Aide Psychologique aux Entrepreneurs en Souffrance Aigüe, le seul intitulé de cette association nationale donne une idée sur la sensibilité du sujet. Présente en France depuis 2013, APESA est un dispositif éprouvé relatif au soutien psychologique des chefs d’entreprises en souffrance, un partenariat a été signé entre la dite association, la CCI Grand Hainaut et le Tribunal de Commerce de Valenciennes-Avesnes sur son bassin de vie (visuel Bruno Fontaine, Président de la CCI Grand Hainaut)

(Visuel Marc Binnié, greffier associé du tribunal de commerce de Saintes, co-fondateur du dispositif APESA)

Jean-Louis Equipart : « Nous ne sommes pas là pour couper des têtes »

Avec un peu de recul, on peut déjà s’interroger sur le pourquoi (nécessaire en France) d’un tel dispositif. A la base, la peur et la honte de l’échec en France ont la peau dure dans l’inconscient collectif sans oublier le poids administratif même si le Président du Tribunal de Commerce de Valenciennes-Avesnes, Jean-Louis Equipart, souligne « que nous ne sommes pas là pour couper des têtes, et nous essayons qu’elles ne tombent pas ».

C’est pourquoi durant cette période économique pleine d’incertitude, plusieurs acteurs du territoire étaient intéressés par la présence de ce dispositif sur le Grand Hainaut. « Compte tenu qu’au niveau national, la CCI a signé avec l’association APESA. J’ai immédiatement contacté le Président du Tribunal de Commerce. Nous concrétisons aujourd’hui ce partenariat en signant avec l’association », commente Bruno Fontaine, président de la CCI Grand Hainaut. « Cette réunion nous permet de signer une convention avec APESA sur le ressort de notre juridiction », précise Jean-Louis Equipart.

En présence de tous les corps de métiers concernés, officier ministériel, avocat, huissier, commissaire-priseur, etc., cette signature marque la volonté collective de mieux anticiper « la détresse d’un chef d’entreprise. Comme professionnel, nous avons tous vécu des situations où le ou la chef d’entreprise vit une grande détresse morale. L’association APESA va nous permettre de mieux prendre en charge ces situations », poursuit Jean-Louis Equipart.

« On s’occupe de ce que les autres ne font pas », Marc Binnié

Le co-fondateur national de l’association, Marc Binnié, cible clairement l’angle d’intervention de cette association. «  On s’occupe de ce que les autres ne font pas. Il faut combattre les idées noires qui sont des idées fausses. Il faut agir jusqu’au bout afin d’éviter un suicide. Vous n’êtes pas formé pour cela. C’est pourquoi, vous devez former des sentinelles pour signaler ces situations », déclare-t-il.

Sur les fonts baptismaux en 2013, l’association APESA « collabore avec 64 Tribunaux de Commerce en France, et plus récemment (le 09 juin 2020) avec la CCI France, la CMA France, etc. D’ailleurs, le gouvernement nous a demandé (en urgence) de mettre en place un numéro vert au mois d’avril dernier. Défi que nous avons relevé grâce à nos partenaires ! ( numéro Vert/APESA 0 805 65 50 50) », précise-t-il.

Evidemment, un cadre très précis entoure chaque appel. « Une totale confidentialité, une gratuité de la prise en charge, et un accès à un entretien téléphonique avec un(e) psychologue, puis 5 entretiens en présence avec un(e) psychologue de proximité », commente Marc Binnié.

Voilà une collaboration sans doute utile hier, aujourd’hui, et peut-être plus encore en 2021… !

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 6 octobre 2020
APESA
Dialoguer, écouter le chef d’entreprise avant l’irréparable !
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email