L’installation du Conseil municipal de marly était la plus attendue à l’issue de ce second tour des municipales dans le Valenciennois. Elle s’est déroulée dans le respect républicain, un moment important après une élection électrique entre les candidats en présence, mais surtout à la veille d’une crise sociale et économique que tout le monde redoute (Serge Moreau, le doyen, remet l’écharpe tricolore à Jean-Noël Verfaillie).

(visuel du maire et ses 9 adjoints)

Commençons l’installation d’un Conseil municipal protocolaire par essence, une fois n’est pas coutume, par une note d’humour, c’est rare durant ce type de cérémonie. Serge Moreau, le doyen de ce Conseil particulier demande à Jérome Leman s’il souhaite se présenter comme candidat ! Le successeur de Fabien Thiémé, et maire du Covid-19 à jamais, répond tout de go « j’aurais peur de gagner ! ». Le nouveau maire lui renvoie le trait en fin de cérémonie « je ne ferai pas 100% dans 6 ans à Marly, car ce n’est plus une mairie communiste ici » répondant ainsi aux bon voeux du maire sortant sur un mandat réussi  par le nouvel homme fort de la commune avec 100 % d’administrés satisfaits… !

Jean-Noël Verfaillie :  » Notre mission sera difficile entre la conjugaison d’un programme ambitieux et la situation financière de la ville« 

Anthony Xerra dans la majorité municipale

Au sein de la Salle des Fêtes, la foule dans des conditions sanitaires requises était présente avec de nombreuses personnalités. Tout d’abord, l’homme politique le plus proche de Jean-Noël Verfaillie, Dominique Riquet, ne pouvait manquer ce rendez-vous républicain. L’ancien maire de Valenciennes, député européen en exercice, a une maxime que le maire de Marly a repris à son compte « soft sur le caractère, dur sur les dossiers ». En aparté, le nouvel édile confirme qu’il quitte ses fonctions d’attaché parlementaire de Dominique Riquet « après presque 12 ans de collaboration ».

Pour la ville de Valenciennes, Karim Gana était au rendez-vous, tout comme le maire de Quiévrechain, Pierre Griner, la député Béatrice Descamps, la vice-présidente du Conseil départemental, Geneviève Mannarino, le maire de Maing, Philippe Baudrin, mais également l’ancien maire de Marly, Philippe Duée, « qui fait partie de l’histoire de Marly », commente le maire. On peut souligner que la simple évocation de son nom ne reste jamais dans l’indifférence… !

« Maire a plein temps », Jerome Leman

Sans écharpe tricolore, le maire sortant a tenu dans son discours liminaire a salué le travail de toute son équipe, mais également des agents municipaux durant cette période du Covid-19 : « Nous avons travaillé pour que la machine Marly continue. J’ai souvent entendu-Jérome Leman, maire par intérim- Non, que ce la soit un jour, une semaine où en l’occurence six mois, vous êtes maire à plein temps. C’est vrai, il faut savoir dire non, et je l’assume. Cela n’a pas beaucoup plus. Enfin, avec le décès de Fabien Thiémé, puis la gestion du Covid-19 (environ 100 000 € consacrés aux mesures sanitaires selon une source proche du dossier), ce fut un bizutage très spécial ».

« une équipe mobilisée à chaque instant », Jean-Noël Verfaillie

Le temps politique suspendu avant le passage de témoin, quand il n’est pas dans la continuité d’une majorité, est singulier. « Cette semaine était particulière, très longue, nous étions élus depuis dimanche soir, mais sans aucun accès aux services, aux équipes etc. de la commune. C’était un moment de tension. J’ai eu un entretien avec Jérome Leman jeudi midi », précise-t-il.

Comme souligné par Jérome Leman « cette élection est légitime avec près de 50% de participation soit près de 9 points au dessus de la moyenne nationale (41,6%) », ajoute le premier magistrat.

