1. Accueil
  2. Accueil
  3. (St Amand) Le Palais des Seniors au coeur d’un débat pas très zen !
AccueilAmandinois

(St Amand) Le Palais des Seniors au coeur d’un débat pas très zen !

Pour ce dernier opus municipal de l’année 2020, le Conseil municipal de Saint-Amand-les-Eaux s’est déroulé dans l’ancienne piscine municipale magnifiquement réhabilitée pour devenir un « Palais des Seniors ». Dédié au bien-être et à la détente pour les plus de 60 ans, cette enceinte n’a pas inspiré la « zenitude » avec des débats à la limite du pugilat verbal !

Alain Bocquet : « Je suis convaincu que ce Palais des Seniors va susciter un élan formidable »

Plusieurs délibérations étaient « essentielles » comme celles relatives à la démocratie participative, et par ricochet au budget associatif associé, la DSP du Casino, la présentation du « Palais des Seniors » dont l’émergence provoque des remous, sans oublier la réunification des écoles maternelles et élémentaires Georges Wallers.

En prélude, la majorité a communiqué sur son soutien au tissu commerçants/artisans de proximité. « La ville a ouvert son « Office du Commerce » sur la Grand Place. Son premier travail fut de lancer un site internet « Amandishop » où près de 50 commerçants sont déjà présents. Ensuite,  20 euros de chèques cadeaux pour les plus de 65 ans à dépenser dans les commerces locaux », commente le maire. Cette main tendue numérique s’accompagne de la venue de la fibre à Saint-Amand-les-Eaux d’ici fin 2021.

Enfin, au titre des dossiers structurants, le projet de rénovation du Pont du Moulin Blanc devient réalité. « La réhabilitation du Pont du Moulin Blanc est prévue entre 2021 et 2025 pour un montant de 2,9 millions d’euros. Ces travaux seront pris en charge à 98% par le Département et la SNCF »,  conclut Alain Bocquet.

« Vous décidez, nous réalisons », Nelly Szymanski

Beaucoup de candidat(e)s durant cette campagne municipale avaient intégré un budget participatif à l’instar de la ville d’Anzin sur le Valenciennois. Par contre, diverses modalités de mise en oeuvre sont apparues, la plus poussée était celle de la liste d’Alain Bocquet où le budget participation se déclinait par quartier, donc encore un étage plus proche du terrain.

« Nous le voyons depuis plusieurs élections, il existe un rejet de la politique. Sur la commune, nous avons également 180 associations. C’est pourquoi, nous voulons relancer la participation des habitants, à travers différents outils, dans leur quartier. Notre slogan sera clair -Vous décidez, nous réalisons- Nous avons observé ce qui se fait ailleurs en la matière. Dans les 170 communes repérées où un budget participatif est en vigueur, il est équivalent à 15 euros par habitant à l’année, mais il n’existe pas de mode tout fait », commente Nelly Szymanski.

Nelly Szymanski

A ce titre, un label « participation des habitants » sera mis en place. « Cinq quartiers ont été choisis pour lancer ces budgets participatifs, Moulin des Loups, Mont des Bruyères/Croisette/ Cubray, Moulin Blanc/La Bruyère/Saubois, Centre-Ville/Gare/Barbusse, et Elnon/Faubourg de Tournai. Par contre, nous voulons lancer une expérimentation dans un seul quartier en 2021, sur celui du Moulin Blanc, avec un budget participatif de 50 000 euros. Ensuite, ce budget sera étendu aux autres quartiers en 20202 (soit 250 000 € au total) », poursuit la 1ère adjointe.

La liste d’Eric Renaud critique vertement cette initiative. « C’est une délibération Canada dry, elle a la couleur de la démocratie participative, le goût de la démocratie participative, mais ce n’est pas de la démocratie participative. C’est assez flou dans la répartition dans les collèges (décisionnaires), associations, élu(e)s, citoyens, tout comme les délimitations géographiques », explique Nathalie Bigex Grimaux.

