Cette température inhabituelle de bon matin pour un mois de novembre n’a pas adouci la tristesse d’une commémoration sous l’empire des mesures sanitaires. Cette consigne nationale vient en plus obérer la cérémonie de la ville de Valenciennes dont le défilé des associations demeure un temps populaire très attendu. Cette année 2020 sera décidément d’une infinie tristesse jusqu’au bout !!!

Michel Chpilevsky, Sous-Préfet de Valenciennes : « Chacun de nos morts et tous nos morts en même temps »

Comme cette « Grande Guerre » interminable, cette année 2020 aura dynamité les traditions séculaires sur la ville de Valenciennes. En effet, le fameux Tour du Saint-Cordon fut réduit à une peau de chagrin, aujourd’hui la manifestation associative du 11 novembre, à la suite des commémorations habituelles, ne fut pas possible compte tenu des contraintes sanitaires.

Maryse Dumortier, conseillère municipale déléguée à la vie patriotique, Salvatore Di Vita, conseiller municipal délégué à la sécurité, et Laurent Degallaix, maire de Valenciennes, trois élu(e)s seulement, le Sous-Préfet de Valenciennes, les autorités militaires, et des associations patriotiques notamment pour les drapeaux tricolores, c’est le 11 novembre covidé ! Cela remet tout de même à sa place les événements dans une hiérarchie de gravité où les écorchures politiques ne sont qu’accessoires !

Néanmoins, le message principal de cette journée indispensable n’est pas altéré une seconde face au besoin de mémoire pour nos soldats disparus en 14-18, durant le 20ème siècle, voire en 2020.

« Depuis 1923, la flamme du souvenir… », Michel Chpilevsky

Le Sous-Préfet de Valenciennes a livré le message de la nation où il rappelle que dans un cimetière le 11 novembre 1920 fut choisi le soldat inconnu. « Depuis 1923, la flamme du souvenir est ravivée chaque soir, car le soldat inconnu représente chacun de nos morts et tous nos morts en même temps. Ceux de cette Grande Guerre où 8 millions de Français ont combattu au cours d’un conflit dont personne ne revint indemne, avec 1,4 millions de morts, mais également ceux des autres guerres comme ceux des théâtres d’aujourd’hui », déclare Michel Chpilevsky.

En fin de discours, le Sous-Préfet de Valenciennes a égrené les soldats morts pour la France en 2020, trop nombreux encore.

Daniel Carlier

Publié par Daniel Carlier le 11 novembre 2020
Laurent Degallaix Michel Chpilevsky Valenciennes
Une tristesse confinée pour le 11 novembre
Facebook Twitter Linkedin
Print Friendly, PDF & Email