riquet, réservait un pourcentage pharaonique à la culture au sein de son budget principal. La culture demeure un pilier fondamental d’une vie sociale retrouvée, émancipatrice, pour tous les âges et profils de visiteurs, quelle que soit sa catégorie sociale. Rappelons-nous de Jean-Louis Borloo et de son totem « culture » si décrié à l’époque dans une ville sinistrée économiquement fin des années 80. Cette culture est aussi distillée par des professionnels de qualité à Valenciennes comme ailleurs…, et sans mépris(e) ! Que vont-ils devenir dans l’Athènes du Nord ? 

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 18 juin 2020
José Pressoir Valenciennes
(Valenciennes) Les médiateurs culturels en salle d’attente d’après Covid !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email