Pour la liste de Guillaume Florquin « nous soutenons cette initiative, car il faut rappeler que 61% des Amandinoises et Amandinois n’ont pas voté à la dernière élection municipale ».

Ensuite, Eric Castelain se félicite de cette initiative « c’est très bien, il faut que l’on avance enfin sur le sujet. Cela va nous permettre de tester le système. Par contre, pourquoi le Conseil des sages a disparu ? ».

Enfin pour l’opposition, Eric Renaud met en avant le fait «  de ne pas confondre vitesse et précipitation, alors que les commissions municipales ne sont même pas lancées. Cette délibération n’est pas trempée dans la réalité, c’est de l’amateurisme ! ».

Le mot de la fin revient à l’édile constatant « que les réunions de quartier pour la discussion sur le budget communal sont arrivées au bout, il n’y a plus de débat. Elles sont dépassées. Il faut expérimenter sur le terrain une nouvelle forme de démocratie participative ».

« Ce Palais des Seniors rentre dans le patrimoine de la commune », David Leclercq

Après une phase de travaux complexe, notamment avec la découverte d’amiante, le Palais des Seniors est achevé. « C’est un beau lieu. Cette réhabilitation de cette ancienne piscine Art déco est magnifique. Ce lieu rentre rentre dans le patrimoine de la commune. Il y a une qualité d’accès exceptionnel pour 688 personnes, en période hors Covid-19 », déclare l’adjoint David Leclerq en charge de la vie intérieure de cet espace de vie. Indéniablement, ce Palais des Seniors doit écrire sa propre histoire.

David Leclercq

Cet achèvement des travaux intervient durant le 2ème confinement avec des conséquences à la clé. « Nous envisageons une ouverture le 01 avril 2021, car le deuxième trimestre nous paraît plus en phase avec les conditions sanitaires », poursuit-il.

Pour l’animation intérieure, l’adjoint précise que le « Palais des Seniors sera doté d’un service à part entière avec une amplitude horaire très large. Nous irons du petit-déjeuner thématique au conférence en soirée, voire le week-end pour les séniors pas forcément libre en semaine. Ce lieu sera adapté aux souhaits des Seniors », conclut David Leclercq.

Ensuite, la responsable technique de ce Palais des Seniors détaille : « Nous aurons différents ateliers réguliers au sein du Palais des Seniors, des salles de bien-être, de culture, d’art, de loisirs, mais également une partie des services du CCAS (décentralisée) comme l’aide à domicile ».

La majorité municipale a insisté sur la prise en compte du tissu associatif existant. « Je pense qu’il n’y aura pas de concurrence avec les associations. Ensuite, nous capterons d’autres publics qui ne s’inscrivent pas dans une association. Je rappelle que 35% de la population amandinoise à plus de 60 ans », ajoute David Leclercq.

Le volet financier

Le vitrail magnifique du Palais des Seniors

Sur ce point, le ton est monté très vite. Alain Bocquet énumère les standards de cet investissement majuscule pour la commune. « Le coût financier de cette réhabilitation s’élève à 4 5558 383 euros HT avec une participation de 52,04% pour le FEDER (EUROPE) et 13,53 % par la Région des Hauts-de-France via le PRADET. Enfin, la réalisation par l’atelier Thomas Masson, vitrailliste à Cysoing, de ce superbe vitrail (environ 100 000 euros) a  été pris en charge par le Pasino », commente le premier magistrat. Pour rappel, la Région des Hauts-de-France a en charge la gestion des fonds régionaux FEDER. « Je remercie encore la Région des Hauts-de-France pour son soutien », ajoute Alain Bocquet.

Pour sa part, Eric Renaud s’engouffre dans cette ventilation financière : « Cela fait des mois que l’on me dit que la Région va payer. L’argent est-il sur le compte de la commune ? »… avec sous-entendu un Conseil régional des Hauts-de-France ne souhaitant pas subventionner ce projet !