Le futur maire avait un visage assez fermé à l’aube de cette soirée particulière. « Cette émotion symbolise le sens de l’engagement, la conscience de la responsabilité. On sait à quoi s’attendre surtout quand vous avez combattu (politiquement) pendant de longues années. Le rapport de la CRC (Chambre Régionale des Comptes) en décembre 2019 était accablant. Notre mission sera difficile entre la conjugaison d’un programme ambitieux et la situation financière de la ville. C’est pourquoi mon équipe sera mobilisée à chaque instant. Je tiens à féliciter les agents de la ville engagés durant ce Covid-19  », indique Jean-Noël Verfaillie.

C’est pourquoi dans son propos au pupitre, il remercia par avance « les partenaires indispensables que seront Valenciennes Métropole, le Conseil départemental dont il est toujours toujours Conseiller, et le Conseil régional des Hauts-de-France« .

Le nouveau premier magistrat ne pouvait pas oublier de dire un mot pour Fabien Thiémé « contre qui j’ai combattu et vécu des moments très intenses ».

Les 9 adjoints de Marly

Céline Plateel-Thuin hérite de la prestigieuse fonction de 1ère adjointe. Chacun le sait, le couple (politique) maire/1er adjoint en harmonie est une condition de base de la réussite d’un mandat. S’il y a de la friture sur la ligne au sein de ce duo, cela déteint sur toute l’équipe municipale. Céline Plateel-Thuin fait partie, avec quelques autres élus, de l’équipe rapprochée de Jean-Noël Verfaillie même quand le navire a tangué au lendemain d’une cuisante défaite contre Fabien Thiémé à l’occasion de la dernière partielle. L’éventuelle mission périlleuse des Ressources Humaines à Marly répondrait à son vécu dans la maison Marly !

Serge Moreau, Président honoraire du Tribunal de Commerce, récupère la fonction de 2ème adjoint. Le monde économique n’est pas une terre inconnue pour le doyen des élus du Conseil municipal de Marly. Ensuite, sa faconde sera très utile pour argumenter un choix de la majorité municipale dans l’épicentre local du débat contradictoire.

Assia Costanzo est la 3ème adjointe, sans lire dans le marc de café, on peut supputer que la politique éducative ne sera pas très éloignée de sa délégation. Elle aussi fut un fidèle pilier durant ces années passées dans l’opposition municipale.

Yves Floquet est la 4ème adjoint. Sur ce point, la tête de liste avait annoncé durant la campagne une délégation aux finances en sa faveur. « Nous allons pouvoir mieux gérer cette commune, et sortir Marly de sa torpeur. Il n’y a aucun sentiment de revanche, juste un désaccord politique, mais je fais de la politique avec le coeur ».

Isabelle Jalain hérite de la fonction de 5ème adjoint, la Politique de la Ville très en phase avec ses engagements politiques pourrait être une réponse logique.

Patrick Lemaire est le 6ème adjoint, fidèle d’entre les fidèles, il serait tout désigné pour devenir l’adjoint aux travaux, mais c’est une hypothèse !

Laurence Morel est la 7ème adjointe avec une délégation annoncée pendant la campagne du second tour sur la Culture, sans surprise !

Thomas Jorieux est la 8ème adjoint, il est très impliqué dans le Volley Club Valenciennes. Est-ce un indice sur une future délégation ?

Alice Donnet est la 9ème adjointe, son métier d’assistante sociale sera-t-il en lien avec sa délégation ?

La loi d’urgence sanitaire laisse la faculté aux maires de grouper dans un seul Conseil municipal des délibérations comme le ROB, le Compte administratif, et le budget, sans oublier les délégations. Décidément, cette municipale 2020 sera à jamais indélébile dans notre histoire républicaine, et à Marly sans doute plus qu’ailleurs dans le Valenciennois.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 4 juillet 2020
Jean Noël Verfaillie Marly
Jean-Noël Verfaillie, maire de Marly à 100% !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email