Les deux communautés d’agglomérations du Valenciennois vont connaître un moment de démocratie historique durant cette fin de semaine. En effet, après l’annonce du duel Anne-Lise Dufour/Aymeric Robin sur La Porte du Hainaut, voici le duel dévoilé entre Quentin Omont et le président sortant Laurent Degallaix sur Valenciennes Métropole.

Quentin Omont : « Cette candidature va peut-être en surprendre certains, elle est pourtant tout à fait naturelle venant de la gauche écologiste pour répondre à la candidature de droite incarnée par Laurent Degallaix ».

Tout le monde se posait la question, un ou une candidate va-t-il lever le doigt pour exprimer son opinion politique sur la communauté d’agglomération de Valenciennes Métropole ? Dont acte, Quentin Omont, candidat EELV, prend la balle au bond suite à une poussée écologique indéniable à l’issue de ce second tour des municipales le 28 juin dernier. Ce dernier sait parfaitement qu’il rompt une coutume en 2008 comme en 2014, où la négociation en coulisses n’a pas permis un vote dans le secret des urnes. « Cette candidature va peut-être en surprendre certains, elle est pourtant tout à fait naturelle venant de la gauche écologiste pour répondre à la candidature de droite incarnée par Laurent Degallaix », explique Quentin Omont dans un communiqué.

D’autre part, il défend bec et ongles le droit d’une candidature politique, comme cela se passe dans 98% des intercommunalités françaises : «  Nous voulons mettre clairement en question le fonctionnement de notre institution, de son assemblée, de son bureau, de son président, car il pose un problème démocratique majeur : on parle constamment au sujet de Valenciennes métropole d’ « assemblée de projet » plutôt que d’ « assemblée politique », comme si c’était un remède à tout, et que l’opposition politique n’amenait jamais rien de bon. Mais là encore, c’est tout le contraire : la « négociation » discrète au sein du bureau a remplacé le débat public et contradictoire sur les grands projets « , poursuit-il.

Au delà du comptage des voix, la sincérité d’une conviction… !

Il sera très intéressant de compter les voix à gauche à l’issue de ce vote à bulletin secret. Factuellement, vous avez 17 élus communautaires marqués à gauche dans une majorité municipale, et 4 de gauche au sein d’une opposition municipale. Le résultat montrera, ou pas, si cette candidature d’une écologie de gauche (EELV) rassemble, déjà toute la gauche ce qui serait un minimum de respect vis à vis d’un électorat d’une même sensibilité, mais aussi plus largement dans le contexte d’une poussée du mouvement écologiste remarquée partout sur le territoire français.

Quelle sera donc aussi l’attitude des élus des communes rurales, voire d’autres communes plus urbaines d’une sensibilité de droite ? Bien sûr, l’immense favori demeure incontestablement Laurent Degallaix. Pour autant, d’évidence une sensibilité politique a compris que de ne pas présenter un candidat valide un chèque en blanc à 90 voix pour la Présidence avec les dérives potentielles associées quelle que soit la couleur politique dans le Valenciennois ou ailleurs ! De l’autre, une liste politique même non favorite exprime son opinion, tout aussi respectable que celle de la majorité, c’est ça la démocratie dans toute sa plénitude. Ne jamais ranger ses opinions au placard des convictions, la rue l’a demandé à nos élus durant toute la crise des Gilets jaunes, mais également durant les manifestations contre la Réforme des Retraites, et le 28 juin à travers un vent vert traversant !

Peu importe l’issue de ce vote à suffrage indirect, que le meilleur gagne, car la démocratie a déjà remporté ce scrutin historique a bien des égards !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 9 juillet 2020
Quentin Omont Valenciennes Métropole
Quentin Omont candidat à la Présidence de Valenciennes Métropole
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email