Il n’en fallait pas plus pour déclencher l’ire du 1er magistrat : « Je ne peux pas laisser dire n’importe quoi » ! Il fait intervenir Monique Huon, élue de l’opposition, mais aussi conseillère régionale, qui explique : « La délibération a été votée (en plénière) au Conseil régional. Le versement est mandaté, le paiement est en cours. Il n’y a aucun problème sur cette subvention ». Un défaut de paiement d’une instance publique, une fois que la délibération a été votée est quasiment impossible, sauf cas de force majeure, mais en l’espèce cette délibération régionale est très classique sur la méthode.

« J’aurai souhaité le même soutien du Conseil départemental ! », Alain Bocquet

Suite à cet échange musclé, le maire interpelle Eric Renaud « J’aurai souhaité le même soutien du Conseil départemental ! ». L’élu de l’opposition répond tout de go. « Il suffisait, comme le Président  du Département du Nord l’a mentionné, de construire un projet intercommunal sous la forme d’une SPL à l’instar du Centre aquatique de l’Amandinois ».

Le maire reprend la main « je suis convaincu que ce Palais des Seniors va susciter un élan formidable dans la population. Il doit s’accompagner d’un projet offensif, et innovant (dans l’animation) ».

« Ramener cette réhabilitation a un simple investissement est particulièrement réducteur. C’était un projet complexe, et je suis surpris d’entendre ces critiques. L’avenir parlera sur l’utilisation de ce lieu », poursuit David Leclercq.

Cette respiration démocratique et contradictoire fut également le temps d’un échange très très vif entre Fabien Roussel, député de la 20ème circonscription, et Secrétaire général du PCF fêtant ses 100 ans d’existence, avec l’élu de l’opposition Eric Renaud. Pas certain que dans les travées de l’Assemblée nationale le climat soit aussi chaud nonobstant l’appel du pied au PCF du candidat à la Présidence « La République c’est moi ! », tout en modestie comme d’habitude sous le couvert d’une érudition indigeste à souhait !

Au nom du patrimoine

En digression, compte tenu du climat orageux, Alain Bocquet lance « je suggère un atelier de Rigolothérapie ! ».

Sur l’opportunité de cette réhabilitation, le premier magistrat clôture ce sujet à travers un choix local patrimonial. « Que devions-nous faire face à cette ancienne piscine ? Je me souviens d’un élu de la majorité, pas originaire de la commune, me disant pourquoi t’embêtes-tu avec la Tour abbatiale ? Oui, le patrimoine à un coût, la Tout abbatiale, l’Echevinage, la Villa Dubois, l’église Saint-Martin, le Palais des Seniors, voire la villa jaune, car vous verrez rapidement que ce Palais des Seniors sera vite trop petit face aux demandes », explique-t-il.

Enfin, compte tenu de la polémique naissante, il propose pour le prochain dossier patrimonial, le fameux pont en rappel des vestiges sur la Grand Place (validé par la DRAC), que les élus votent en mars prochain la poursuite, ou pas, de ce projet. « J’ai déjà reçu des dons, un de 50 000 euros, deux de 5 000 €, je pense que nous pouvons aller chercher un million d’euros de dons pour un projet dont le coût est évalué à 1,8 millions d’euros », conclut Alain Bocquet.

En bref :

La commune annonce la fusion des écoles maternelle et élémentaire Georges Wallers.

Enfin, le sujet épineux de la DSP du Pasino revient sur la table suite à la décision du Conseil d’Etat d’annuler la validité du dernier appel d’offre. Un nouveau calendrier s’ouvre pour les élus avec un Conseil municipal dédié, le 07 janvier prochain, sur ce dossier essentiel pour les finances communales.

Daniel Carlier

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email
Articles Similaires
Menu